geek

A Start-Up is born / Flowerness

Flowerness, le site de livraison de fleurs qui nous ressemble

Un site de livraison de fleurs pas ringard lancé par deux trentenaires: on vous présente Flowerness. 
DR
DR

DR


Oubliez les sites tout fanés d’Interflora ou d’Aquarelle: Flowerness s’apprête à renouveler l’offre de la livraison de fleurs en ligne avec un goût sûr et une exigence de qualité exemplaire. Lancé il y a quelques jours par un duo d’associées trentenaires, le site est né de la rencontre entre Constance de Bosredon et Audrey Castel Oster, toutes deux passées par le label parisien de musique/fringues Kitsuné. C’est au gré de leurs balades sur le Web que Constance et Audrey ont eu l’idée d’investir le créneau: “On s’est rendu compte que l’offre de bouquets en ligne n’était pas très moderne, explique la première. On a interrogé environ 400 personnes dans notre entourage et il s’est avéré que beaucoup de gens de notre génération avaient fait le même constat.

Conseillées par une fleuriste, elles ont tout appris des fleurs, de leur saisonnalité aux manières de les associer.

Encouragées par ces retours positifs, les deux entrepreneuses se sont lancées dans l’aventure et, conseillées par une fleuriste, ont tout appris des fleurs, de leur saisonnalité aux manières de les associer. Leur site, financé par un mélange de fonds propres, d’emprunts familiaux et bancaires, est en ligne depuis la rentrée. Présentations.

C’est quoi?

Le site qui ringardise l’offre de livraison de bouquets en ligne. Flowerness, c’est des bouquets modernes et pas cuculs, pensés par deux trentenaires qui nous ressemblent. Les fleurs champêtres sont privilégiées au détriment des grosses compositions trop guindées. Même les noms donnés aux bouquets détonnent: ils font référence à des noms de chansons, de Cat Power à PJ Harvey en passant par Metronomy.

Pourquoi on y croit?

Parce que les deux cofondatrices ont un background atypique -la musique et la mode-, un regard créatif et une vision à long terme. “Tous les jours, on a une nouvelle idée pour Flowerness”, raconte Constance de Bosredon. Elles comptent notamment mettre en place d’ici la fin de l’année un système d’abonnements dans l’esprit des “box”, pour recevoir des fleurs chez soi toutes les semaines. En 2016, elles proposeront de composer soi-même son bouquet, un service qu’elles sont les seules à développer. 

Pourquoi vous allez aimer?

Parce que Flowerness mise sur la qualité avant tout. Si la livraison couvre uniquement Paris pour l’instant -et la banlieue avec un supplément-, le site est amené à étendre ses partenariats dans toute la France dès que possible, mais pas n’importe comment: “On envisage notre développement de manière organique, si on voit un bon fleuriste dans un bled, on couvrira peut-être cet endroit-là avant une ville plus grande”, explique Constance. Commander un bouquet chez Flowerness, c’est l’assurance d’acheter des fleurs de saison dénichées chez les producteurs locaux. Et ce n’est pas beaucoup plus cher qu’ailleurs: dans un souci de transparence et pour vous éviter de mauvaises surprises, les prix affichés comprennent la livraison, ce qui est rarement le cas chez la concurrence.

Faustine Kopiejwski 


1. Tatiana Vilela dos Santos, la Française qui secoue l'art interactif

À l’occasion du Festival Grow Paris, dédié au code créatif, qui a eu lieu mi-novembre au Ground Control, Cheek Magazine a rencontré Tatiana Vilela dos Santos, une game designer française. À 29 ans, cette hyperactive a déjà créé une dizaine d’installations interactives pour partager ses “rêveries” éveillées.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
DR - Cheek Magazine
DR