culture

Médias

Sosies en série: ce site Web réunit des personnalités qui se ressemblent

On a voulu savoir qui se cachait derrière le site Sosies en série, qui rassemble ceux qui se ressemblent. 
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin

Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin


Séphora Talmud, 24 ans, vient de lancer le site Sosies en série. Avec la photographe Elodie Daguin, la jeune femme, qui travaille par ailleurs en tant que Social Media Manager & Digital PR pour les salons de mode et d’accessoires Who’s Next et Première Classe, réalise des “interviews-miroirs” de personnalités qui se ressemblent. On a voulu en savoir plus sur ce projet Web qui, lui, ne ressemble à aucun autre.

Quelle est l’idée de départ derrière Sosies en série?

L’idée m’est venue fin 2014. J’écoutais le dernier disque de Julien Gasc et en regardant la pochette, j’ai confondu Julien avec Benjamin Mege, du duo de réalisateurs Dent de Cuir. C’est à ce moment-là que j’ai souhaité faire des “interviews-miroirs”, autrement dit des interviews croisées entre deux personnes à la ressemblance frappante et indéniable. 

“Les photographies prises lors de ces réunions provoquent un quiproquo qui rappelle le jeu des sept différences.”

Dans quel but?

Afin de constater si, outre l’apparence, ces personnes créatives (musicien/nes, comédien/nes, designers…) ont ou pas des choses en commun et de comparer leurs thématiques respectives. Les photographies prises lors de ces réunions provoquent un quiproquo qui rappelle le jeu des sept différences. Elodie Daguin, la photographe qui a shooté les trois premiers duos de sosies, excelle dans l’art du portrait. Nous collaborons régulièrement sur d’autres articles et c’est un plaisir de travailler avec elle. D’ailleurs, c’est elle qui a établi la corrélation entre Christine Phung et Dorothée Hannequin, la dernière série en date, qu’elle avait déjà immortalisée pour son groupe de musique The Rodeo.

Quand as-tu lancé le site?

Les deux premières interviews-miroirs ont été publiées sur Brain Magazine et ont bien marché. J’ai réalisé que sur le long terme, je pourrais en constituer une belle série et j’ai décidé de fonder le site Sosies en série. Il sera un média à part entière où vous retrouverez toutes les interviews-miroirs. Comme dans une série, chaque interview constitue un épisode. Il suffit de s’abonner à la newsletter pour connaître la date de diffusion du prochain épisode.

 

Soko et Juliette Lamet Sosies en série étonnement surprise © Elodie Daguin

Juliette Lamet et Soko © Elodie Daguin

Comment choisis-tu tes sosies? 

Je le fais d’abord en fonction des visages des gens. Puis, je vois s’ils répondent à trois critères: travailler dans la création en général, être plus ou moins connu et n’avoir aucun lien de parenté. Ensuite, j’y vais au culot: je les contacte et leur soumets le projet. Pour l’instant, le concept les a tous séduits. 

Pourquoi, à ton avis?

Ça leur permet de rencontrer leur double! Même si on lit souvent sur Internet des anecdotes de rencontres fortuites entre doppelgänger, la probabilité de rencontrer son sosie reste faible. Certes, il existe sur le Web des avis de recherche de sosies de gens comme vous et moi, mais je préfère organiser des rencontres de sosies hors du commun.

“J’ai listé une quinzaine de duos de sosies que j’aimerais former.”

Quels sont les prochains sosies sur la liste?

Mon rêve ultime serait de réaliser l’interview-miroir de l’acteur américain Adrien Brody et de son sosie français, le chanteur PacoVolume. En 2012, PacoVolume a sorti un clip génial où il était incrusté dans différentes scènes de films interprétées par Adrien Brody. Grâce au fabuleux travail de lumière et de post-production du réalisateur Jack Antoine Charlot, ils ont pu jouer “ensemble” une histoire d’amour gay. Incroyable mais vrai, le public y a cru. Seulement, quelques jours après la diffusion du clip, Adrien Brody a demandé à ce qu’il soit censuré. Il est en ligne ici, sans la musique, que vous pouvez écouter . A part ça, j’ai listé une quinzaine de duos de sosies que j’aimerais former. Cela prendra sûrement des années, mais j’aime l’idée de ce “work in progress” infini. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski 


1. Covid-19: Le monde du spectacle va-t-il survivre au nouveau couvre-feu?

Entre le confinement, l’application des mesures sanitaires dans les salles de spectacles et la mise en place d’un couvre-feu en Ile-de-France et dans les grandes métropoles, le monde de la culture souffre. Enquête. 
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin - Cheek Magazine
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin

2. Les séries Cheek qui vont sauver notre automne 2020

Passage à l’heure d’hiver, couvre-feu, baisse des températures… voilà une poignée de séries à regarder sous la couette ces prochaines semaines. 
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin - Cheek Magazine
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin

5. Louise Bourgoin aimerait voir plus de mères complexes au cinéma

L’actrice Louise Bourgoin est à l’affiche de L’enfant rêvé, de Raphaël Jacoulot. Elle était enceinte sur le tournage et nous a parlé de ses attentes quant à la représentation des femmes, mères ou non, au cinéma. 
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin - Cheek Magazine
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin

6. Les 5 films Cheek à voir cet automne

De la comédie, du thriller, de l’aventure: voici nos 5 films à voir pour faire passer l’automne 2020.
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin - Cheek Magazine
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin

7. Le clit test va-t-il révolutionner le sexe à l'écran?

On a beau le chercher, le clitoris reste un grand absent de la sexualité à l’écran. Le clit test devrait aider à le rendre visible. 
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin - Cheek Magazine
Christine Phung et Dorothée “The Rodeo” Hannequin © Elodie Daguin