culture

Pourquoi Veronica Mars était l'une des héroïnes les plus féministes des années 2000

La série de Rob Thomas, portée par Kristen Bell et diffusée en 2004, vient de revenir sur Hulu pour une quatrième saison.
© FR_tmdb
© FR_tmdb

© FR_tmdb


Si vous êtes nostalgiques du début des années 2000, vous devriez regarder Veronica Mars. Pour admirer les jeans low-cut, les mini-boléros, les mèches, les téléphones à clapet et les derniers usages du fax. Si vous aimez les séries teen avec du mystère, des drames, des amours adolescentes, des pom pom girls et des gangs qui se regardent en chiens de faïence autour des tables de la cantine, alors cette série est vraiment faite pour vous. Et si en plus vous êtes féministe, alors qu’est-ce que vous attendez?

 

 

Nous sommes en 2004 et le showrunner Rob Thomas lance le premier épisode de sa série Veronica Mars. Elle ne connaîtra pas toujours le succès au long de ses trois saisons mais elle réussira à devenir culte auprès d’un public de fans transis. Longtemps comparée à Buffy contre les vampires (Joss Whedon a d’ailleurs fait une apparition dans un épisode) pour son héroïne irrésistible, Veronica Mars raconte l’histoire d’une jeune lycéenne qui mène des enquêtes. Anciennement extrêmement populaire auprès de ses camarades de classe, elle est mise de côté quand son père, alors shérif, accuse une figure locale d’avoir tué la jeune Lilly. Cette dernière est justement la meilleure amie de Veronica. Cet événement va changer totalement leur vie: le père va perdre son poste et devenir détective privé et Veronica va se forger une carapace pour accepter sa nouvelle place de paria dans son école. Ce changement de classe sociale est au cœur de la série et participe à donner l’ambiance de film noir revendiquée par Rob Thomas.

Contrairement à Buffy, Veronica n’est pas forte physiquement.

Mais voilà, dans Veronica Mars le héros n’est pas l’homme de cinquante ans au crâne dégarni et à l’intelligence vive mais bien sa fille, une lycéenne blonde qui manie la repartie tranchante aussi bien que le taser. Contrairement à Buffy, Veronica n’est pas forte physiquement. Elle n’a aucun super-pouvoir, elle n’est pas particulièrement impressionnante. A priori, son seul talent visible est de savoir utiliser l’appareil photo qui ne quitte jamais ses mains. Dans les flashbacks qui traversent la série, on la voit en lycéenne naïve qui rigole avec sa meilleure amie. Le meurtre de celle-ci va l’entraîner dans un chemin initiatique féministe dont la clé sera notamment son apprentissage de la sororité et le retournement des stéréotypes liés à son genre. Chaque enquête lui montre comment l’on peut gagner en empathie en tendant l’oreille. En abandonnant son privilège social, elle se met à l’écoute de ceux et celles qui l’entourent: son meilleur ami noir, qui commence l’année scolaire en étant attaché au porte-drapeau de l’école, une jeune camarade qui perd son chien, une geek solitaire, une voisine victime de violence conjugale, le chef du gang de motard latino qui subit toutes sortes de discriminations… Le meurtre de Lilly entraîne chez elle une prise de conscience. Alors que tout le monde est prompt à classer l’affaire, elle ne va cesser d’enquêter en cherchant plus loin que le stéréotype de “fille facile” qui colle à la peau de son amie.

 

Veronica Mars DR

DR

L’héroïne n’est pas parfaite, ce qui rend sa quête bien plus intéressante. À chaque épisode, elle apprend de ses erreurs et démonte ses propres idées reçues. Au long des trois saisons, elle va notamment défendre à tort son prof d’histoire, qui s’avère coupable d’avoir eu des relations sexuelles avec une de ses élèves. Elle comprend que dans les affaires de harcèlement sexuel, il faut savoir écouter la victime et dépasser l’image positive du harceleur. Quand elle enquête sur des attaques homophobes, elle apprend aussi l’importance de ne pas forcer le coming out de ses camarades de classe. Méfiante au début de la saison 1 de toutes les femmes qui l’entourent, suite à la perte successive de sa meilleure amie et de sa mère, elle apprend pas à pas la sororité. Veronica elle-même joue des stéréotypes qui l’entourent, utilisant sa voix douce pour obtenir une information et s’agaçant que cela lui permette d’être mieux écoutée. Dans la saison 2, elle doit s’occuper avec son partenaire Duncan d’un poupon en plastique dans le cadre d’un exercice scolaire. Il s’avère qu’elle l’ignore totalement, oubliant son biberon partout où elle passe, tandis que son petit ami Duncan est aux petits soins.

