culture

Chronique / “Objectif scénario”

Épisode 6: dialogues, dialogues

Acceptée à L’Atelier scénario de la Fémis, Deborah Hassoun a un an pour écrire son scénario de long-métrage. Atteindra-t-elle son objectif? Chaque mois, elle nous raconte sa progression.  

J’écoute, j’écoute… Pas juste les voix qui squattent dans ma tête. Tout l’été, en face à face avec mon ordije crois bien l’avoir entendu me causer. Depuis le rendu de la version zéro (pointé) de mon dialogué, mes personnages rejouent les scènes dans mon cerveau. 

Prête pour les mois (années?) de retouches, il va falloir couper des bouts de structure par là et rajouter une broderie de répliques par ci. Du travail d’orfèvre où, à tout moment, prise d’une crise de panique, je suis capable de déchirer la robe pour en faire un pantalon. Je prie pour, dans ce cas, ne pas avoir à jeter les perles. 

J’ai toujours adoré les gens qui parlent fort, je peux sans vergogne leur piquer des répliques. Les transports en commun étant mon parc d’attractions préféré. En guise de montagnes russes, les fous hurlant des discours politiques incohérents mais criants de vérité, les sorties scolaires où le bordel n’empêche pas les bons mots d’enfants, et les amoureux qui partageraient bien une pomme d’amour entre deux disputes. 

“Ma passion des sitcoms vient de l’art de manier les vannes mais surtout de la gestuelle exagérée qui permet de souligner l’émotion.”

Ce n’est pas un hasard si mon histoire a pour personnage secondaire imposant (pour ne pas dire écrasant) une grand-mère à la gouaille inimitable. J’essaye juste de retranscrire au mieux les phrases-coup de poing de celle avec qui je partage un quart d’ADN. Le titre de sa chanson préférée? Paroles, paroles

Elle a toujours su magnifier ses mensonges en y ajoutant de nombreux détails fantasques qui donnent envie de la croire. Le mieux restant ses conseils vestimentaires du type “ne t’habille pas en rouge, les hommes sont des taureaux”, que j’hésite à recenser dans un bouquin qui aurait pour titre Les paillettes, c’est sa vie

J’regarde, j’regarde… Parce que les gestes qui accompagnent les mots donnent la valeur ajoutée. 

Ma passion des sitcoms vient de l’art de manier les vannes mais surtout de la gestuelle exagérée qui permet de souligner l’émotion. Dans Friends, quand Ross se fait piquer son sandwich dans le frigo de son boulot alors qu’il est déjà au bord de la dépression, la répétition du “my sandwich?” -signe qu’il ne veut pas y croire- est déjà bien trouvée, mais la façon qu’il a de mordre ses mains et de cacher ses yeux accentue l’effet comique pour lui faire atteindre son maximum.

“Les gestes culinaires ayant leur importance dans cette histoire, je trouve pour l’instant trop sec mon découpage de ciboulette.”

Pour ce scénario, je noie des personnages de comédie dans un drame. Je suis loin d’avoir atteint le niveau de précision que je vise en ce qui concerne les descriptions. Les gestes culinaires ayant leur importance dans cette histoire, je trouve pour l’instant trop sec mon découpage de ciboulette. Comment écrire que les mains qui malaxent les tripes sont incapables de gestes plus affectueux? En quoi l’eau qui gonfle les haricots symbolise la transparence d’un personnage? La main qui se pose sur la joue, est-ce qu’elle retient une baffe ou une caresse? L’expression “un temps”, qui signale un silence, est-ce que quelqu’un sait combien de secondes ça dure?  

Je lis, je lis… À voix haute toujours. Quand la scène est finie, c’est comme une récompense. Je m’applique sur les “ben…”, les “euh…”, les “ouais…”, les “pfff…”, et la réalité me frappe à chaque fois. Plus important que les mots qu’on dit, il y a ceux qu’on ne dit pas. 

Pour (re)lire l’épisode 5: J’écris, tu lis, je réécris, c’est ici


1. Covid-19: Le monde du spectacle va-t-il survivre au nouveau couvre-feu?

“L’annonce du couvre-feu à 21h m’a fait l’effet d’une douche froide.” Mercredi 14 octobre, Jessie Varin découvre consternée les nouvelles mesures gouvernementales de lutte contre la pandémie de Covid-19. La directrice artistique de La Nouvelle Seine, une péniche bar-restaurant-salle de spectacles fait vite le calcul: son…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine

2. Les séries Cheek qui vont sauver notre automne 2020

L’épidémie de Covid-19 a perturbé de nombreux tournages et a forcé certaines chaînes et services de streaming à bouleverser leurs calendriers de diffusion. Restent quand même quelques nouveautés à se mettre sous la dent, que vous aimiez les mélos en orbite ou les questionnements existentiels…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine

3. Dans “Black Power”, Sophie Rosemont rend hommage aux pionnières de la pop culture noire américaine

La journaliste Sophie Rosemont (collaboratrice de Cheek Magazine) aime bien dérouler des fils. Elle a d’abord suivi celui de sa passion pour Courtney Love et Aretha Franklin pour écrire Girls Rock, une galerie de portrait passionnante des femmes dans le rock. Et puis, en écrivant…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine

4. Cœur de Pirate dézingue en chanson les préjugés sur la beauté des femmes

Depuis que Béatrice Martin alias Cœur de Pirate a explosé, à la fin des années 2000, avec son tube Comme des enfants, la chanteuse, compositrice et pianiste québécoise ne cesse de nous surprendre et de nous émouvoir. Avec sa voix fragile d'abord, et ses mélodies…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine

5. Louise Bourgoin aimerait voir plus de mères complexes au cinéma

On retrouve Louise Bourgoin au milieu de maquettes de bateaux dans une salle tranquille de l’hôtel Grand Amour dans le 10ème arrondissement de Paris. Ce n’est pas tant le contexte sanitaire que l’actrice trouve étrange mais plutôt de faire une pause dans le tournage de…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine

6. Les 5 films Cheek à voir cet automne

C’est officiel, les grosses sorties américaines de 2020 sont encore décalées pour cause de pandémie. Pas de Black Widow, pas de Mort sur le Nil, pas de Mulan pour encore quelque temps... Heureusement, le cinéma français, le cinéma indépendant et Netflix vont nous fournir de…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine

7. Le clit test va-t-il révolutionner le sexe à l'écran?

Avez-vous déjà vu jouir une femme à l’écran? On vous voit venir, la scène du restaurant dans le film Quand Harry rencontre Sally ne compte pas. Encore très souvent cantonnées au rôle de faire-valoir de leur partenaire masculin, les femmes ne sont pas très convaincantes…
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine  - Cheek Magazine
© Ludivine Boizard / Cheek Magazine