culture

Le Cheek Point

"Torture porn": quand la fétichisation des violences faites aux femmes pollue nos séries télé

On a lu pour vous cet article de Slate sur le “torture porn” ou la fétichisation des féminicides et viols, omniprésents dans les séries télévisées, et on vous le conseille.
The Sinner © USA Network
The Sinner © USA Network

The Sinner © USA Network


“Il y a deux ans, j’ai décidé de ne plus regarder aucune série policière où les victimes seraient, au choix, mineures ou de sexe féminin. Quand je tombe sur un épisode d’Esprits Criminels ou des Experts, si la victime est une femme, je zappe. […]

Ces cadavres filmés en gros plans, dénudés et dans des positions volontiers suggestives, sont des femmes interchangeables, des femmes ‘jetables’ (voire jetées aux ordures) et désincarnées. Violées, battues ou tuées par des hommes réels ou imaginaires, elles saturent nos écrans ad nauseam. […]

Chaque jour, des femmes sont tuées par des hommes parce qu’elles sont des femmes. Elles ont ‘des prénoms, des histoires, des vies’. Je n’ai pas besoin de voir des actrices violées et torturées chaque semaine pour me rappeler que notre monde à nous est violent et misogyne.”

Dans l’article Femmes humiliées, violées, trucidées: ras-le-bol du ‘torture porn’ dans les séries télévisées publié sur Slate le 5 juillet, la journaliste Nora Bouazzouni enquête sur la banalisation, voire la ‘fétichisation’ des violences faites aux femmes à la télévision. Dans les séries policières, les féminicides et autres viols sont monnaie courante, et l’hyperviolence faite aux femmes touche aussi les séries féministes comme la La Servante Écarlate. La journaliste déplore par ailleurs que cette ‘surreprésentation fantaisiste’ et totalement irréaliste dans la fiction -79% des victimes d’homicides dans le monde sont des hommes- n’interroge pas les causes sociétales de cette violence genrée dans la réalité. Et, comme la journaliste, on s’interroge:  “Doit-on craindre que ce sensationnalisme et cette débauche de cadavres anonymes ne finissent par banaliser l’horreur, voire la rendent inexorable et achève de désensibiliser le public sur les violences faites aux femmes?”

À lire le plus rapidement possible sur Slate.


1. “Les Chatouilles”: un film poétique et réaliste sur la reconstruction d'une femme violée dans son enfance

En salles le 14 novembre, Les Chatouilles raconte la reconstruction d’Odette, une trentenaire violée à plusieurs reprises par un ami de ses parents, à l’âge de huit ans. Le scénario est très inspiré du parcours d’Andréa Bescond, coréalisatrice du film avec Éric Métayer, qui y interprète son propre rôle, après avoir raconté son histoire sur les planches. Rencontre.
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

2. 3 temps forts à ne pas manquer au festival Inrocks 2018

Retour du festival Inrocks dès le 21 novembre. De Lolo Zouaï à Oh Mu en passant par la conférence sur les nuits lesbiennes organisée par Cheek Magazine, 3 temps forts à ne pas manquer.    
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

5. Avec sa romance lesbienne, Pauline Delabroy-Allard signe un grand livre sur la passion

Pauline Delabroy-Allard a été la sensation de la rentrée littéraire avec Ça raconte Sarah, récit d’une passion intense entre deux femmes. À tout juste 30 ans, elle était jusqu’à cette semaine la dernière femme en lice pour le prix Goncourt. Elle est toujours dans la course pour le Médicis.
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

6. Comment les sorcières sont devenues des icônes féministes au cinéma

Après Call Me By Your Name, le cinéaste italien Luca Guadagnino s’offre un remake du cultissime Suspiria de Dario Argento (1977). Dans le premier rôle, une femme furieusement à la mode de nos jours, la sorcière. Une figure féminine, qui, autrefois résumée à son chapeau et son nez crochu, fait aujourd’hui office d’icône féministe dans la pop culture et notamment les salles obscures.
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

7. Grosses et fières de l'être, les rappeuses body positive prennent le micro

Assumer son corps non conforme aux normes et revendiquer ses rondeurs comme outil d’affirmation et de libération: depuis quelques années, certaines rappeuses nouvelle génération font du body positive un combat en mots et en images. 
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network