geek

Exposition

Computer Grrrls, l'exposition qui remet les femmes au cœur de l'ordinateur

Visible à Paris, à la Gaîté Lyrique, jusqu’en juillet 2019, l’exposition Computer Grrrls remet les femmes au centre de l’histoire du numérique et des nouvelles technologies. 
© ABSOLT
© ABSOLT

© ABSOLT


Sensibiliser au rôle méconnu des femmes dans l’informatique, mais surtout amener les visiteurs à s’interroger sur ce que ces technologies nous font et qui les conçoit”, voilà l’objectif que s’est fixée l’exposition Computer Grrrls, qui a débuté mi-mars à Paris et sera visible jusqu’en juillet 2019. Dans les murs de la Gaîté Lyrique, 23 artistes et collectifs internationaux présentent des œuvres contemporaines, toutes réalisées au cours de ces trois à cinq dernières années, à l’aide de médias “très divers, qui vont du tutoriel immersif à un salon de coiffure futuriste, de sculptures en impression 3D à des figures gonflables, de la stéréoscopie à la première boîte à rythme commercialisée”, nous explique Marie Lechner, l’une des deux commissaires de cette exposition. En plus des œuvres présentées, des week-ends thématiques passionnants, avec tables rondes, concerts et ateliers, sont organisés une fois par mois. 

Si l’événement questionne avant tout “notre rapport actuel aux technologies”, il s’autorise aussi un rappel bienvenu de l’importance des femmes dans l’histoire des technologies, grâce à une frise qui rend hommage aux pionnières du numérique. Ludique, instructive et réflexive, l’exposition Computer Grrrls est l’un de nos incontournables de la saison. Marie Lechner nous en raconte les coulisses. 

 

Quel a été le point de départ de Computer Grrrls

La découverte d’un article intitulé Computer girls, paru dans le magazine féminin Cosmopolitan en 1967 et qui présentait l’informatique comme un secteur favorable aux femmes. Aujourd’hui, leur part représente 33% dans les emplois du numérique, mais seulement 15 % dans les fonctions techniques. Pour l’exposition, nous revendiquons ce terme de “girls” -déformé en “grrrls”- parce ce que nous avions envie de raconter et de célébrer cette histoire collective des femmes dans les technologies, et pas seulement d’héroïser quelques figures exceptionnelles, comme Ada Lovelace ou Grace Hopper.

Une partie de l’exposition est justement consacrée à ces pionnières de l’informatique. Pourquoi ce rappel historique était-il important?

La contextualisation historique était importante parce ce que tout le monde a oublié cette histoire qui n’est pourtant pas très éloignée de nous. Qui se souvient aujourd’hui que ce sont six femmes choisies parmi les meilleures “human computers” qui ont programmé le premier ordinateur entièrement électronique? Même aujourd’hui, alors que l’on redécouvre leur histoire, notamment grâce à des documentaires et des films, personne n’est capable de citer leur nom. On continue de les appeler les “Eniac Girls”,  de manière indifférenciée. Il est acquis aujourd’hui que l’informatique est une chasse gardée masculine, alors que c’est loin d’avoir toujours été le cas. La vocation de la frise est de casser ce récit hégémonique et de donner à voir cette histoire occultée.

“Activité de bas niveau, administrative et le plus souvent féminine, la programmation informatique a été progressivement et délibérément transformée en une discipline de haut niveau, scientifique et masculine.”

Pourquoi les femmes ont-elles été rendues invisibles dans l’histoire de l’informatique et d’Internet?

Comme l’explique Nathan Ensmenger dans son livre non traduit The Computer Boys Take over, tout au long des années 1960, l’évolution des professions informatiques a mis un frein à la participation des femmes. Activité de bas niveau, administrative et le plus souvent féminine, la programmation informatique a été progressivement et délibérément transformée en une discipline de haut niveau, scientifique et masculine. Pour attirer les hommes dans cette profession féminisée, il a fallu remodeler l’image de la programmation, en faire un art intellectuel et logique, accompli par des génies bricoleurs et antisociaux. Ce changement de perception était renforcé par des tests d’aptitude et des profils de personnalités qui suggéraient que les programmeurs, tout comme les joueurs d’échecs et les musiciens virtuoses, étaient dotés d’une capacité créative unique. La présence des femmes a décliné de manière accélérée à partir du milieu des années 80 avec l’arrivée du micro-ordinateur, vendu prioritairement aux hommes et à leurs fils, qui a détourné encore un peu plus les jeunes femmes de ce secteur.

A quel moment les femmes ont-elles décidé de reprendre le pouvoir sur la technologie? 

Dès le début des années 1990, les premiers mouvements cyberféministes, qui ont rassemblé des artistes, des activistes et des universitaires, ont appelé les femmes à investir le web naissant, là aussi peuplé majoritairement d’hommes, et à ne pas laisser ces technologies, qui allaient nous transformer en profondeur, aux seules mains des hommes…

 

 

Qui sont les artistes que vous avez commissionnées pour l’exposition et comment les avez-vous sélectionnées?

