cheek_geek_habillage_desktop

geek

La vidéo du jour

Règles, seins, beauté: pourquoi les femmes ne savent pas coder

Si vous ne deviez voir qu’une seule série de vidéos aujourd’hui, ce serait celle de l’association Girls Who Code, une campagne contre les préjugés sexistes sur les femmes et leur capacité à coder. 
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code

Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code


Repérée par Brain Magazine, cette série de trois vidéos publiées il y a quelques jours par l’association Girls Who Code dévoile enfin les 3 raisons existentielles pour lesquelles les femmes ne savent pas coder: leurs règles -“Elles sont peut-être trop émotionnelles alors que le code, c’est rationnel”-, leurs seins -“Parce que leurs seins les gênent?”- et enfin, leurs cils et leurs ongles -“Parce que leurs cils les empêchent de voir l’écran de l’ordinateur?”. 

Objectif de cette campagne? Lutter contre les préjugés sexistes qui règnent dans le milieu des nouvelles technologies et notamment, celui du code. Et réaffirmer que, même si ces stéréotypes sont “ridicules”, “les filles sont tout le temps exclues des domaines dominés par les hommes, comme la technologie”, alors qu’elles “codent vraiment!”. 

 

Julia Tissier


1. Station F: on a passé une journée au cœur de la start-up nation

C’est le mois d’août, il fait beau, il n’y a plus grand monde dans les bureaux… On en a profité pour aller faire un tour à la Station F, le “plus grand incubateur de start-up au monde” qui a ouvert début juillet à Paris.
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code

2. Axelle Tessandier, une entrepreneure optimiste, féministe et politique

Cette trentenaire, qui connaît par cœur la génération des millennials, a fait campagne pour Emmanuel Macron, avec le succès que l’on sait. Entretien connecté.
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code

3. Première ministre transgenre au monde, Audrey Tang est une hacktiviste à suivre

Audrey Tang est ce que l’on appelle une “hacktiviste” -contraction de hackeuse et activiste- engagée dans la lutte pour la transparence des données gouvernementales à Taïwan. Elle est devenue, l’année dernière, ministre du numérique de l’île chinoise mais également la première ministre transgenre au monde. Interview.
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code

4. Elle a lancé Bim, l’application qui vous réserve les meilleures tables en un clic

La flemme de chercher un bonne table, de réserver, et même d’attendre l’addition pendant 3 heures? L’application Bim est faite pour vous! Interview express de sa fondatrice, Anne-Christelle Pérochon.
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code

6. Avec Babbler, elles ont inventé les relations presse 2.0

Hannah Oiknine et Sarah Azan sont sœurs et associées. Ensemble, elles ont monté la société Babbler, qui révolutionne les relations presse à l’heure des médias en ligne.
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'une des vidéos de Girls Who Code