culture

La vidéo du jour

La série “Urbaines” s'attaque au sexisme dans le skate

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de la série Urbaines qui détaille le sexisme et les discriminations dont sont victimes les femmes skateuses.  
La série “Urbaines” s'attaque au sexisme dans le skate

Urbaines, produite par l’association Yaka Fokus, est une “série web-documentaire qui s’interroge sur la manière dont hommes et femmes vivent l’urbain, l’espace et l’art.”  Après le monde du hip-hop, le harcèlement de rue et le rapport des enfants à la ville, la série nous entraîne dans le monde du skate féminin. 

Pour ce quatrième épisode, intitulé “Non mais ils me prennent vraiment pour une nunuche”, rencontre avec les skateuses Shani Bru, Lucie ou encore Marie-Lou, toutes bien décidées à dénoncer un univers du skate pas si cool que ça. Invisibilisées voire méprisées, les femmes continuent à détonner dans ce monde encore majoritairement masculin. “Les mecs ont du mal à nous laisser la place” explique Marie-Lou, s’agaçant de cette domination masculine dans les skateparks comme dans l’univers bien codifié et très hétéronormé du skate. 

Lucie, skateuse transgenre, raconte ainsi les brimades homophobes ou les regards méprisants qu’elle a pu recevoir lors de ses entraînements. S’ajoutent à cela les récompenses moins élevées pour les skateuses professionnelles en compétition, les sous-entendus récurrents selon lesquels une femme ne peut pas skater mieux qu’un homme ou la drague lourde que subissent les skateuses pendant leurs sessions… Une vidéo qui a le mérite de lever le voile sur un monde du skate qui, selon les mots de la skateuse Lucie, “est devenu triste.” Bonne nouvelle cependant, les initiatives se multiplient pour rendre le skate plus égalitaire, à l’image de l’association Realaxe, menée par Corinne Séguin, qui organise régulièrement des sessions skate entre filles pour que ces dernières puissent profiter du plaisir de la glisse sans faire face au sexisme. 

 

Audrey Renault


2. Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées

Dorothy Aubert et Marie Trébaol, deux éditrices parisiennes, ont lancé la maison Belleville en 2015. Elles donnent ainsi la parole à des autrices et auteurs militant·e·s, venu·e·s de Turquie, d’Arménie ou encore d’Égypte, et nous entraîne à la découverte de nouvelles cultures. Entretien express.
Elles ont crée Belleville, une maison d'édition consacrée aux littératures étrangères et engagées - Cheek Magazine

3. Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant

Dans un documentaire évènement sur la vie de la chanteuse, le réalisateur Kevin Macdonald dévoile le témoignage du demi-frère de Whitney Houston qui accuse leur cousine Dee-Dee Warwick d’avoir abusé d’eux lorsqu’ils étaient enfants. 
Whitney Houston aurait été sexuellement abusée enfant - Cheek Magazine

5. “Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices

Une opération, une chute ou des blessures auto-infligées: derrière les cicatrices se cache souvent une histoire. Pour son projet Behind the Scars, la photographe britannique Sophie Mayanne invite ses sujets à raconter la genèse de leurs marques et à examiner l’impact qu’elles ont eu sur la construction de leur identité. 
“Behind the Scars”: quand une photographe s'intéresse aux histoires derrière les cicatrices - Cheek Magazine

6. Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant

Elle avait 9 ans quand elle a été violée dans la cage d’escalier de son immeuble. Le coupable ne sera retrouvé et inculpé que 23 ans plus tard. Entre-temps, Adélaïde Bon a souffert et surtout culpabilisé jusqu’à l’autodestruction. Aujourd’hui, elle raconte son parcours dans La Petite fille sur la banquise, un récit littéraire saisissant qui dénonce la culture du viol et la tendance à minimiser un crime que la société peine à définir, à comprendre et donc parfois à punir.
Adelaïde Bon signe un roman incroyable sur le viol qu'elle a subi enfant - Cheek Magazine