culture

La vidéo du jour

La série “Urbaines” s'attaque au sexisme dans le skate

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de la série Urbaines qui détaille le sexisme et les discriminations dont sont victimes les femmes skateuses.  
La série “Urbaines” s'attaque au sexisme dans le skate

Urbaines, produite par l’association Yaka Fokus, est une “série web-documentaire qui s’interroge sur la manière dont hommes et femmes vivent l’urbain, l’espace et l’art.”  Après le monde du hip-hop, le harcèlement de rue et le rapport des enfants à la ville, la série nous entraîne dans le monde du skate féminin. 

Pour ce quatrième épisode, intitulé “Non mais ils me prennent vraiment pour une nunuche”, rencontre avec les skateuses Shani Bru, Lucie ou encore Marie-Lou, toutes bien décidées à dénoncer un univers du skate pas si cool que ça. Invisibilisées voire méprisées, les femmes continuent à détonner dans ce monde encore majoritairement masculin. “Les mecs ont du mal à nous laisser la place” explique Marie-Lou, s’agaçant de cette domination masculine dans les skateparks comme dans l’univers bien codifié et très hétéronormé du skate. 

Lucie, skateuse transgenre, raconte ainsi les brimades homophobes ou les regards méprisants qu’elle a pu recevoir lors de ses entraînements. S’ajoutent à cela les récompenses moins élevées pour les skateuses professionnelles en compétition, les sous-entendus récurrents selon lesquels une femme ne peut pas skater mieux qu’un homme ou la drague lourde que subissent les skateuses pendant leurs sessions… Une vidéo qui a le mérite de lever le voile sur un monde du skate qui, selon les mots de la skateuse Lucie, “est devenu triste.” Bonne nouvelle cependant, les initiatives se multiplient pour rendre le skate plus égalitaire, à l’image de l’association Realaxe, menée par Corinne Séguin, qui organise régulièrement des sessions skate entre filles pour que ces dernières puissent profiter du plaisir de la glisse sans faire face au sexisme. 

 

Audrey Renault


1. Comment la série “Sex Education” met en scène une masculinité non toxique

Otis est le héros de la série Netflix Sex Education. Il a 16 ans, il est hétéro, s’habille assez banalement et plaît parfois aux filles. Ah, et il se déguise une fois par an en drag queen pour aller voir le film Hedwig and the Angry Inch.
Comment la série “Sex Education” met en scène une masculinité non toxique - Cheek Magazine

2. Comment Violette Leduc est devenue une icône féministe et queer

Le 2 février prochain, la mairie du 11ème arrondissement de Paris inaugurera la nouvelle médiathèque Violette Leduc. Une reconnaissance tardive, pour une figure féministe du XXème siècle, protégée par Simone de Beauvoir. Enquête sur une écrivaine redécouverte par les jeunes féministes et queers.
Comment Violette Leduc est devenue une icône féministe et queer - Cheek Magazine

3. Avec “Hunger”, Roxane Gay signe un récit féministe sur le traumatisme et la grossophobie

Un peu moins d’un an après la sortie en français de Bad Feminist, Denoël publie l’essai autobiographique de Roxane Gay Hunger, une histoire de mon corps. Dans ce récit puissant et nécessaire, elle aborde son agression sexuelle, son rapport à son corps, son féminisme et son expérience quotidienne de la grossophobie.
Avec “Hunger”, Roxane Gay signe un récit féministe sur le traumatisme et la grossophobie - Cheek Magazine

4. 3 films musicaux à découvrir au festival F.A.M.E

Pour sa cinquième édition, le festival de films musicaux F.A.M.E affiche une programmation ultra excitante, où les femmes tiennent le haut de l’affiche. 
3 films musicaux à découvrir au festival F.A.M.E - Cheek Magazine