cheek_culture_habillage_desktop

culture

Littérature

Rentrée littéraire: 5 romans Cheek à lire cet automne

Parmi les centaines de parutions de la rentrée littéraire, on a repéré 5 romans très Cheek à lire absolument.
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR

Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR


Elles ont entre 26 et 37 ans et publient parfois pour la première fois. Du terrorisme à l’immigration en passant par l’entrée dans l’âge adulte, l’identité ou le genre, toutes se sont emparées du monde d’aujourd’hui pour le raconter à leur manière. Parmi les jeunes auteures à suivre en cette rentrée littéraire, voici nos 5 romancières coups de cœur.

 

Survivre, de Frederika Amalia Finkelstein (L’Arpenteur-Gallimard

survivre Frederika Amalia Finkelstein rentrée littéraire

Ça raconte quoi: Ava vient de perdre son emploi dans un Apple Store parisien. Mais tous les jours elle fait comme si. Elle se lève, et fait semblant d’aller travailler “pour ne pas sombrer”. Elle marche, prend le métro, s’arrête dans des cafés et comble le vide de ses journées sur Internet en s’abreuvant d’images et d’infos choc et en cultivant une obsession morbide pour les attentats du 13 novembre et le terrorisme. D’une plume sèche et clinique, Frederika Amalia Finkelstein, 26 ans, remarquée en 2014 avec L’Oubli publie un second roman très noir sur les répercussions psychologiques individuelles et collectives du 13 novembre 2015, mais aussi sur la solitude et l’addiction aux réseaux sociaux et aux jeux vidéo.

Pourquoi on a envie de le lire: Un texte générationnel radical sur l’après-Bataclan et les attentats qui ont frappé de plein fouet une jeunesse parisienne par ailleurs en proie à la solitude et à l’angoisse des grandes métropoles.

 

L’Art de perdre, d’Alice Zeniter (Flammarion)

alice zeniter l'art de perdre rentrée littéraire

Ça raconte quoi: Naïma est une jeune femme d’aujourd’hui. Elle a fait des études, travaille dans une galerie d’art, sort, se réveille parfois avec la gueule de bois. Ses origines algériennes ont longtemps été pour elle un non-sujet. Pourtant la société, sans cesse, l’y renvoie en particulier après la période des attentats. C’est le début pour Naïma d’un long cheminement au cours duquel elle va faire renaître la parole oubliée ou tue de son grand-père harki et de son père arrivé en France en 1962 et ainsi, renouer avec son héritage culturel. Avec L’Art de perdre, son quatrième roman, Alice Zeniter, 31 ans, Prix Renaudot des lycéens 2015 pour Juste avant l’oubli signe une sublime fresque sur la difficile liberté d’être soi quand son histoire personnelle s’inscrit dans une grande histoire qui “ne passe pas”.

Pourquoi on a envie de le lire: Quand les origines et l’identité demeurent complexes et inconfortables, L’Art de perdre, fascinant roman d’initiation, montre la voie lumineuse de la réconciliation intime.

 

Sa mère, de Saphia Azzeddine (Stock)

saphia azzeddine sa mère rentrée littéraire

Ça raconte quoi: Marie-Adélaïde est née sous X. Adoptée par une famille qui a fini par la laisser tomber, elle survit comme elle peut, tantôt vendeuse dans une sandwicherie, tantôt baby-sitter. Rebelle, déclassée, elle ne se sent appartenir à aucun milieu, à aucun groupe, à aucune génération qu’elle soit Y ou Bataclan. Elle est persuadée d’avoir un destin et que ce dernier se cache dans ses origines. Avec pour seul indice, le doudou de luxe avec lequel elle a été abandonnée, elle se lance à la recherche de sa mère biologique et du secret de sa naissance. À travers le parcours de son héroïne, Saphia Azzeddine, 37 ans, auteure à succès depuis la parution de Confidences à Allah se livre, dans ce septième roman, à une critique acerbe de la société de consommation, de la reproduction sociale, des paradoxes des bobos, mais aussi de l’univers du luxe et de la mode.

