culture

Série / Masters Of Sex

5 séries américaines branchées cul

Aujourd’hui, les scènes de sexe à la télé sont incontournables. Ce sont souvent d’ailleurs elles qui créent le buzz ou la polémique. Surtout, elles sont emblématiques et révélatrices d’une  époque et d’un parti pris. Retour sur cinq séries dans lesquelles le sexe ne passe pas inaperçu. Et pour cause.
© Showtime Networks Inc.
© Showtime Networks Inc.

© Showtime Networks Inc.


Masters of Sex

Masters Of Sex, c’est la nouvelle pépite de la chaîne indépendante Showtime. Une série audacieuse, plutôt bien faite, qui n’est pas sans rappeler Mad Men pour la retranscription de l’époque et dont le pitch est presque révolutionnaire. Elle révèle l’histoire vraie et les travaux de William Masters et Virginia Johnson, des scientifiques qui ont observé des personnes faire l’amour dans les années 60, pour mieux comprendre les mystères de la sexualité féminine. Dans chaque épisode, les scènes de sexe sont donc essentielles. On y voit, entre autres, s’ébattre des couples et se masturber des jeunes femmes sous le regard de nos deux héros.

Masters Of Sex 2

 Lizzy Caplan et Michael Sheen © Showtime Networks Inc. 

Girls

La série de Lena Dunham, qui revient pour une troisième saison le 12 janvier prochain, s’est illustrée par ses scènes de sexe crues. Ce parti pris représente l’exploration parfois inconfortable de la sexualité des trentenaires. Un épisode de la deuxième saison a même fait polémique. On s’est demandé si la relation sexuelle entre Adam, l’ex de Hanna dans la série, et Natalia, sa nouvelle petite copine, était un viol ou simplement une mauvaise expérience au lit. Le débat fait encore rage sur la toile.

Girls saison 2 Adam Driver Lena Dunham

 Adam Driver et Lena Dunham © Home Box Office (HBO)

Game Of Thrones

La série phare de HBO est connue pour ses rebondissements, mais aussi ses scènes de sexe et de viol qui empruntent parfois au porno, au point que des voix se sont élevées pour protester contre leur pertinence dans la série. Elles n’apportent souvent pas grand-chose à l’intrigue, comme cette scène dans un bordel où le gérant apprend à deux prostituées, en pleine action, à mieux feindre leurs orgasmes. La célèbre émission américaine Saturday Night Live en a fait un sketch qui explique à sa façon l’abondance du sexe dans la série: la présence sur le show d’un ado de 13 ans en tant que consultant, dont l’unique fonction serait de rajouter des seins nus dans chaque scène.

Game Of Thrones

Emilia Clarke et Jason Momoa © Home Box Office (HBO) 

The L Word

Bien avant la sortie de La Vie d’Adèlela Palme d’or d’Abdellatif Kechiche, The L Word avait révolutionné la perception des lesbiennes sur le petit écran. Pendant six saisons et 70 épisodes, la série a déconstruit  tous les stéréotypes concernant cette communauté. Les scènes de sexe sont nombreuses et longues de presque 10 minutes dans chaque épisode. La plupart du temps, les superbes héroïnes prennent leur pied.  The L Word est presque un Kamasutra lesbien à elle seule.

The L World

 © Showtime Networks Inc.

Sex and the City

C’est la série phare des années 90, incontournable en matière de sexe. Pourtant, si elle aborde tout ou presque (annulingus, sperme au mauvais goût, épilation, sodomie, baiser après un cunnilingus, morpions, masturbation), Sex And The City montre peu. Les scènes sont courtes, glamour ou drôles, et la nudité est parcimonieuse (sauf peut-être dans le premier film, où dans les scènes non censurées, on aperçoit poils pubiens et pénis). Puisque Sarah Jessica Parker avait signé un contrat pour ne pas apparaître nue dans la série, ceci explique cela.

Sex and the city

Sarah Jessica Parker, DR

Charlotte Lazimi


1. Dans “Come as You Are”, Desiree Akhavan dénonce les thérapies de conversion pour les LGBTQ

Sur la terrasse du Publicis, qui surplombe les Champs-Elysées, Desiree Akhavan admire la vue. “Putain c'est beau ici, non?” nous demande-t-elle d'emblée. Elle donne le ton: avec elle, on se sent à l'aise tout de suite et il n'y a pas beaucoup de sujets qu'elle…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.

2. “Mon Tissu préféré” fait souffler un vent de liberté sur le cinéma syrien

L’arrivée de Gaya Jiji en France a coïncidé avec la victoire française à la Coupe du monde de football il y a pile vingt ans. Depuis, la réalisatrice syrienne exilée à Paris a obtenu un master en réalisation à l’université Paris 8, réalisé trois courts…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.

3. La Cheek-list littéraire de votre été 2018

Déconcertantes, résilientes, ambitieuses, inspirantes ou infréquentables, nos héroïnes de l'été ont été triées sur le volet. Qu'elles nous racontent leur (sur)vie comme Adélaïde Bon ou Patty Schemel, nous confient les clefs -parfois inattendues- de leur réussite, comme Christiane Taubira ou Virginie Despentes, ou s'imposent en…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.

4. Samantha Bailly, la romancière en lutte pour défendre les auteur·rice·s

Samantha Bailly est de celles qui ne perdent pas de temps: elle est encore au lycée lorsqu’elle écrit son premier roman, La Langue du silence, publié quelques années plus tard, en 2009. À l’époque, Samantha a 19 ans et elle est en L2 de Lettres…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.

5. Féminisme, genre et transidentité: notre sélection 2018 au Festival d'Avignon

Pour sa 72ème édition, le Festival d’Avignon ouvre ses portes à une question brûlante: celle du genre. Du 6 au 24 juillet, le féminisme, les trans et le genre comme construction culturelle traversent les spectacles de théâtre et danse de la ville. Si le président Olivier…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.

6. Avec “Radiate”, Jeanne Added se fait un gros trip en forêt

Non, ceci n'est pas une rediffusion de l'émission La Vie secrète des arbres, mais bien le nouveau clip de Jeanne Added. Après Mutate, la musicienne française dévoile un deuxième extrait de son nouvel album qui paraîtra le 14 septembre et qui s'intitule, tout comme ce…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.

7. "Torture porn": quand la fétichisation des violences faites aux femmes pollue nos séries télé

“Il y a deux ans, j’ai décidé de ne plus regarder aucune série policière où les victimes seraient, au choix, mineures ou de sexe féminin. Quand je tombe sur un épisode d’Esprits Criminels ou des Experts, si la victime est une femme, je zappe. […]…
© Showtime Networks Inc. - Cheek Magazine
© Showtime Networks Inc.