culture

La vidéo du jour

Tristan Lopin se demande à quoi sert Miss France (et nous aussi)

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Tristan Lopin, qui n’est pas pressé de regarder l’élection de Miss France ce week-end.
Tristan Lopin se demande à quoi sert Miss France (et nous aussi)

Samedi soir, c’est l’élection de Miss France et je me demande: ça sert à quoi en fait?” Dans sa nouvelle vidéo, Tristan Lopin pose d’emblée la question qui nous hante toutes chaque année à l’approche de ce concours de beauté national dont on pronostique sans cesse la mort sans jamais la voir venir. Signe que les temps changent quand même, la présidente du programme Sylvie Tellier, a choisi d’utiliser l’émission pour “dénoncer les violences faites aux femmes”. Oui, oui, vous avez bien lu. Cette innovation fait évidemment doucement rigoler Tristan Lopin, qui tente d’établir un rapport entre cette prise de position politique et le thème de la cérémonie de cette année qui est… la fête.

En décortiquant les photos bien photoshopées des candidates et en convoquant des personnages tels que l’hétéro-beauf qui veut juste regarder des filles “bonnes” à la télé, la tante réac qui estime que les Miss incarnent l’image de la vraie femme, ou encore une Miss un brin caillera, l’humoriste se moque d’un concours qui continue de promouvoir l’image de la femme-objet à travers les années. Il en profite également pour comparer l’événement avec son équivalent masculin au “niveau d’exposition médiatique pas ouf” – ce dernier est diffusé cette année sur Polynésie Première quand Miss France passe sur TF1. Tristan Lopin met d’ailleurs le doigt sur une différence intéressante: la candidate à Miss France “doit avoir entre 18 et 24 ans, par contre les Mister France ont le droit de se présenter jusque 35 ans”, ironisant que le stéréotype que “les hommes vieillissent mieux que les femmes”. Nous, on sait déjà ce qu’on ne regardera pas samedi soir. 

Margot Cherrid


1. “Disobedient Daughters”, l'expo qui casse les stéréotypes autour des femmes asiatiques

“Objet sexuel”, “soumises”, “toutes pareilles”: au centre Metro Arts de Brisbane, en Australie, l’exposition Disobedient Daughters, organisée par la commissaire sino-australienne Sophie Cai, réunit neuf artistes et collectifs de photographes démantelant les stéréotypes de genre et d’ethnicité assignés aux femmes asiatiques.
“Disobedient Daughters”, l'expo qui casse les stéréotypes autour des femmes asiatiques - Cheek Magazine

2. 10 illustratrices féministes à suivre sur Instagram

De l’Angleterre à l’Espagne en passant par l’Inde et la Suède, ces dessinatrices féministes prennent le crayon et le pinceau pour déconstruire les stéréotypes et lutter contre les inégalités.
10 illustratrices féministes à suivre sur Instagram - Cheek Magazine

3. Pour ses 10 ans, la soirée lesbienne Wet For Me promet de mettre le feu

La soirée lesbienne et électro Wet For Me, organisée par le collectif Barbi(e)turix à la Machine du Moulin Rouge à Paris fête ses 10 ans samedi 21 avril. L’occasion de parler boobs, safe space et techno avec Rag, l’une des organisatrices.  
Pour ses 10 ans, la soirée lesbienne Wet For Me promet de mettre le feu - Cheek Magazine

4. Pourquoi “Killing Eve” est l'une des meilleures séries que vous verrez en 2018

La nouvelle série de la créatrice de Fleabag est bien partie pour être l’une des meilleures séries de l’année. À la fois féministe, drôle, captivante et magnifiquement écrite, elle dépoussière complètement le genre du thriller psychologique.
Pourquoi “Killing Eve” est l'une des meilleures séries que vous verrez en 2018 - Cheek Magazine