Pourquoi on a envie de le lire: Une dénonciation coup de poing des conventions et de la bien-pensance qui régissent la vie parisienne et l’ensemble de société actuelle.

 

Le courage qu’il faut aux rivières, d’Emmanuelle Favier (Albin Michel)

emmanuelle favier le courage qu'il faut aux rivières rentrée littéraire

Ça raconte quoi: Au cœur d’un village des Balkans, au sein d’une communauté d’un autre âge vivant sous des lois patriarcales, Manushe, 45 ans, a fait le choix de vivre seule et (presque) comme un homme en devenant “vierge jurée”, seule manière pour elle d’éviter un mariage forcé à 15 ans et de conserver une forme de liberté. Mais un jour, Adrian, un mystérieux inconnu, débarque au village. Le désir s’éveille et Manushe est douloureusement renvoyée à son identité sexuée. Emmanuelle Favier, 36 ans, correctrice chez Mediapart, signe un étonnant premier roman aux allures de contes sur la domination masculine, doublé d’une fine réflexion sur le genre. 

Pourquoi on a envie de le lire: Le courage qu’il faut aux rivières plonge dans une réalité méconnue, celles des vierges jurées d’Albanie, pour interroger plus largement la nature et la place des deux sexes. Le roman le plus féministe de la rentrée.

 

Les petits poissons, Marie Céhère  (Éditions Pierre Guillaume de Roux)

marie céhère les petits poissons rentrée littéraire

Ça raconte quoi: Virginie, 18 ans, fugue pour rompre avec une famille bourgeoise et cynique et tenter de tracer sa propre route, entre révolte, excès et provocations. Mais qu’est-ce que la transgression à une époque où tout semble permis? Comment trouver sa place dans un monde qui semble ne vouloir vous en assigner aucune? Et surtout que veut dire avoir moins de 20 ans au XXIème siècle? Il faudra à Virginie un voyage aussi réel que symbolique pour obtenir quelques réponses. Marie Céhère, 26 ans, critique littéraire à Causeur, s’impose avec un récit ultra contemporain au style à la fois classique et cru. Une immersion vertigineuse -parfois jusqu’au malaise- dans l’univers de la génération née à l’orée des années 2000.

Pourquoi on a envie de le lire: Roman d’apprentissage tout autant qu’éducation sentimentale 2.0, Les petits poissons est un Bonjour tristesse moderne, manifeste des désillusions de la jeune génération.

Virginia Bart


2. Le clip du jour: Mai Lan - Pas d'amour

Quand la musique s’écoute avec les yeux et se regarde avec les oreilles: Pas d’amour, de Mai Lan, c’est notre clip du jour. 
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR - Cheek Magazine
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR

4. La cérémonie des Emmy Awards 2017, un cru très féministe

On a lu pour vous cet article de Vanity Fair US qui revient sur la soirée des Emmy Awards 2017, vue comme un “doigt d’honneur au patriarcat”.
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR - Cheek Magazine
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR

5. Trois bonnes raisons d’aller voir la nouvelle expo Niki de Saint Phalle

L’expo consacrée à Niki de Saint Phalle, la célèbre créatrice des Nanas, est centrée autour de la thématique du corps féminin. Une œuvre puissamment féministe à aller contempler au plus vite.
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR - Cheek Magazine
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR

6. Avec son clip “Flava”, la rappeuse Princess Nokia appelle à l'empowerment des femmes noires et métisses

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le clip Flava de la rappeuse Princess Nokia qui invite les femmes noires et métisses à être fières de leurs différences et dénonce l’appropriation culturelle dont elles sont souvent les victimes.
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR - Cheek Magazine
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR

7. Les Cheek films de la rentrée

Beaucoup de sensations fortes pour cette rentrée cinéma où l’on parle d’argent, de féminisme, de racisme, de chagrin d’amour… et de volonté de changer le monde, d’une manière ou d’une autre.
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR - Cheek Magazine
Madonna sur le tournage de “Recherche Susan désespérément”, DR