geek

A start-up is born / Bim

Elle a lancé Bim, l’application qui vous réserve les meilleures tables en un clic

La flemme de chercher un bonne table, de réserver, et même d’attendre l’addition pendant 3 heures? L’application Bim est faite pour vous! Interview express de sa fondatrice, Anne-Christelle Pérochon.
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil


Comment profiter d’un restaurant gastronomique au dernier moment quand les bonnes adresses sont toujours réservées des mois à l’avance? Et comment choisir, même, quand dans les grandes villes, des dizaines de tables sont susceptibles de vous plaire? Avec l’application Bim, Anne-Christelle Pérochon et son équipe répondent à toutes ces questions en proposant, à portée de téléphone, une sélection de restaurants gastronomiques dans lesquels il reste des tables libres. 

C’est en voyage à Tokyo que la jeune entrepreneure s’est rendu compte du besoin qui existait pour les amateurs de bonne chère. “La gastronomie est une part très importante de la culture d’un pays, et je voulais en profiter au maximum explique-t-elle. Mais je me suis retrouvée face à cette impossibilité de réserver dans certains restaurants, à la difficulté de choisir les bonnes adresses, et puis à la barrière de la langue.” À son retour, la jeune diplômée de la Reims Management School commence à réfléchir à une solution pour pallier à ce type de désagrément. Bientôt, elle accouche de l’idée de Bim: “Les restaurateurs ont un problème avec les no-show, ce taux incompressible de 20% de clients qui ne se présentent pas, ou décommandent à la dernière minute. Nous, on les met en lien avec des clients qui se trouvent dans les environs.” Anne-Christelle Pérochon dessine les premières maquettes de son application, embauche une équipe et, avec elle, lance la version officielle de Bim en avril 2016. Depuis, le nombre d’utilisateurs de l’app, disponible à Paris et Bordeaux, ne cesse d’augmenter. Et la start-up a prévu de s’étendre plus largement en France et d’ouvrir dans une capitale étrangère d’ici la fin de l’année. Interview express de sa fondatrice. 

Les clients peuvent prendre la table en un clic depuis leur smartphone.

C’est quoi Bim?

C’est un service qui permet à des urbains pressés d’obtenir une table à tout moment dans des restaurants triés sur le volet. Aujourd’hui, c’est avant tout une application, mais ça a vocation à devenir un site web et un chatbot. En misant sur la technologie en temps réel, on connecte les restaurateurs aux données clients. Et pour ces derniers, c’est top: notre app permet la découverte de nouveaux restaurants, triés sur le volet, sans passer des heures à les chercher, les clients peuvent prendre la table en un clic depuis leur smartphone, et enfin, le paiement fonctionne comme avec Uber, depuis l’application: pas besoin, en sortant de table, d’attendre pour avoir l’addition.

Le jour où tu t’es lancée?

J’ai envie de dire à 8 ans quand, avec mon père, on a créé un jeu de société et qu’on a même commencé à contacter des fournisseurs. Le projet n’a pas abouti, mais à partir de là, j’étais mordue: j’allais faire de l’entrepreneuriatD’un point de vue plus pragmatique, j’ai eu du mal à trouver les bons associés. J’ai mis 3, 4 mois à me dire que je ne me lancerai pas seule, donc je me suis mise à chercher un CTO et un directeur artistique, mais n’ayant qu’un Powerpoint à leur montrer et très peu de fonds, ça paraissait compliqué. J’ai cassé ma tirelire pour développer un prototype, et c’est à sa sortie que j’ai lancé une page Facebook, et que j’ai vu la mayonnaise prendre autour du projet. C’est même cela qui m’a permis d’attirer l’attention de Nicolas Bordas, vice -président TBWA\Europe, qui est devenu mon premier investisseur.

Quand on est jeune et qu’on a eu quelques expériences professionnelles, on a beaucoup d’énergie à dépenser, et pas grand-chose à perdre, il faut foncer.

Le conseil que tu donnerais à quelqu’un qui veut lancer sa boîte?

Quand on est jeune et qu’on a eu quelques expériences professionnelles, on peut assez vite comprendre comment l’univers de l’entreprise fonctionne, on a beaucoup d’énergie à dépenser, et pas grand-chose à perdre. Donc, à mon avis, en tant que millennial notamment, il faut foncer. Surtout qu’aujourd’hui, en France, le contexte est plutôt favorable aux start-ups. Et d’un point de vue pratique, je conseillerais de faire un benchmark des entreprises, voir ce qui a cartonné dans son domaine. Je me suis énormément intéressée à Airbnb et Uber par exemple, pour comprendre l’ADN de leur réussite et conjuguer ces différents ingrédients dans la stratégie de Bim. Ça me paraît important d’avoir ce socle culturel. Et puis évidemment, il faut s’entourer, apprendre des réussites et des erreurs des entrepreneurs que l’on peut rencontrer.

Tu te vois où dans 3 ans?

Peut-être ici à Paris, peut-être à notre siège de Tokyo. Ou bien celui de Singapour, ou de Shanghai. L’Asie est un énorme marché, touristes comme locaux sont intéressés par le type d’adresses qu’on propose, il n’y a pas de concurrents… Donc on espère vraiment s’y développer. Et étendre notre activité en nous adressant à d’autres professionnels. Les concierges d’hôtels, par exemple, sont une bonne clientèle: ils sont fréquemment chargés de faire des réservations, mais n’ont pas nécessairement des quantités d’adresses en tête et doivent tout gérer par téléphone. Bim peut leur simplifier la vie.

Propos recueillis par Mathilde Saliou


1. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

2. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

3. Son appli HER permet aux femmes de rencontrer d’autres femmes

Robyn Exton, 32 ans, lance aujourd’hui la version française de HER à Paris, une appli de rencontres pour femmes qui cartonne aux États-Unis.
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

4. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

5. Grâce à elle, vous allez enfin comprendre ce qu'est la blockchain

La blockchain, un concept obscur? Pas pour Claire Balva, la start-uppeuse à la pointe de ce nouveau monde à la croisée de la tech, de l’énergie et de la finance. 
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

6. Intelligence artificielle: les robots sont aussi victimes du sexisme

On a lu pour vous cet article du Huffington Post sur les biais sexistes subis et véhiculés par les intelligences artificielles et on vous le conseille fortement. 
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil

7. Inès Leonarduzzi fait rimer écologie, numérique et féminisme

Inès Leonarduzzi est la fondatrice et présidente de l’ONG Digital for The Planet, qui lutte contre la pollution digitale. Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous explique en quoi le numérique est nocif pour la planète, pourquoi les femmes sont les premières impactées par le dérèglement climatique et quelles solutions sont envisageables.    
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil - Cheek Magazine
Anne-Christelle Pérochon © Fabien Breuil