culture

Le Podcast du jour

Podcast “3.55”: Chanel vous emmène dans les coulisses de l'Opéra de Paris

Précurseur en matière de podcast dans l’univers du luxe, Chanel a confié un micro à Anne Berest, qui s’est immiscée dans les coulisses de l’Opéra de Paris. Aurélie Dupont, Keira Knightley ou l’étoile russe Diana Vishneva se racontent en face à face avec l’écrivaine. 
DR
DR

DR


Bienvenue au 3.55, le podcast de Chanel à l’Opéra. Je suis Anne Berest, je suis écrivain, je me trouve à l’Opéra Garnier qui bruisse du lancement de sa nouvelle saison.” C’est avec ces mots que l’autrice introduit chaque épisode de ce nouveau podcast initié par Chanel, qui part à la rencontre de personnalités liées au monde de la danse. “Que signifie danser aujourd’hui? Que dit le corps de notre époque? Comment exprime-t-il sa modernité?”, ces questions, Anne Berest est allée les poser à des comédiennes –Keira Knightley ou Kate Moran-, danseuses -Aurélie Dupont ou Diana Vishneva- et chorégraphe -Ohad Naharin. 

 

Dans des entretiens intimistes d’une vingtaine de minutes, les protagonistes de 3.55 évoquent leurs rapports à la danse, qu’ils soient quotidiens ou viscéraux, comme c’est le cas d’Aurélie Dupont, étoile devenue directrice de la Danse de l’Opéra de Paris, ou de Kate Moran, actrice américaine chérie par le cinéma underground français, qui baigne dans le monde de la danse depuis l’enfance. Ou qu’ils soient laborieux, comme pour Keira Knightley, ambassadrice de la Maison CHANEL et égérie du parfum Coco Mademoiselle Intense, qui raconte avec une sincérité désarmante le désastre de certaines scènes dansées de son dernier film, Colette.  

 

 

Mais, bien au-delà de la danse, il est question dans 3.55 de beaucoup d’autres thèmes. La recherche de la liberté, si chère à Gabrielle Chanel pour qui vêtement rimait absolument avec mouvement -“Il n’y a d’autre beauté que la liberté des corps”, disait-elle- traverse ces conversations. “Je me sens libre quand techniquement je me sens forte”, affirme Aurélie Dupont, quand Kate Moran trouve sa liberté dans des petits riens, comme voir un coucher de soleil, respirer ou obtenir un rôle. Traversés par des citations de Gabrielle Chanel ou par son amour pour certaines œuvres, comme Le Sacre du printemps, qui revient presque comme un fil rouge, ces entretiens feutrés au contact de parcours singuliers sont aussi de formidables sources d’empowerment, où il est fréquemment question de transformation et de sublimation de soi. Ainsi, cette formidable phrase de Pina Bausch adressée à Aurélie Dupont: “Je t’ai choisie pour tes faiblesses et pas pour ta force, c’est ça que je vois, parce que c’est ce qui est beau chez un artiste.”  

 


1. “Les Chatouilles”: un film poétique et réaliste sur la reconstruction d'une femme violée dans son enfance

En salles le 14 novembre, Les Chatouilles raconte la reconstruction d’Odette, une trentenaire violée à plusieurs reprises par un ami de ses parents, à l’âge de huit ans. Le scénario est très inspiré du parcours d’Andréa Bescond, coréalisatrice du film avec Éric Métayer, qui y interprète son propre rôle, après avoir raconté son histoire sur les planches. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

2. 3 temps forts à ne pas manquer au festival Inrocks 2018

Retour du festival Inrocks dès le 21 novembre. De Lolo Zouaï à Oh Mu en passant par la conférence sur les nuits lesbiennes organisée par Cheek Magazine, 3 temps forts à ne pas manquer.    
DR - Cheek Magazine
DR

5. Avec sa romance lesbienne, Pauline Delabroy-Allard signe un grand livre sur la passion

Pauline Delabroy-Allard a été la sensation de la rentrée littéraire avec Ça raconte Sarah, récit d’une passion intense entre deux femmes. À tout juste 30 ans, elle était jusqu’à cette semaine la dernière femme en lice pour le prix Goncourt. Elle est toujours dans la course pour le Médicis.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Comment les sorcières sont devenues des icônes féministes au cinéma

Après Call Me By Your Name, le cinéaste italien Luca Guadagnino s’offre un remake du cultissime Suspiria de Dario Argento (1977). Dans le premier rôle, une femme furieusement à la mode de nos jours, la sorcière. Une figure féminine, qui, autrefois résumée à son chapeau et son nez crochu, fait aujourd’hui office d’icône féministe dans la pop culture et notamment les salles obscures.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Grosses et fières de l'être, les rappeuses body positive prennent le micro

Assumer son corps non conforme aux normes et revendiquer ses rondeurs comme outil d’affirmation et de libération: depuis quelques années, certaines rappeuses nouvelle génération font du body positive un combat en mots et en images. 
DR - Cheek Magazine
DR