culture

Série

Série: 3 Bonnes raisons de regarder “Insecure”

La série Insecure revient pour une troisième saison lundi 13 août sur OCS. Voici 3 raisons de la regarder, et de rattraper votre retard si vous ne l’avez pas suivie.
Issa Rae et Yvonne Orji © HBO
Issa Rae et Yvonne Orji © HBO

Issa Rae et Yvonne Orji © HBO


Bookez vos agendas, Insecure revient pour une saison 3 le 12 août sur HBO et dès le lendemain sur OCS en France. Issa Dee et sa meilleure amie Molly Carter sont toujours aux prises avec les incertitudes de leur vie professionnelle et sentimentale, leur libido ainsi que leurs prétentions sociales. Si vous êtes passé·e à côté de la série, voici 3 bonnes raisons de vous y mettre.

 

Des personnage riches et profonds

Issa Rae, coproductrice de la dramédie, se met en scène dans le rôle d’une jeune femme noire, Issa Dee, aux portes de la trentaine, à la recherche du sens de sa vie. Elle travaille dans une association mais en désapprouve le fonctionnement. La relation avec Lawrence, son mec, ne la satisfait plus alors qu’elle en est encore profondément amoureuse. Pour ne rien arranger, elle explique passer pour la “noire de service” aux yeux d’une partie de son entourage. Le naturel d’Issa n’a d’égal que sa maladresse. Molly, sa meilleure amie, contrebalance avec une assurance sans faille. Une bonne part de la puissance comique de la série repose sur la relation entre les deux femmes. L’incarnation lunaire de la première contraste parfaitement avec le tempérament flamboyant de la seconde. Le duo est complété par une galerie de personnages ciselés. Chacun fait face à ses doutes et ses contradictions et les retranscrit à l’écran avec justesse.

 

 

Un scénario sans concessions

Passé les premiers épisodes, plus que l’interprétation, c’est l’écriture des protagonistes qui marque. Les showrunners n’épargnent pas Issa et Molly. Les choix qu’elles font -de la remarque mesquine à l’infidélité-, elles les assument parfois et parfois pas, ce qui les rend d’autant plus humaines. Alors que l’on a l’habitude de voir des héroïnes victimes de leurs proches, ici elles endossent tout autant le rôle de bourreau que celui de sauveuses. Issa ferme un temps les yeux sur une situation de racisme vis à vis de la communauté latino. Molly se braque quand son nouveau boyfriend lui avoue qu’il a eu, plus jeune, une aventure homosexuelle d’un soir alors qu’elle venait de lui faire la même révélation. Tout est servi sans filtre, sans morale. De fait, la série nous renvoie aux souvenirs coupables des moments peu glorieux de nos vies. Ce qui nous rapproche d’autant plus des deux amies.

 

Insecure saison 3  Issa Rae © HBO

© HBO

Rien n’est édulcoré

Insecure croque la vie de ses personnages sans tabous. A chaque moment d’introspection, Issa s’imagine en train de se lancer dans un freestyle rap, face à un miroir de salle de bains, pour vider son sac. Les punchlines dépassent rarement les frontières de son imagination. Le sexe occupe une place importante dans la série. Ici, il n’est ni bestial et racoleur, ni idéalisé. Quand Issa veut faire l’amour avec Lawrence sous la douche, c’est plus galère que glamour. Lorsque la jeune femme passe la soirée seule et que son vibro tombe en rade, elle part en chasse de piles dans tous les appareils électroniques de son appart. Tout au long des deux premières saisons, les héroïnes et leur entourage ont oscillé entre espoirs et réalisations… Mais aussi entre misère affective et petits bobos à l’égo. A travers leurs errements, HBO nous offre une série juste, à la fois douce et amère que l’on peut binger sans craindre l’overdose. 

 

Bonus: une bande originale de folie pour patienter entre chaque nouvel épisode

En prime, Insecure est rythmée par une BO qui regroupe la crème du Hip Hop, du RnB et de la Pop urbaine de ces 25 dernières années. Le spectre va de Ice Cube à Frank Ocean, de Kendrick Lamar à Thundercat. Côté meufs qui assurent on retrouve entre autres SZA, Kelela ou Solange Knowles. L’artiste-productrice est aux commandes de la musique de la série avec Raphael Saadiq. Chaque épisode s’ouvre et se conclut sur un hit.  

 

Cédric Soares


5. Charmed, Buffy… les remakes de nos séries d'adolescentes font-ils du femwashing?

Charmed, Buffy, Sabrina l’apprentie sorcière… Un violent vent de nostalgie souffle sur les chaînes américaines. Des reboots de ces séries sont soit sur le point de débarquer sur nos écrans, soit en projet, et on nous les vend comme plus féministes et plus intersectionnels que jamais. Faut-il se réjouir de ce sursaut post-#MeToo ou déplorer une certaine paresse? Retour sur une tendance qui n’a pas fini de se développer.
Issa Rae et Yvonne Orji © HBO - Cheek Magazine
Issa Rae et Yvonne Orji © HBO

7. Podcast “3.55”: Chanel vous emmène dans les coulisses de l'Opéra de Paris

Précurseur en matière de podcast dans l’univers du luxe, Chanel a confié un micro à Anne Berest, qui s’est immiscée dans les coulisses de l’Opéra de Paris. Aurélie Dupont, Keira Knightley ou l’étoile russe Diana Vishneva se racontent en face à face avec l’écrivaine. 
Issa Rae et Yvonne Orji © HBO - Cheek Magazine
Issa Rae et Yvonne Orji © HBO