culture

Le Cheek Point

"Torture porn": quand la fétichisation des violences faites aux femmes pollue nos séries télé

On a lu pour vous cet article de Slate sur le “torture porn” ou la fétichisation des féminicides et viols, omniprésents dans les séries télévisées, et on vous le conseille.
The Sinner © USA Network
The Sinner © USA Network

The Sinner © USA Network


“Il y a deux ans, j’ai décidé de ne plus regarder aucune série policière où les victimes seraient, au choix, mineures ou de sexe féminin. Quand je tombe sur un épisode d’Esprits Criminels ou des Experts, si la victime est une femme, je zappe. […]

Ces cadavres filmés en gros plans, dénudés et dans des positions volontiers suggestives, sont des femmes interchangeables, des femmes ‘jetables’ (voire jetées aux ordures) et désincarnées. Violées, battues ou tuées par des hommes réels ou imaginaires, elles saturent nos écrans ad nauseam. […]

Chaque jour, des femmes sont tuées par des hommes parce qu’elles sont des femmes. Elles ont ‘des prénoms, des histoires, des vies’. Je n’ai pas besoin de voir des actrices violées et torturées chaque semaine pour me rappeler que notre monde à nous est violent et misogyne.”

Dans l’article Femmes humiliées, violées, trucidées: ras-le-bol du ‘torture porn’ dans les séries télévisées publié sur Slate le 5 juillet, la journaliste Nora Bouazzouni enquête sur la banalisation, voire la ‘fétichisation’ des violences faites aux femmes à la télévision. Dans les séries policières, les féminicides et autres viols sont monnaie courante, et l’hyperviolence faite aux femmes touche aussi les séries féministes comme la La Servante Écarlate. La journaliste déplore par ailleurs que cette ‘surreprésentation fantaisiste’ et totalement irréaliste dans la fiction -79% des victimes d’homicides dans le monde sont des hommes- n’interroge pas les causes sociétales de cette violence genrée dans la réalité. Et, comme la journaliste, on s’interroge:  “Doit-on craindre que ce sensationnalisme et cette débauche de cadavres anonymes ne finissent par banaliser l’horreur, voire la rendent inexorable et achève de désensibiliser le public sur les violences faites aux femmes?”

À lire le plus rapidement possible sur Slate.


1. Série: 3 Bonnes raisons de regarder “Insecure”

La série Insecure revient pour une troisième saison lundi 13 août sur OCS. Voici 3 raisons de la regarder, et de rattraper votre retard si vous ne l’avez pas suivie.
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

2. “Single Ladies!”, La BD en ligne qui célèbre le célibat

Dans Single Ladies!- Et si on faisait la paix avec le célibat?, la dessinatrice Marine Spaak démonte les préjugés qui collent à la peau des célibataires. 
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

3. 3 shows de stand-up à regarder sur Netflix

Du Nanette d’Hannah Gadsby au Hard Knock Wife d’Ali Wong, 3 spectacles de stand-up à ne pas manquer sur Netflix. 
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

5. Cara Saint-Germain, l'ancienne actrice X devenue Youtubeuse

Pornstar chez Marc Dorcel hier, YouTubeuse “qui parle aux mecs” aujourd’hui, Cara Saint-Germain accumule les vies mais n’en renie aucune.
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network

6. 3 raisons de voir le biopic consacré à Mary Shelley

La vie de Mary Shelley, autrice du classique de science-fiction Frankenstein, est portée au cinéma par la réalisatrice Haifaa Al-Mansour et sort sur nos écrans le 8 août. 3 raisons d’y courir. 
The Sinner © USA Network - Cheek Magazine
The Sinner © USA Network