geek

Dossier Nouveaux féminisme / En partenariat avec le CFPJ

Avec HandsAway, Alma Guirao aide les femmes à dénoncer les agressions sexistes

Celle-là, je lui contrôlerais bien son ticket de métro.” Tous les jours, les femmes sont confrontées à ce genre de petites phrases dans la rue ou les transports en commun. Quand ce n’est pas pire. Un sexisme ordinaire que les victimes peinent à dénoncer. C’est pour cette raison qu’Alma Guirao a lancé l’application HandsAway.
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR


Il y a quelques temps, j’ai vécu l’agression sexiste de trop”, lâche Alma Guirao sans s’étendre davantage. La jeune femme ne sait alors pas vers qui se tourner: “Je ne me sentais pas légitime pour porter plainte, et je ne me retrouvais pas non plus dans les associations de défense des femmes.” Face à cette impasse et à sa frustration, Alma Guirao a l’idée de lancer une application mobile pour venir en aide aux victimes du sexisme ordinaire et d’agressions sexuelles dans la rue et les transports en commun. C’est ainsi qu’est née l’appli Handsaway, qui sort aujourd’hui.  

Alma Guirao, qui n’en est pas à sa première entreprise numérique -il y a quelques années, elle a fondé “Dessine moi un soulier”, une plateforme de vente de chaussures sur mesure-, a commencé “par organiser des cercles de paroles avec des femmes victimes”, a “posé [s]es questions, écouté leurs difficultés et leurs attentes”, explique-t-elle. Elle fait alors ce triste constat: les femmes souffrent mais elles ne savent pas où s’exprimer, ni quoi faire après l’agression ou le harcèlement dont elles ont été la cible.

Les mots salaces susurrés à l’oreille, les sifflements ou encore les frôlements délibérés sont désormais devenus banals et rarement punis. C’est ce que confirme une étude de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (Fnaut), qui indique que 87 % des femmes ont déjà été victimes de harcèlement dans les transports en commun et que seulement 2% d’entre elles ont porté plainte. “Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire avec le numérique”, poursuit Alma Guirao. Après une levée de fonds et un an de travail, Handsaway est désormais disponible. On a posé 3 questions à sa fondatrice.

Comment fonctionne l’appli?

Handsaway fonctionne grâce à une communauté: les Street Angels. Ce sont des personnes inscrites sur l’application, soit au cas où elles seraient elles-mêmes agressées, soit pour soutenir celles qui le sont. Quand une personne se connecte, l’application lui demande si elle est témoin ou victime d’une agression sexiste, si cette attaque est verbale ou physique, et si elle a lieu dans la rue ou dans les transports en commun. L’application géolocalise immédiatement l’alerte et envoie une notification à tous les Street Angels qui se situent aux alentours. La victime (ou le témoin) peut décrire l’agression qu’elle vient de vivre. L’application fonctionne comme une forme d’exutoire, les personnes peuvent évacuer, expliquer ce qu’elles ressentent et les Street Angels sont là pour prêter une oreille attentive, apporter du réconfort et des conseils si besoin.

Avec Handsaway, Alma Guirao aide les femmes à dénoncer les agressions sexistes

L’application Handsaway DR

La fusée de détresse du futur sera donc le portable?

Bien sûr! Les outils digitaux font désormais partie de notre quotidien. C’est le moyen privilégié par les gens pour communiquer et il est bien mieux adapté à la spontanéité qu’exige une agression. D’ailleurs, on s’est également rendu compte qu’il y avait énormément de femmes qui n’osaient plus prendre le dernier métro ou le dernier bus, de peur d’être agressées. On va intégrer à l’application une fonction de “copiétonnage”: les gens pourront se donner rendez-vous à un endroit précis et prendre les transports en commun ensemble. Je tiens également à préciser qu’HandsAway garantit l’anonymat de tous ses utilisateurs. Nous ne revendons pas non plus nos données.

100 % des Parisiennes ont déjà subi le harcèlement dans les transports. Face à cet enjeu, les institutions sont-elles sensibles aux initiatives numériques?

Oui, j’ai réussi à ouvrir quelques portes: j’ai été reçue par la mairie de Paris, le Ministère des familles, de l’enfance et des droits des femmes, la région Ile-de-France mais aussi par une conseillère de François Hollande. Grâce à toutes ces institutions j’ai pu élargir mon réseau auprès de grandes sociétés notamment. On va d’ailleurs développer une offre spéciale, adaptée aux problématiques des entreprises. Le but de HandsAway, c’est aussi d’établir une cartographie assez précise des agressions. Toutes ces données pourront servir à mieux identifier les endroits à risques et les agressions les plus courantes. On aimerait se rapprocher un peu plus de la police pour voir dans quelle mesure notre application peut aider leur travail. HandsAway a également été choisie pour enrichir la candidature de la Ville de Paris pour les JO 2024.

Propos recueillis par Clément Peltier

*L’application Handsaway est disponible sur IOS et Android.


1. Ils ont lancé Yuka, l'appli qui révolutionne la façon de faire vos courses (pour mieux manger)

Avec les deux frères François et Benoît Martin, Julie Chapon, 30 ans, a lancé Yuka, une appli qui permet de scanner les produits alimentaires pour connaître leur composition et savoir s’ils sont bons ou non pour la santé avant de les mettre dans son panier. 
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

2. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

3. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

4. Son appli HER permet aux femmes de rencontrer d’autres femmes

Robyn Exton, 32 ans, lance aujourd’hui la version française de HER à Paris, une appli de rencontres pour femmes qui cartonne aux États-Unis.
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

5. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

6. Grâce à elle, vous allez enfin comprendre ce qu'est la blockchain

La blockchain, un concept obscur? Pas pour Claire Balva, la start-uppeuse à la pointe de ce nouveau monde à la croisée de la tech, de l’énergie et de la finance. 
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR

7. Intelligence artificielle: les robots sont aussi victimes du sexisme

On a lu pour vous cet article du Huffington Post sur les biais sexistes subis et véhiculés par les intelligences artificielles et on vous le conseille fortement. 
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR - Cheek Magazine
Alma Guirao, la fondatrice de l'application Handsaway DR