culture

The Hit Girls

Un film qui trompe énormément

A première vue, ce film musical de Jason Moore a toutes les raisons de nous attirer dans les salles. A y regarder de plus près, c’est une autre histoire.  
Rebel Wilson et Anna Camp / DR
Rebel Wilson et Anna Camp / DR

Rebel Wilson et Anna Camp / DR


1- Un film sur une compétition de chant A Cappella, ça change.

Ou pas. Loin d’être bluffé par les prestations vocales, on est cerné par une désagréable impression de déjà-vu. Entre High School Musical et American Pie, The Hit Girls bégaye et se vautre complètement au moment de la traditionnelle baston entre filles. Cheveux arrachés, cris d’allumées et glissades dans le vomi : on grimace plus qu’on ne rit. La scénariste (Kay Cannon, auteure pour les séries New Girl et 30 Rock) aurait-elle écrit sous le coup d’une mauvaise gastro ?

2- Il y a Rebel Wilson dedans.

On essaie de nous vendre cette Australienne comme la nouvelle “it-girl XXL”. Las, depuis Mes meilleures amies, Rebel Wilson semble abonnée aux comédies foireuses. Après avoir incarné “Becky la truie” dans Bachelorette, elle devient ici “Amy la baleine”. Condamnée aux rôles réducteurs de “la grosse rigolote”, elle hérite de punchlines débilitantes, quand elle ne s’en tient pas simplement à des grognements évocateurs. Les stéréotypes ont la peau dure !  

3- On adore les comédies musicales.

Sauf que The Hit Girls n’en est pas une. A part quelques battles vocales qui ne provoquent que bâillements, le film patauge dans les querelles d’ados. Ici, pas d’histoire d’amour prompte à nourrir nos rêves de pirouettes sur le parquet. Pas non plus de chorégraphies rôdées à la Sexy Dance, ni de sons à faire bondir mamie de sa chaise comme dans Street Dancers. Et quand le réalisateur cite le mythique Breakfast Club de John Hughes (1985), on ne songe qu’à une chose : sortir de là au plus vite et revoir pour la trentième fois le film en question.

Aurélie Bacheley

 

The Hit Girls, de Jason Moore. Avec Anna Kendrick, Skylar Astin, Rebel Wilson. 1h53. En salles le 8 mai.


1. Ces icônes de la pop culture qui sont caricaturées de façon sexiste

Quand on parle d’elles, on les dit malheureuses en amour, abandonnées, perdues, au lieu de célébrer avant tout leur incroyable réussite. On vous propose de voir les choses autrement.
Rebel Wilson et Anna Camp / DR - Cheek Magazine
Rebel Wilson et Anna Camp / DR

2. Comment Mindy Kaling a rendu la rom com plus féministe et inclusive

Révélée dans The Office, l’actrice, productrice et scénariste s’apprête à dévoiler une version 2019 de la célèbre comédie romantique Quatre mariages et un enterrement, diffusée le 31 juillet sur Hulu. Et elle compte bien moderniser le casting et le propos.
Rebel Wilson et Anna Camp / DR - Cheek Magazine
Rebel Wilson et Anna Camp / DR

6. Comment Frida Kahlo est devenue un argument marketing

Représentée sur tous types d’objets, l’image de l’artiste, plus que jamais tendance, est devenue un réel argument de vente. Une Fridamania à mille lieues de l’œuvre et du parcours de la peintre mexicaine mais qui paradoxalement participe à diffuser son message.
Rebel Wilson et Anna Camp / DR - Cheek Magazine
Rebel Wilson et Anna Camp / DR

7. 5 séries à streamer cet été

Petite sélection de séries estivales pour décompresser du sexisme de l’année. 
Rebel Wilson et Anna Camp / DR - Cheek Magazine
Rebel Wilson et Anna Camp / DR