Ce sont des artistes femmes majoritairement, qui viennent de 16 pays, et la plupart d’elles sont jeunes, nées avec le numérique, et ont une grande aisance avec ces outils et les technologies.

Leur geste est-il majoritairement militant ou, en tout cas, conscient?

Ces artistes ne sont pas des militantes, même si leur travail est engagé. Elles développent un discours critique et argumenté sur les technologies et les outils qu’elles utilisent au quotidien. Ou développent des fictions qui permettent de repenser le présent. Nombre d’entre elles redécouvrent cette histoire et s’intéressent au temps long de ces technologies. Certaines inventent des formes avec des technologies anciennes, comme Lauren Moffatt qui renouvelle l’art ancien de la stéréoscopie. D’autres restaurent et font revivre des machines obsolètes, comme Darsha Hewitt, comme autant de gestes contre l’obsolescence planifiée. Elles ne sont pas dupes de cette rhétorique de l’innovation technique, et ne font pas forcément rimer avancées technologiques avec progrès. Elles savent que les prouesses de l’intelligence artificielle cachent en réalité des myriades de travailleur·euse·s localisé·e·s dans les pays du Sud, comme le démontre par exemple Elisa Giardina Papa. Les artistes proposent de déconstruire le néo-colonialisme numérique et de réfléchir ensemble à d’autres modes de connexion plus durables. Certaines des artistes de l’exposition s’attachent à penser les technologies autrement à l’heure où les évolutions de l’intelligence artificielle, technologie la plus disruptive depuis Internet, menace des droits acquis de longue lutte. Cette question fera notamment l’objet d’une performance et d’une table ronde le samedi 20 avril.

“Les artistes femmes sont présentes dans les arts numériques, mais là comme ailleurs, elles ne bénéficient pas de la même reconnaissance.”

Si les biais de genre sont présents dans le numérique, qu’en est-il des biais de race?

En 2016, des chercheurs de l’université de Boston et Microsoft ont montré en effet qu’un logiciel entraîné sur du texte extrait de Google News reproduit les biais de genre. Quand ils ont demandé au logiciel de compléter la phrase “Man is to computer programmer as woman is to…” , il a répondu “Homemaker” (NDLR: “femme au foyer”). En 2015, une autre étude démontre que Google a tendance à moins montrer les publicités pour des emplois à forte rémunération aux femmes qu’aux hommes. Joy Buolamwini, chercheuse du MIT à l’initiative de l’Algorithmic Justice League a, elle, étudié trois algorithmes de reconnaissance faciale couramment utilisés et constaté que si les  logiciels savent reconnaître avec exactitude un homme à la peau claire, ils fonctionnent beaucoup moins bien avec les femmes de couleur qui sont les plus “mal identifiées” par ces systèmes. Un résultat peu surprenant étant donné que ces logiciels sont principalement entraînés sur des visages d’hommes blancs. Le monde de la tech travaille à corriger ces biais et à constituer des bases de données plus équitables. Mais cette approche technicienne est-elle la bonne réponse? Suffit -il de constituer de meilleures bases de données, d’en collecter un plus grand nombre? D’écrire des algorithmes plus justes? Dans Algorithms of oppression, Safiya Umoja Noble a étudié la manière dont les moteurs de recherche représentent les femmes noires et mis en évidence les connotations sexistes et racistes récurrentes des résultats de recherche.

Les artistes féminines se sont-elle autant approprié les technologies que leurs confrères mâles? 

Les artistes femmes sont présentes dans les arts numériques, mais là comme ailleurs, elles ne bénéficient pas de la même reconnaissance. En témoigne en 2016 la campagne #KissMyArs contre Ars Electronica, le plus ancien des festivals d’art et technologie en Autriche, initiée par l’artiste Heather Dewey-Hagborg. En vingt-neuf ans d’histoire, neuf Golden Nica -le prix le plus prestigieux- sur 10 ont été attribués à des hommes. Le trophée, inspiré de la statuaire antique, représente un corps idéalisé de femme sans tête.

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski 


1. Tatiana Vilela dos Santos, la Française qui secoue l'art interactif

À l’occasion du Festival Grow Paris, dédié au code créatif, qui a eu lieu mi-novembre au Ground Control, Cheek Magazine a rencontré Tatiana Vilela dos Santos, une game designer française. À 29 ans, cette hyperactive a déjà créé une dizaine d’installations interactives pour partager ses “rêveries” éveillées.
© ABSOLT  - Cheek Magazine
© ABSOLT

3. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
© ABSOLT  - Cheek Magazine
© ABSOLT

4. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
© ABSOLT  - Cheek Magazine
© ABSOLT

6. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
© ABSOLT  - Cheek Magazine
© ABSOLT