culture

Média

Quoi de meuf?: la newsletter féministe et pop culture du dimanche matin

Quoi, une nouvelle newsletter féministe et pop culture? Oui, et ça s’appelle Quoi de meuf?.
Broad City © Comedy Central
Broad City © Comedy Central

Broad City © Comedy Central


Les journalistes Clémentine Gallot et Mélanie Wanga, qui écrivent sur le genre et la culture à Libération et 20 Minutes (Clémentine ayant aussi signé quelques brillants papiers pour Cheek), viennent de lancer Quoi de meuf?, une newsletter hebdomadaire féministe, pop culture et générationnelle (pour s’inscrire, c’est là). Forcément, ça nous parle, alors on a voulu en savoir plus. 

Quoi de meuf? c’est quoi et pourquoi vous êtes vous lancées?

Quoi de meuf ? est une newsletter féministe et culturelle hebdomadaire que l’on reçoit le dimanche dans sa boîte mail. On peut la lire sous la couette ou au coin du feu! On s’est lancées pour plusieurs raisons: d’abord nous sommes toutes deux d’avides lectrices de newsletters. Ensuite, on trouvait qu’en France, l’offre ne correspondait pas exactement à ce que l’on cherchait: un commentaire féministe et décalé de l’actualité dans un format novateur. Donc a décidé de proposer quelque chose nous-même. Enfin, l’année 2016 a été plutôt rude, pour des raisons notamment politiques, et on avait besoin d’un geste pour se remonter le moral, s’exprimer librement et fédérer d’autres personnes.

En France, le féminisme est désormais au centre de plusieurs médias: sites, podcasts, newsletters… Ce n’est pas assez à votre sens?

En effet, les initiatives se multiplient (Cheek, Atoubaa, Les Glorieuses, Les Journalopes…). Mais le choix reste encore limité en français, par rapport aux pays anglo-saxons. Plus il y a d’émulation et de diversité, mieux c’est. Et il y a encore du travail pour légitimer les questions de genre dans la presse grand public…

Quoi de meuf? se revendique générationnelle: à quelle génération s’adresse-t-elle et qu’est-ce qui caractérise cette génération en termes de féminisme?

A priori à nous, c’est à dire la génération Y: c’est à peu près la troisième/quatrième vague du courant, pro-sexe, intersectionnel, qui réconcilie Beyoncé et la théorie. Il existe dans ce mouvement une infinité de variantes et il est certain qu’on ne sera pas toujours d’accord avec nos lecteurs.trices, ni entre nous d’ailleurs, et tant mieux. On n’est pas là pour faire la leçon, mais pour proposer des idées et des commentaires intéressants.

Quoi de meuf

Quoi de meuf? aime la pop culture: quel est votre top 3 des trucs à voir, écouter ou lire dans le monde en ce moment? 

– La série norvégienne pour ados Skam sur un groupe de copines féministes, une merveille.

– Le podcast américain Dusted, où deux scénaristes/auteurs étudient tous les épisode de Buffy contre les vampires.

– Le livre Underground Railroad, sensation de 2016 aux US, qui mêle dystopie et histoire de l’esclavage aux Etats-Unis.

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski


2. “Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien

Repéré dans la sélection Un Certain Regard du dernier festival de Cannes, Mon Tissu préféré est un conte initiatique construit comme une invitation au voyage, dans l’intimité d’une jeune femme en quête de liberté individuelle, sur fond de guerre civile syrienne.
Broad City © Comedy Central - Cheek Magazine
Broad City © Comedy Central

4. Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s

Autrice, scénariste et youtubeuse, Samantha Bailly est récemment devenue présidente de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et vice-présidente du Conseil Permanent des Écrivains. Du haut de ses 29 ans, elle bouscule le très masculin monde de l’édition à coup de hashtags et d’agitprop.
Broad City © Comedy Central - Cheek Magazine
Broad City © Comedy Central