culture

Musique

Tove Lo: la sale gosse de la pop suédoise

Cheek part à la rencontre d’une nouvelle venue: Tove Lo, qui explose les compteurs YouTube avec son titre Habits (Stay High), remixé par Hippie Sabotage. Dans le bureau du patron de son label français, entourées de portraits d’icônes musicales de la scène internationale, nous avons fait connaissance.
© Fredrik Etoall
© Fredrik Etoall

© Fredrik Etoall


Date de naissance 

29 octobre 1987

Actu 

Tove Lo se fait remarquer l’année dernière, notamment au Royaume-Uni, avec son titre autoproduit Habits (Stay High): “Je l’ai écrit il y a quelques années, alors que je traversais une rupture difficile. J’essayais d’atténuer la douleur de toutes les manières possibles”, confie la Suédoise qui a sorti en mars 2014 son tout premier EP, Truth Serum, un concentré de pop made in Sweden. Le disque comporte un remix de Habits (Stay High), réalisé par Hippie Sabotage, deux frangins producteurs californiens: “Je ne les connaissais pas, explique-t-elle. C’est l’un de mes amis qui m’a envoyé leur remix et je l’ai adoré. Je les ai alors contactés pour ajouter leur version sur l’EP.” Avec cette collaboration, le morceau décolle encore plus sur le Web et notamment sur Youtube, où il a été écouté près de 20 millions de fois.

Un clip sulfureux

La notoriété du titre est également boostée par un clip sulfureux, dans lequel on suit Tove Lo de son réveil jusqu’au petit matin, trajet pendant lequel elle écume les bars de Stockholm en compagnie de potes alléchants et ne se montre pas tout le temps sous son jour le plus glamour: “Je voulais que la vidéo montre ce genre de nuits où les choses peuvent devenir hors de contrôle. Tu t’amuses au début et ensuite, dès que tu as bu trop de verres ou pris d’autres trucs, tu finis super mal.” Pour mettre en boîte cette errance nocturne, Tove Lo s’est entourée de Motellet, une équipe de réalisateurs suédois qui lui a proposé de tourner le clip en conditions réelles: “J’ai appelé trois de mes amis assez sympas pour venir faire la fête avec moi pendant trois jours. On a traîné dans des bars de Stockholm, à se bourrer la gueule pour pouvoir montrer à l’écran l’une de ces nuits de folie…  sauf que nous avons fait ça pendant au moins une semaine pour avoir tous les plans!” (Rires.) La vidéo mixe les scènes de fête avec celle où Tove Lo pleure dans les toilettes crasseuses d’un bar -“je pleure pour de vrai”, dit-elle en se marrant-, et montre ainsi le côté obscur de la vie d’une fêtarde. 

 

Background

Tove Lo ne vient pas d’une famille de musiciens. C’est de son côté qu’elle découvre la musique et le plaisir d’écrire: “Je me suis mise à chanter quand j’avais environ 13 ans. Une de mes amies était dans un groupe de pop. J’ai commencé par les suivre en studio et à les regarder enregistrer.” Un peu par hasard, Tove Lo découvre donc adolescente qu’elle peut chanter, et qu’elle aime ça. Elle postule alors pour intégrer une école de musique à Stockholm et, lorsqu’elle en ressort, rejoint l’équipe de compositeurs de Max Martin. Elle écrit pour Girls Aloud, Lea Michele de Glee et même pour la Française Tal (le titre Jealousy). “Quand j’ai eu un contrat, j’ai d’abord écrit pour les autres. J’ai commencé à écrire mes propres chansons assez tard, vers 20 ans.” C’est à ce moment-là qu’elle décide de se lancer en solo.

Influences

Tandis qu’elle nous raconte sa vie, Tove Lo se tient juste en-dessous d’un portrait en noir et blanc de Kurt Cobain. Lorsqu’elle le remarque, son visage s’illumine: elle est fan. Durant son adolescence, la jeune Suédoise a écouté pas mal de grunge. Sur sa page Facebook, elle décrit son style musical comme de la “Dirrrrty POP”: “J’ai pris la saleté du grunge pour l’amener dans la pop”, affirme-t-elle en riant, avant de s’étendre encore quelques minutes sur sa fascination pour Kurt Cobain. Mais Tove Lo tire aussi ses influences de son pays natal, haut lieu de la pop électronique: “J’adore Robyn, Lykke Li et Little Dragon. Je n’ai jamais pensé que ces artistes étaient intentionnellement des références. C’est seulement ensuite, quand les gens ont commencé à m’en parler, que j’ai réalisé qu’ils m’avaient inspirée.”

Futur proche

Tove Lo ne passe plus tellement de temps en Suède: “En ce moment, je vis dans ma valise!”, s’amuse-t-elle. Elle est en train de terminer la production de son premier album, qui fut enregistré principalement dans son pays. Après le tournage de son prochain clip (pour Not On Drugs) où, promet-elle, “il y aura beaucoup de couleurs”, Tove Lo se rendra aux États-Unis pour une série de concerts, avant de rentrer sur le Vieux Continent pour promouvoir son album à l’automne. Ensuite, direction l’Australie pour la première partie du Prismatic World Tour de Katy Perry: “J’étais en état de choc quand mon manager m’a appelée pour me dire que Katy Perry me voulait sur sa tournée!  Je ne pouvais pas y croire! Je suis un peu nerveuse, car ses shows sont fous. Je ne suis pas encore sûre de ce que je vais faire.” Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’on sera au premier rang. 

Arièle Bonte

Tove Lo, Truth Serum (Polydor), disponible. 


1. Comment Violette Leduc est devenue une icône féministe et queer

Le 2 février prochain, la mairie du 11ème arrondissement de Paris inaugurera la nouvelle médiathèque Violette Leduc. Une reconnaissance tardive, pour une figure féministe du XXème siècle, protégée par Simone de Beauvoir. Enquête sur une écrivaine redécouverte par les jeunes féministes et queers.
© Fredrik Etoall  - Cheek Magazine
© Fredrik Etoall

2. Avec “Hunger”, Roxane Gay signe un récit féministe sur le traumatisme et la grossophobie

Un peu moins d’un an après la sortie en français de Bad Feminist, Denoël publie l’essai autobiographique de Roxane Gay Hunger, une histoire de mon corps. Dans ce récit puissant et nécessaire, elle aborde son agression sexuelle, son rapport à son corps, son féminisme et son expérience quotidienne de la grossophobie.
© Fredrik Etoall  - Cheek Magazine
© Fredrik Etoall

3. 3 films musicaux à découvrir au festival F.A.M.E

Pour sa cinquième édition, le festival de films musicaux F.A.M.E affiche une programmation ultra excitante, où les femmes tiennent le haut de l’affiche. 
© Fredrik Etoall  - Cheek Magazine
© Fredrik Etoall

5. Nicole Kidman méconnaissable dans “Destroyer”, un thriller en salles en février

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande-annonce de Destroyer, un film réalisé par Karyn Kusama, dans lequel Nicole Kidman, méconnaissable, incarne une détective de police plus badass que jamais. 
© Fredrik Etoall  - Cheek Magazine
© Fredrik Etoall