culture

Comment l’illustratrice Nicholle Kobi réinvente la Parisienne

Frustrée de voir les femmes noires sous-représentées dans les médias, l’illustratrice et entrepreneure Nicholle Kobi s’engage à les montrer dans leur diversité à travers ses dessins. Rencontre.
DR
DR

DR


Nicholle Kobi s’est fait connaître sur Instagram grâce à ses dessins mettant à l’honneur les femmes noires “afroparisiennes”, comme elle les appelle. Cette Franco-congolaise, née à Kinshasa et élevée en Normandie, cumule 120 000 abonnés et rencontre un grand succès aux Etats-Unis. Au point que les prestigieux féminins afro-américains Ebony et Essence lui ont cédé leurs pages pour quelques croquis et qu’une de ses œuvre ait fait l’objet d’une apparition dans Grey’s Anatomy. Désormais installée à New York, Nicholle Kobi a accepté de nous répondre lors de son dernier passage à Paris en juillet, dans le cadre de son exposition Art dinatoire.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Be open to receive all the blessings, this universe/ God is willing send you. I am truly grateful, for all the blessings I have already received. #nichollekobi

Une publication partagée par Nicholle Kobi (@nichollekobi) le

D’où vient ta passion pour le dessin?

J’ai commencé très jeune. Je m’amusais à redessiner les visages de femmes du magazine Amina. Le dessin a toujours été dans ma vie, j’ai débuté mes études d’histoire de l’art en Normandie et je suis ensuite montée à Paris pour les poursuivre. A l’époque, déjà, je dessinais presque uniquement des femmes noires, ce qui ne plaisait pas forcément à mes professeurs. A leur sens, cela n’était pas assez “vendeur” pour envisager d’en faire une carrière. Face à leur réticence et pour des raisons familiales, j’ai dû mettre un terme à mes études et me reconvertir dans le secteur de la banque et des assurances. J’ai ensuite travaillé dix ans mais l’envie de dessiner était toujours présente. Je commençais à m’ennuyer au boulot, je dessinais sur les contrats d’assurance… En arrêt maladie suite à ma troisième grossesse, j’ai décidé de revenir à ma passion. Je faisais au moins 4 à 6 dessins par jour, je me demandais comment j’allais pouvoir les diffuser et c’est à ce moment là que j’ai décidé de les publier sur Instagram.

J’avais l’impression que la femme noire était invisibilisée ou représentée de manière caricaturale.

Dans tes dessins, tu casses le mythe de la Parisienne blanche et sylphide en la remplaçant par une femme que tu renommes “afroparisienne”. Elle est représentée en mère de famille, en couple ou avec ses amies. Quel est l’objectif de ta démarche?

Le but est de redonner une place à la femme noire qui est pour moi inexistante. Quand j’ai commencé à dessiner, je me suis rendu compte que beaucoup d’illustrateurs français ne représentaient pas la femme que je suis, c’est-à-dire noire et parisienne. Je ne me reconnaissais pas, ni mes amies et ma famille par exemple. J’avais l’impression que la femme noire était invisibilisée ou représentée de manière caricaturale, ghetto ou comme un objet sexuel. J’ai donc décidé d’arrêter de me plaindre et de mettre à l’honneur la diversité des femmes noires dans mes créations. Pour moi la Parisienne, ce n’est pas que Jeanne Damas. Mon but est d’en proposer une autre représentation. Je la montre à travers des scènes de la vie quotidienne. On peut la voir faire du yoga, bruncher avec ses amies, être en famille… J’insiste beaucoup pour la montrer en famille car je veux que mes enfants puissent se reconnaître et s’identifier. Ils sont français, parisiens et ont des parents noirs. Il est assez rare de voir des couples noirs dans les médias.

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Being a good father starts with respecting your child’s mother… vice versa Love is about Respect #nichollekobi

Une publication partagée par Nicholle Kobi (@nichollekobi) le

Que penses-tu du manque de visibilité des noir·e·s en général dans les médias français?

Pour moi, la France ne reconnaît pas vraiment sa diversité. J’ai l’impression qu’elle a peur de tout ce qui n’est pas blanc. Malgré son image de pays tolérant avec des valeurs de vivre-ensemble, c’est encore difficile de voir une série incarnée par une famille noire par exemple. Si la femme noire parvient à être une héroïne de fiction, elle est toujours stéréotypée ou associée à des clichés misérabilistes comme dans le film Fatou la malienne -je n’ai rien contre ce film mais j’aimerais que l’on donne une image plus positive de la femme noire en général. Pour remédier au manque de visibilité dans les médias, je pense que les noir·e·s doivent se saisir de la narration en racontant leur propre vécu. C’est ce que j’essaie de faire avec mes illustrations.

A New York, le fait de dessiner uniquement des femmes noires ne pose aucun problème.

Tes dessins traitent aussi de sujets d’actualité comme les violences policières subies par les Africain·e·s-américain·e·s aux USA,  notamment avec l’illustration Don’t shoot. Te considères-tu comme une activiste?

Oui, je pense avoir une âme d’activiste. Il me semble que tous les artistes ont un message à faire passer. En tant que telle, je m’intéresse à la société qui m’entoure. Si je peux contribuer à attirer l’attention sur un fait de société en faisant passer un message avec un dessin, ça me va.

 

Qu’est-ce qui a motivé ta décision de partir t’installer aux Etats-Unis?

Je suis basée à New York car c’est là que j’ai décroché la majorité de mes contrats. Je reçois très peu de propositions de la France, c’est donc plus simple pour moi de vivre aux Etats-Unis afin de vraiment pouvoir développer mon activité. Je m’y sens aussi plus libre dans ma création, le fait de dessiner uniquement des femmes noires ne pose aucun problème là-bas.

Tu as récemment créé ton podcast The Noire Parisian. Quelle en est l’idée?

C’est un projet de longue date dans la continuité de ce que je fais avec mes illustrations. Je partage des conversations avec des femmes inspirantes rencontrées lors de mes expositions à travers le monde. Le but est de donner la parole à des femmes noires ou intéressées par la culture afro sur des sujets qui les touchent au quotidien. Qu’elles viennent de France, des Etats-Unis ou d’Angleterre, les femmes noires font face à des expériences qui leur sont communes.

Propos recueillis par Lise Degand


2. Comment Mindy Kaling a rendu la rom com plus féministe et inclusive

Révélée dans The Office, l’actrice, productrice et scénariste s’apprête à dévoiler une version 2019 de la célèbre comédie romantique Quatre mariages et un enterrement, diffusée le 31 juillet sur Hulu. Et elle compte bien moderniser le casting et le propos.
DR  - Cheek Magazine
DR

6. Comment Frida Kahlo est devenue un argument marketing

Représentée sur tous types d’objets, l’image de l’artiste, plus que jamais tendance, est devenue un réel argument de vente. Une Fridamania à mille lieues de l’œuvre et du parcours de la peintre mexicaine mais qui paradoxalement participe à diffuser son message.
DR  - Cheek Magazine
DR

7. 5 séries à streamer cet été

Petite sélection de séries estivales pour décompresser du sexisme de l’année. 
DR  - Cheek Magazine
DR