culture

Portrait

La photographe Marie Rouge dégenre dans la douceur

Quand elle n’écume pas les soirées lesbiennes ou les prides, la photographe Marie Rouge met en scène avec une subtile délicatesse ceux et celles qui troublent les codes du féminin et du masculin.
© Marie Rouge
© Marie Rouge

© Marie Rouge


Mâchoire saillante ou bouille lunaire, le regard rêveur ou défiant, les visages qui passent devant l’objectif de Marie Rouge ont du caractère. “De la gueule”, comme se plaît à dire cette photographe de 25 ans, qui tire le portrait d’une jeunesse queer et de ses nuits. “J’aime photographier les gens qu’on ne voit pas souvent, ceux qui ont des traits atypiques, des visages forts, marqués”, résume-t-elle. 

Marie Rouge a grandi dans la campagne normande. Avec l’appareil de son père, elle s’exerce sur les papillons et met en scène son chien. Ado, elle devient son propre sujet et publie des autoportraits sur son Skyblog. “Ça m’a aidée à prendre confiance en moi, à apprivoiser mon image.” Plus tard, elle commence à photographier ses amis. Un déclic. “J’ai compris que ce qui me plaisait n’était pas de me photographier moi, mais de faire des rencontres.” Après un an aux Beaux-Arts de Rennes, elle suit sa petite amie de l’époque à Montpellier où elle tente une fac d’arts plastiques. Elle passera finalement plus de temps à poser pour des photographes que sur les bancs de l’université. Cette expérience la marquera dans sa façon d’envisager la relation au modèle: “J’y accorde de l’importance, car je veux en tirer quelque chose d’intime, de sensible. J’ai envie que ce soit thérapeutique pour la personne, comme ça a dû l’être pour moi.” Suite à ce passage dans le sud, elle arrive à Paris, fait une formation professionnelle, enchaîne les expériences de photographe et de retoucheuse, avant de se lancer en 2017 comme freelance, jonglant désormais entre ses portraits, ses reportages pour la presse ou encore ses portfolios de soirées, notamment les fameuses Wet For Me, organisées par le collectif lesbien Barbi(e)turix.

Marie Rouge photographe genre

Marie Rouge en pleine action

À travers un univers onirique et coloré, Marie Rouge s’attache à défaire les a priori sur le genre, sur ce que doit être une femme ou un homme. Pour elle, une photo réussie est une photo qui trouble et questionne. “J’ai envie qu’il se passe un truc bizarre, qu’on se demande ‘qui est cette personne? pourquoi elle est comme ça?’” Ces visages, elle les trouve dans son entourage. “Pour des personnes hétéros, extérieures au milieu queer, mon travail surprend. Elles n’ont souvent jamais vu ce genre de personnes.” Elle reconnaît qu’il y a une approche quasi documentaire dans ses photos de soirées. “J’aime cette idée de capter l’effervescence d’une communauté. J’aimerais bien que dans 20 ans, on se dise ‘alors ça ressemblait à ça les soirées queer à l’époque’.”

On vit dans un monde tellement dur, on ne peut pas se faire un peu plaisir avec un petit selfie?

Capter les corps, les visages, cela a pour elle une portée politique: “On a besoin de se représenter pour que les gens sachent qu’on existe. Pour ça et aussi pour les jeunes LGBTQ qui vont se découvrir.” Il y a aussi un esprit féministe assumé dans les photos de Marie Rouge, qui va de pair avec le besoin de se réapproprier son image dans une société qui pousse au dénigrement de soi. “Je suis exaspérée par les critiques sur le selfie. Ça a l’air frivole mais au contraire, je crois que c’est très politique d’avoir le pouvoir sur ce qu’on renvoie, de se sentir beau ou belle.” Convaincue que se réconcilier avec son image ne peut qu’apporter un changement positif, elle a en horreur le cynisme. “Quel est l’intérêt de critiquer des initiatives qui peuvent être positives? On vit dans un monde tellement dur, on ne peut pas se faire un peu plaisir avec un petit selfie?

Marie Rouge photographe genre

© Marie Rouge

La bienveillance avec laquelle Marie Rouge sublime ses modèles confère une grande douceur à ses images. Cette délicatesse, elle la porte aussi avec conviction; ce qui ne l’empêche pas d’être agacée en voyant cette caractéristique constamment accolée aux femmes photographes: “Ça me dérange quand on suggère que les femmes photographes ont forcément des visions douces et délicates.” Elle prend en exemple le travail de son amie Romy Alizée:  “Ce qu’elle fait n’a rien de doux, et c’est pourtant une vision de femme.” Des artistes l’ont d’ailleurs marquée dans leur manière de dépeindre les femmes fortes, comme l’auteure Wendy Delorme, la réalisatrice Émilie Jouvet et son documentaire Too Much Pussy!, ou encore la romancière Joyce Carol Oates.

Dans ses références, Marie Rouge cite les freaks de Diane Arbus, l’approche des couleurs de Viviane Sassen, mais aussi le cinéma de John Waters et son esthétique camp (Ndlr: une sous-culture gay), les films de Gregg Araki. Une “gueule” dont elle aimerait tirer le portrait? Virginie Despentes, sans hésitation. “Je l’admire énormément, c’est une icône de notre génération. Il y a une justesse dans ses propos. Elle ne minaude pas, elle y va direct.” Une spontanéité qui séduit forcément cette photographe instinctive, toujours en quête de visages singuliers.

Maëlle Le Corre


1. Owlle, magicienne pop qui aime l'ombre et la lumière

Quatre ans après son premier album, Owlle revient avec Summer Crisis, un nouvel Ep qui annonce le virage pop de son nouvel album, Heavy Weather, à paraître dans les mois qui viennent. 
© Marie Rouge  - Cheek Magazine
© Marie Rouge

3. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
© Marie Rouge  - Cheek Magazine
© Marie Rouge

4. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
© Marie Rouge  - Cheek Magazine
© Marie Rouge

6. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
© Marie Rouge  - Cheek Magazine
© Marie Rouge

7. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
© Marie Rouge  - Cheek Magazine
© Marie Rouge