culture

Photo

Women helping women: un projet photo met en lumière la solidarité entre femmes

Venir en aide aux femmes sans abris, se relever de violences sexuelles ou s’émanciper des contraintes sociales, avec son projet Women Helping Women, Aude Adrien capte une solidarité féminine et féministe.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien


A 38 ans, après 13 ans passés dans la finance, Aude Adrien lâche tout, l’an dernier, pour se consacrer à ses deux passions, la photographie et l’écriture. Je m’intéressais depuis longtemps au traitement des injustices sociales, au premier rang desquelles la cause des femmes”, nous explique-t-elle. Avec Women Helping Women, une série de photos et textes où elle donne la parole aux fondatrices d’associations venant en aide aux femmes, cette photographe française résidant à New-York, qui ne conçoit pas sa démarche artistique autrement que de manière engagée, nous révèle des initiatives pleines d’espoir et confronte ces femmes, d’âges et d’horizons différents, à leur vision du féminisme et aux combats qu’il reste à mener. Interview express.

Women Helping Women 1

Comment a germé l’idée de Women Helping Women?

Je réfléchissais à un sujet assez lourd sur les survivantes de viol lorsque j’ai fait la connaissance de Chiara Condi, fondatrice de Led by Her, une association qui soutient les femmes victimes de violence qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat. J’ai eu envie de donner un coup de projecteur à ces femmes qui ont créé ou participent à des initiatives visant à aider d’autres femmes. 

L’entraide entre femmes est au cœur de votre projet. Vous aviez envie de tordre le cou aux clichés sur la rivalité féminine?

La participation massive de femmes à des manifestations comme la Women’s March est la preuve d’une réelle solidarité, et je rencontre tous les jours des femmes engagées dans la lutte contre les inégalités. Plus je parle de ce projet, plus je rencontre des femmes au parcours et à l’engagement fascinants.

Women Helping Women © Aude Adrien

Dans votre projet, vous mettez en lumière l’association Survivor’s Ink, pouvez-vous nous en dire plus?

Survivor’s Ink est une association basée dans l’Ohio aux États-Unis qui aide des survivantes de trafic sexuel en recouvrant les tatouages imposés dans le passé par ceux qui les exploitaient. Je devais photographier la fondatrice, Jennifer Kempton, elle-même survivante de trafic sexuel. Elle est décédée d’une overdose quelques jours avant mon arrivée dans l’Ohio. Elle avait replongé tant la douleur était forte. J’ai ainsi découvert l’ampleur du fléau, dont j’ai décidé de faire un sujet à part entière, sur lequel je travaille aujourd’hui.

Un projet d’exposition et de livre est en cours, vous ne semblez pas près de tourner la page Women Helping Women

La série est un “work in progress”, autrement dit je pense la continuer pendant des années, et qui sait, toute ma vie? Cela m’intéresse de voir comment les mentalités changent, et comment le rapport des femmes au féminisme évolue. Si le sujet devient obsolète, je serai la première à m’en réjouir!

Propos recueillis par Audrey Renault


1. Féministes et connectées, comment les poétesses nouvelle génération font bouger les lignes

Les femmes ont toujours écrit de la poésie. Pourtant, le genre continue d’être investi majoritairement par des figures masculines, qui font autorité. Récemment pourtant, la donne commence à changer avec des jeunes femmes qui se servent de cet art pour parler de leurs expériences et faire entendre leur voix.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

2. Cherie Dimaline, l'autrice qui donne une voix aux Natifs Américains

À 43 ans, cette écrivaine amérindienne a publié cinq romans dont le dernier en date, Pilleurs de rêves, sera bientôt disponible en France. Rencontre. 
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

3. Avec “Poupée Russe”, Natasha Lyonne prend sa revanche

Après une adolescence sous les projecteurs, Natasha Lyonne a galéré. Problèmes de drogue, personnalité atypique: pendant 20 ans, elle a été cantonnée aux pages people et aux rôles secondaires. Avec Poupée russe, elle prouve son talent et signe son grand retour.  
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

5. Eric Rohmer: le plus féministe des réalisateurs de la Nouvelle Vague?

Depuis le 9 janvier dernier et jusqu’au 11 février prochain, la cinémathèque française propose une rétrospective du célèbre réalisateur de la nouvelle vague Eric Rohmer. L’occasion de redécouvrir les chefs d’oeuvres d’un cinéaste féministe jusque dans sa façon de tourner. 
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

6. Rappeuses et slut-shaming, le stigmate qui a la dent dure

Nicki Minaj, Cardi B, Liza Monet ou Shay, ces rappeuses “hardcore” se voient régulièrement slut-shamées en raison de leur image hypersexualisée et de leurs textes crus. Pourquoi ces artistes se retrouvent-elles encore confrontées à ces préjugés sexistes?
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

7. Marina Rollman: du flop au top, comment l'humoriste suisse a trouvé sa voie

Savant mélange de gouaille et de douceur, Un Spectacle drôle de Marina Rollman fait souffler un vent d’air frais sur le stand-up français. Auréolée d’un succès grandissant, cette Franco-suisse est à l’image de ses blagues: marrante, sincère et captivante.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien