culture

Le clip du jour

Avec “Nterini”, la Malienne Fatoumata Diawara rend hommage aux migrants

Quand la musique s’écoute avec les yeux et se regarde avec les oreilles: Nterini, de Fatoumata Diawara, c’est notre clip du jour. 
Avec “Nterini”, la Malienne Fatoumata Diawara rend hommage aux migrants

La musicienne et actrice malienne Fatoumata Diawara annonce la sortie de son nouvel album, Fenfo, le 25 mai. En prélude à ce nouvel Lp co-réalisé par Matthieu Chedid, qui succède au très remarqué Fatou (2011), Fatoumata Diawara a dévoilé le titre Nterini et le clip qui l’accompagne. 

La vidéo, réalisée par la photographe et artiste éthiopienne Aïda Muluneh, s’ouvre par cette phrase: “Dans un monde aux 7 milliards de personnes, il y a un milliard de migrants.” Nterini raconte en effet en bambara l’histoire d’un migrant, “et la peine que ressentent deux amants séparés par la distance”, comme l’explique le communiqué de presse.

Habituée des collaborations en tout genre, du collectif Africa Express de Damon Albarn à la bande originale du film Timbuktu, dans lequel elle exerçait aussi ses talents d’actrice, Fatoumata Diawara est une chanteuse engagée. Si elle rend aujourd’hui hommage aux migrants, elle est avant-tout une voix importante pour les femmes africaines et s’élève régulièrement contre l’excision, comme le montre une séquence du documentaire Mali Blues, qui la met à l’honneur. 

 


2. “Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien

Repéré dans la sélection Un Certain Regard du dernier festival de Cannes, Mon Tissu préféré est un conte initiatique construit comme une invitation au voyage, dans l’intimité d’une jeune femme en quête de liberté individuelle, sur fond de guerre civile syrienne.
“Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien - Cheek Magazine

4. Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s

Autrice, scénariste et youtubeuse, Samantha Bailly est récemment devenue présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et vice-présidente du Conseil Permanent des Écrivains. Du haut de ses 29 ans, elle bouscule le très masculin monde de l’édition à coup de hashtags et d’agitprop.
Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s - Cheek Magazine