culture

Photo

Women helping women: un projet photo met en lumière la solidarité entre femmes

Venir en aide aux femmes sans abris, se relever de violences sexuelles ou s’émanciper des contraintes sociales, avec son projet Women Helping Women, Aude Adrien capte une solidarité féminine et féministe.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien


A 38 ans, après 13 ans passés dans la finance, Aude Adrien lâche tout, l’an dernier, pour se consacrer à ses deux passions, la photographie et l’écriture. Je m’intéressais depuis longtemps au traitement des injustices sociales, au premier rang desquelles la cause des femmes”, nous explique-t-elle. Avec Women Helping Women, une série de photos et textes où elle donne la parole aux fondatrices d’associations venant en aide aux femmes, cette photographe française résidant à New-York, qui ne conçoit pas sa démarche artistique autrement que de manière engagée, nous révèle des initiatives pleines d’espoir et confronte ces femmes, d’âges et d’horizons différents, à leur vision du féminisme et aux combats qu’il reste à mener. Interview express.

Women Helping Women 1

Comment a germé l’idée de Women Helping Women?

Je réfléchissais à un sujet assez lourd sur les survivantes de viol lorsque j’ai fait la connaissance de Chiara Condi, fondatrice de Led by Her, une association qui soutient les femmes victimes de violence qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat. J’ai eu envie de donner un coup de projecteur à ces femmes qui ont créé ou participent à des initiatives visant à aider d’autres femmes. 

L’entraide entre femmes est au cœur de votre projet. Vous aviez envie de tordre le cou aux clichés sur la rivalité féminine?

La participation massive de femmes à des manifestations comme la Women’s March est la preuve d’une réelle solidarité, et je rencontre tous les jours des femmes engagées dans la lutte contre les inégalités. Plus je parle de ce projet, plus je rencontre des femmes au parcours et à l’engagement fascinants.

Women Helping Women © Aude Adrien

Dans votre projet, vous mettez en lumière l’association Survivor’s Ink, pouvez-vous nous en dire plus?

Survivor’s Ink est une association basée dans l’Ohio aux États-Unis qui aide des survivantes de trafic sexuel en recouvrant les tatouages imposés dans le passé par ceux qui les exploitaient. Je devais photographier la fondatrice, Jennifer Kempton, elle-même survivante de trafic sexuel. Elle est décédée d’une overdose quelques jours avant mon arrivée dans l’Ohio. Elle avait replongé tant la douleur était forte. J’ai ainsi découvert l’ampleur du fléau, dont j’ai décidé de faire un sujet à part entière, sur lequel je travaille aujourd’hui.

Un projet d’exposition et de livre est en cours, vous ne semblez pas près de tourner la page Women Helping Women

La série est un “work in progress”, autrement dit je pense la continuer pendant des années, et qui sait, toute ma vie? Cela m’intéresse de voir comment les mentalités changent, et comment le rapport des femmes au féminisme évolue. Si le sujet devient obsolète, je serai la première à m’en réjouir!

Propos recueillis par Audrey Renault


1. 7 BD Cheek à découvrir cet automne

La rentrée littéraire côté romans graphiques recèle de nombreuses pépites. Nous avons sélectionné pour vous quelques lectures incontournables.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

2. Pourquoi les femmes vampires font-elles aussi peur?

Alors que la Cinémathèque rend hommage au mythe des vampires avec son exposition Vampires, de Dracula à Buffy, on a voulu comprendre pourquoi cette figure effrayait particulièrement au féminin. Décryptage.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

4. De son blog à sa BD avec Ovidie, comment Diglee s’est éveillée au féminisme

Après avoir cosigné Libres avec Ovidie, l’autrice de 31 ans signe les illustrations du grimoire de Jack Parker, Witch Please. Diglee nous a raconté son parcours féministe.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

5. “Newport Beach”, brûlot féministe et anti-capitaliste des années 2000?

Sororité, empouvoirement, masculinité non-toxique, déclassement social volontaire et militantisme écolo… Et si Newport Beach, dont on fête cette année les 15 ans de la diffusion française, était une critique du mode de vie des 1% californiens?
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

6. Le porno du futur est éthique et vient de Berlin

A Berlin, on croque de la techno et du sexe chaque soir. 80% des clubs de la capitale de l’électro sont “sex positive” et, depuis 2006, s’ajoute à l’obligatoire pèlerinage au Berghain (la cathédrale techno de la ville), une visite au plus grand festival porno d’Europe: le Porn Film Festival.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien

7. Avec “Les Testaments”, Margaret Atwood imagine la victoire des luttes féministes

Près de trente-cinq ans après la parution de La Servante écarlate, l’autrice canadienne Margaret Atwood publie Les Testaments (ed. Robert Laffont, traduit de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch), une suite qui explore la chute de la République de Galaad. Un appel à faire tomber le système établi.
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien - Cheek Magazine
Tara Heuzé, de l'association “Règles élémentaires” © Aude Adrien