culture

Marie Stuart, une reine d’Écosse féministe et LGBT-friendly dans un nouveau biopic

Le film de  la réalisatrice Josie Rourke montre la célèbre reine d’Écosse Marie Stuart et sa cour sous un nouveau jour: féministe et queer.  
© Focus Features LLC.
© Focus Features LLC.

© Focus Features LLC.


Depuis sa mort en 1587, la reine Marie Stuart fascine. Sa vie complexe, hors du commun et tragique a inspiré de nombreux·ses romancier·e·s et biographes. Au cinéma, c’est une star. Pas moins de huit films (et un très court film de Thomas Edison d’une durée de quelques secondes, paru en 1894) lui ont été dédiés. Des oeuvres d’histoire et de fiction qui ont un point commun: elles ont été massivement écrites par des hommes. Cela explique probablement pourquoi la reine d’Écosse a été présentée pendant si longtemps, au choix, comme une manipulatrice ou comme une martyre. Il était temps de poser sur l’histoire un regard plus féminin et féministe.

Marie Stuart, reine d’Écosse, s’intéresse à la bataille pour le pouvoir que se sont livrées Marie Stuart, jouée par l’excellente Saoirse Ronan, et Élisabeth 1ère, reine d’Angleterre, incarnée par Margot Robbie. Veuve du roi de France à 17 ans, Marie Stuart refuse de se remarier et préfère retourner dans son Écosse natale pour réclamer le trône qui lui revient de droit. Cela n’est pas du goût de la très méfiante Élisabeth 1ère, dont le règne s’étend sur l’Angleterre comme l’Écosse.

 

 

Marie Stuart et les boys club

L’histoire de la rivalité entre ces deux femmes a été maintes fois mise en scène, mais jamais d’une façon aussi féministe et queer. Au lieu de tomber dans le cliché des ennemies qui se tirent dans les pattes, le film apporte de la profondeur à leur relation, mettant en avant leur respect mutuel et leur soutien. Les deux rivales ne se sont peut-être jamais rencontrées, mais elles ont fait preuve de sororité. N’importe quelle femme ayant travaillé entourée d’hommes cherchant à prendre sa place connaît ce sentiment. Car oui, surprise, les cours d’Angleterre et d’Écosse n’étaient pas des lieux empreints de bienveillance et d’égalité des droits, comme le film le montre bien. On y découvre d’ailleurs comment la réputation de reine impulsive et légère de Marie Stuart est née: suite aux manigances d’hommes et à la propagation de rumeurs, un sujet plus que jamais d’actualité. En plus de s’attaquer au sexisme de l’époque et à la réaction des femmes au pouvoir, Marie Stuart, reine d’Écosse s’attache aussi à mettre en avant un aspect jusque-là ignoré de cette histoire: les relations de l’époux de Marie Stuart, Lord Darnley, avec des hommes.

 

Une nouvelle histoire

Cette relecture de l’histoire a été rendue possible par John Guy, qui a publié en 2004 My Heart is My Own: the Life of Mary Queen of Scots, une biographie qui prenait en considération des faits jusque-là souvent passés sous silence et remettait en question les conclusions précédemment tirées par les historiens. Non seulement John Guy a relu le comportement des deux reines et de leur cour à la lumière du sexisme qui prévalait à l’époque, mais il a aussi mis en avant la fluidité sexuelle de la Renaissance. Il apparaît que nous connaissons très mal la vie des personnes LGBT+ qui ont vécu avant le XXème siècle. Les historiens, massivement hétéros et cisgenres jusque récemment, ont tout simplement fermé les yeux sur les orientations et identités de genre, ces “détails” de l’histoire ne leur semblant apparemment pas pertinents. Mais ce n’est pas la seule raison. Les orientations et identités de genre des personnes queers du passé étaient moins publiques que maintenant et ne s’exprimaient pas de la même façon qu’aujourd’hui.

 

Josie Rourke et Margot Robbie © Focus Features LLC.

La réalisatrice Josie Rourke et Margot Robbie © Focus Features LLC.

 

Pas de LGBT+ à la Renaissance

À l’époque, on ne parlait d’ailleurs pas d’homosexualité, de bisexualité ou de transidentité. Ces termes n’existaient pas plus que leur concept. Il y a encore peu de temps, on ne se définissait pas L, G ou B, on était simplement dans une relation avec une personne du même genre. Ce n’était pas forcément secret, les époux ou épouses étaient parfois au courant, de même que l’entourage, comme l’explique la réalisatrice du film Josie Rourke. Dans Marie Stuart, reine d’Écosse, l’homosexualité de Lord Darnley est bien connue de la cour et le film laisse penser qu’elle ne devient un sujet que lorsqu’elle devient un moyen d’intimider le roi pour faire tomber la reine. Il ne faut pas pour autant prendre ce film comme une reconstitution exacte de la vie de Marie Stuart. D’une part, l’histoire n’est pas une science exacte. L’oeuvre de John Guy ne fait que proposer une interprétation cohérente à partir de faits prouvés et d’informations manquantes. D’autre part, le scénariste Beau Willimon (House of Cards, The First, Les Marches du Pouvoir) et la réalisatrice Josie Rourke ont pris des libertés artistiques pour mieux transmettre les identités et caractères des personnages, l’ambiance des deux cours et les relations entre les personnages. La scène de la robe? Pure invention (mais plausible d’après John Guy). La rencontre entre les deux reines? Un outil scénaristique sans fondement. Mais l’essentiel est là: la renaissance était queer et les reines, empathiques.

Aline Mayard 


1. Désirantes et endeuillées: quand les héroïnes cannoises naviguent entre sexe et mort

Journaliste, enseignante et autrice de l’essai Sex and the Series, Iris Brey interroge les représentations genrées dans les films du festival de Cannes 2019. Cette chronique est réalisée en partenariat avec Les Inrockuptibles.   
© Focus Features LLC.  - Cheek Magazine
© Focus Features LLC.

2. Céline Sciamma, Monia Chokri: à Cannes, l’avortement comme vous ne l’avez jamais vu

Céline Sciamma dans sa romance lesbienne de la fin du XVIIIème, Portrait de la jeune fille en feu, et Monia Chokri dans son Bridget Jones québécois La Femme de mon frère dépeignent toutes les deux l’avortement comme nous ne l’avons jamais vu.
© Focus Features LLC.  - Cheek Magazine
© Focus Features LLC.

3. Cowboys femmes, cowboys noirs: Cannes réinvente une vieille figure de la virilité

Journaliste, enseignante et autrice de l’essai Sex and the Series, Iris Brey interroge les représentations genrées dans les films du festival de Cannes 2019. Cette chronique est réalisée en partenariat avec Les Inrockuptibles. 
© Focus Features LLC.  - Cheek Magazine
© Focus Features LLC.

5. Les 10 films les plus Cheek de Cannes 2019

Presque tous réalisés par des femmes, ces 10 films présentés au festival de Cannes 2019 nous font très, très envie. 
© Focus Features LLC.  - Cheek Magazine
© Focus Features LLC.

7. “Il fallait que je vous le dise”: Aude Mermilliod raconte son IVG en bande dessinée

Dans Il fallait que je vous le dise (éditions Casterman), l’autrice et dessinatrice Aude Mermilliod raconte avec honnêteté et sensibilité son expérience de l’IVG. Elle espère briser le silence qui règne toujours autour de ce sujet.
© Focus Features LLC.  - Cheek Magazine
© Focus Features LLC.