La saison 1 met en scène une star hollywoodienne accusée de viol puis blanchie injustement, plus de dix ans avant #Metoo.

Veronica Mars s’avère aussi très en avance sur certaines thématiques, dont on parlait encore peu au moment de sa diffusion. La saison 1 met en scène une star hollywoodienne accusée de viol puis blanchie injustement, plus de dix ans avant #Metoo. L’un des arcs narratifs les plus importants est sans conteste l’analyse de la culture du viol, présente au travers de l’agression vécue par Veronica, sur laquelle elle enquête, mais aussi par la manière dont sont perçus les personnages féminins et leurs relations amoureuses et sexuelles. Lorsqu’un test de “pureté” circule dans le lycée -évoquant cette fois les premières heures du cyberharcèlement-, les filles ayant un score trop bas sont stigmatisées. Les garçons, eux, sont glorifiés pour leurs scores très hauts, une hypocrisie révélée par Veronica. La série s’intéresse aussi aux boy’s clubs formés par les élèves riches de la ville de Neptune et par les fraternités à l’université, ces groupes qui réussissent toujours à échapper aux soupçons. Dans une scène très touchante de la saison 2, Veronica enlève sa carapace pour partager son expérience du viol avec une autre victime. Le thème avait été abordé par des flashbacks douloureux mettant en lumière les réactions moqueuses de la police et de ses camarades de classe au lendemain des faits. Ce qu’elle a vécu ne la définit jamais mais continue de la hanter.

 

 

Comme beaucoup de séries de l’époque, Veronica Mars est, à l’instar de son personnage, loin d’être parfaite. Dans la saison 3, les féministes de l’université sont stéréotypées et mettent à mal ce qui a été mis en place dans les deux saisons précédentes. La représentation pourrait aussi être améliorée: son meilleur ami, seul personnage noir récurrent, disparaît au fil des saisons et perd tristement en importance, tout comme son ami latino Weevil. Concernant le reboot prévu fin juillet, Kristen Bell a promis à Entertainment Weekly qu’il prendrait place dans un univers “plus sombre”. L’actrice de The Good Place s’est elle-même engagée ces dernières années dans les mouvements #MeToo et Time’s up. Espérons qu’elle réussira à donner corps à toutes les thématiques qui font le féminisme d’aujourd’hui.

Pauline Le Gall 


1. 7 BD Cheek à découvrir cet automne

La rentrée littéraire côté romans graphiques recèle de nombreuses pépites. Nous avons sélectionné pour vous quelques lectures incontournables.
© FR_tmdb  - Cheek Magazine
© FR_tmdb

2. Pourquoi les femmes vampires font-elles aussi peur?

Alors que la Cinémathèque rend hommage au mythe des vampires avec son exposition Vampires, de Dracula à Buffy, on a voulu comprendre pourquoi cette figure effrayait particulièrement au féminin. Décryptage.
© FR_tmdb  - Cheek Magazine
© FR_tmdb

5. “Newport Beach”, brûlot féministe et anti-capitaliste des années 2000?

Sororité, empouvoirement, masculinité non-toxique, déclassement social volontaire et militantisme écolo… Et si Newport Beach, dont on fête cette année les 15 ans de la diffusion française, était une critique du mode de vie des 1% californiens?
© FR_tmdb  - Cheek Magazine
© FR_tmdb

6. Le porno du futur est éthique et vient de Berlin

A Berlin, on croque de la techno et du sexe chaque soir. 80% des clubs de la capitale de l’électro sont “sex positive” et, depuis 2006, s’ajoute à l’obligatoire pèlerinage au Berghain (la cathédrale techno de la ville), une visite au plus grand festival porno d’Europe: le Porn Film Festival.
© FR_tmdb  - Cheek Magazine
© FR_tmdb

7. Avec “Les Testaments”, Margaret Atwood imagine la victoire des luttes féministes

Près de trente-cinq ans après la parution de La Servante écarlate, l’autrice canadienne Margaret Atwood publie Les Testaments (ed. Robert Laffont, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch), une suite qui explore la chute de la République de Galaad. Un appel à faire tomber le système établi.
© FR_tmdb  - Cheek Magazine
© FR_tmdb