culture

Newsletter

“Spell It Out”: les sorcières ont une nouvelle newsletter

Une nouvelle newsletter dédiée aux sorcières vient de voir le jour: on vous présente Spell It Out
Les sorcières d'Eastwick, DR
Les sorcières d'Eastwick, DR

Les sorcières d'Eastwick, DR


En 2018, je crois que la sorcière n’a jamais autant été sur le devant de la scène. On en parle comme d’une figure politique, symbole d’une société où les femmes sont encore et toujours opprimées. Elle incarne, par la pop culture notamment, l’image d’une femme qui brise les codes actuels et ose prendre et revendiquer son pouvoir d’action et de création”: c’est par ces mots qu’Arièle Bonte, à l’origine de la newsletter Spell It Out, introduit sa démarche. 

Envoyée pour la première fois ce mardi 20 novembre, Spell It Out, “la newsletter 100% witchy” qui paraîtra chaque mois “quelques jours avant la pleine lune”, met les sorcières à l’honneur à travers plusieurs rubriques: des liens d’actu, une collaboration avec une sorcière moderne et une recommandation culturelle. Ainsi, on trouve au menu de cette première édition des liens vers des articles qui traitent de sorcières dans le New York Times, Friction Magazine ou Cheek Magazine (merci!), un rituel de Pleine Lune prodigué par la sorcière Lilith, et un conseil de lecture, celui du livre Witches, Sluts, Feminists: Conjuring the Sex Positive de Kristen Sollee, publié en juillet 2017. 

Il me manquait, en tant que journaliste et passionnée de ces sujets, un outil pour suivre tout cela de plus près”, explique Arièle Bonte dans le numéro zéro. Pas besoin d’incantations ni de jeter un sort à l’Internet: en sorcellerie comme ailleurs, on n’est jamais mieux servie que par soi-même. 


1. Féministes et connectées, comment les poétesses nouvelle génération font bouger les lignes

Les femmes ont toujours écrit de la poésie. Pourtant, le genre continue d’être investi majoritairement par des figures masculines, qui font autorité. Récemment pourtant, la donne commence à changer avec des jeunes femmes qui se servent de cet art pour parler de leurs expériences et faire entendre leur voix.
Les sorcières d'Eastwick, DR - Cheek Magazine
Les sorcières d'Eastwick, DR

3. Avec “Poupée Russe”, Natasha Lyonne prend sa revanche

Après une adolescence sous les projecteurs, Natasha Lyonne a galéré. Problèmes de drogue, personnalité atypique: pendant 20 ans, elle a été cantonnée aux pages people et aux rôles secondaires. Avec Poupée russe, elle prouve son talent et signe son grand retour.  
Les sorcières d'Eastwick, DR - Cheek Magazine
Les sorcières d'Eastwick, DR

5. Eric Rohmer: le plus féministe des réalisateurs de la Nouvelle Vague?

Depuis le 9 janvier dernier et jusqu’au 11 février prochain, la cinémathèque française propose une rétrospective du célèbre réalisateur de la nouvelle vague Eric Rohmer. L’occasion de redécouvrir les chefs d’oeuvres d’un cinéaste féministe jusque dans sa façon de tourner. 
Les sorcières d'Eastwick, DR - Cheek Magazine
Les sorcières d'Eastwick, DR

6. Rappeuses et slut-shaming, le stigmate qui a la dent dure

Nicki Minaj, Cardi B, Liza Monet ou Shay, ces rappeuses “hardcore” se voient régulièrement slut-shamées en raison de leur image hypersexualisée et de leurs textes crus. Pourquoi ces artistes se retrouvent-elles encore confrontées à ces préjugés sexistes?
Les sorcières d'Eastwick, DR - Cheek Magazine
Les sorcières d'Eastwick, DR

7. Marina Rollman: du flop au top, comment l'humoriste suisse a trouvé sa voie

Savant mélange de gouaille et de douceur, Un Spectacle drôle de Marina Rollman fait souffler un vent d’air frais sur le stand-up français. Auréolée d’un succès grandissant, cette Franco-suisse est à l’image de ses blagues: marrante, sincère et captivante.
Les sorcières d'Eastwick, DR - Cheek Magazine
Les sorcières d'Eastwick, DR