geek

Sur Inter, Sonia Devillers dénonce l’opportunisme de l’engagement féministe de Twitter

Dans son Édito M, la journaliste Sonia Devillers s’attaque à la dernière pub de Twitter qui se réapproprie le mouvement #MeToo de façon assez ironique.
Capture d'écran de la publicité de Twitter
Capture d'écran de la publicité de Twitter

Capture d'écran de la publicité de Twitter


Le ferment de l’émancipation féminine et de sa fierté réaffirmée, c’est Twitter.”  Dans l’Édito M de France Inter de ce mardi 6 mars, Sonia Devillers s’insurge contre l’appropriation faite par Twitter du féminisme à travers un spot de pub aperçu pendant la 90ème cérémonie des Oscars. Dans la vidéo diffusée par la chaîne ABC, on découvre une succession de portraits féminins en noir et blanc sur fond de poème dédié aux femmes et déclamé par l’américaine Denice Frohman. Le tout est accompagné du slogan #HereWeStand, traduit en français par “C’est ici que nous sommes”.

La journaliste dénonce l’ironie du réseau social qui se dédouane en général de toute responsabilité concernant son contenu, qu’il concerne la propagande djihadiste, le racisme ou le harcèlement. “Nous sommes le tableau noir, nous sommes la craie, nous ne sommes pas les mots. Mais quand il s’agit de se réapproprier les mouvements Balance ton porc et autres #MeToo, alors là, c’est eux !”, s’exclame Sonia Devillers. Et de conclure: “Cette pub […] est d’un opportunisme assez débectant, mais elle dit aussi que, profondément, un nouveau média c’est un monde qui change. C’est pas Gutenberg qui dirait le contraire.

Margot Cherrid


1. Grâce à elle, vous allez enfin comprendre ce qu'est la blockchain

La blockchain, un concept obscur? Pas pour Claire Balva, la start-uppeuse à la pointe de ce nouveau monde à la croisée de la tech, de l’énergie et de la finance. 
Capture d'écran de la publicité de Twitter - Cheek Magazine
Capture d'écran de la publicité de Twitter

2. Intelligence artificielle: les robots sont aussi victimes du sexisme

On a lu pour vous cet article du Huffington Post sur les biais sexistes subis et véhiculés par les intelligences artificielles et on vous le conseille fortement. 
Capture d'écran de la publicité de Twitter - Cheek Magazine
Capture d'écran de la publicité de Twitter

3. Inès Leonarduzzi fait rimer écologie, numérique et féminisme

Inès Leonarduzzi est la fondatrice et présidente de l’ONG Digital for The Planet, qui lutte contre la pollution digitale. Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous explique en quoi le numérique est nocif pour la planète, pourquoi les femmes sont les premières impactées par le dérèglement climatique et quelles solutions sont envisageables.    
Capture d'écran de la publicité de Twitter - Cheek Magazine
Capture d'écran de la publicité de Twitter

5. La codeuse Aurélie Jean veut attirer les femmes vers l'intelligence artificielle

Aurélie Jean, scientifique numéricienne de renom persuadée que le code et l’intelligence artificielle sont de formidables leviers d’émancipation, milite depuis des années pour diversifier le monde de la tech. On l’a rencontrée lors de l’inauguration de l’école d’Intelligence Artificielle de Microsoft, dont elle est marraine de la première promotion.  
Capture d'écran de la publicité de Twitter - Cheek Magazine
Capture d'écran de la publicité de Twitter