geek

Le Cheek Point

Intelligence artificielle: les robots sont aussi victimes du sexisme

On a lu pour vous cet article du Huffington Post sur les biais sexistes subis et véhiculés par les intelligences artificielles et on vous le conseille fortement. 
Ex Machina © Universal Pictures
Ex Machina © Universal Pictures

Ex Machina © Universal Pictures


Si vous allumez votre iPhone et traitez Siri de ‘salope’, l’assistante numérique vous répondra peut-être: ‘Pas besoin d’être impoli.’ Si vous employez un mot vulgaire pour vous adresser à elle, elle répliquera calmement: ‘On ne parle pas comme ça!’ Mais si vous lui demandez ensuite de prendre un rendez-vous ou d’écrire un SMS, elle s’exécutera sans rechigner, comme si vous n’aviez rien dit de désobligeant.

On sait bien que certaines des applications d’intelligence artificielle (IA) les plus populaires -Siri d’Apple, Alexa d’Amazon et Cortana de Microsoft, entre autres- essuient un feu roulant d’insultes de la part des utilisateurs. Aux États-Unis, ces assistants sont programmés pour prendre une voix féminine par défaut, et obéissent en général à une multitude d’ordres simples. Mais, prisonniers de nos gadgets électroniques, ils n’ont que peu de moyens pour réagir quand les utilisateurs emploient un langage ordurier ou un discours qui relèverait du harcèlement s’il était adressé à une femme réelle.

Dans un article titré Quand votre iPhone renforce le sexisme, publié sur le Huffington Post américain et traduit par l’édition française, la journaliste Jessica Bateman nous entraîne dans les méandres d’une Silicon Valley ravagée par le sexisme. Elle nous fait ainsi découvrir comment les intelligences artificielles type Siri ou Alexa reproduisent les biais masculins avant d’être elles-mêmes victimes de harcèlement sexuel ou d’attaques sexistes de la part des utilisateurs. Un aperçu d’une discrimination technologique qui contribue à véhiculer stéréotypes de genre et machisme. 

À lire le plus vite possible sur le Huffington Post.

 


1. Grâce à elle, vous allez enfin comprendre ce qu'est la blockchain

La blockchain, un concept obscur? Pas pour Claire Balva, la start-uppeuse à la pointe de ce nouveau monde à la croisée de la tech, de l’énergie et de la finance. 
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

2. Inès Leonarduzzi fait rimer écologie, numérique et féminisme

Inès Leonarduzzi est la fondatrice et présidente de l’ONG Digital for The Planet, qui lutte contre la pollution digitale. Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous explique en quoi le numérique est nocif pour la planète, pourquoi les femmes sont les premières impactées par le dérèglement climatique et quelles solutions sont envisageables.    
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures

4. La codeuse Aurélie Jean veut attirer les femmes vers l'intelligence artificielle

Aurélie Jean, scientifique numéricienne de renom persuadée que le code et l’intelligence artificielle sont de formidables leviers d’émancipation, milite depuis des années pour diversifier le monde de la tech. On l’a rencontrée lors de l’inauguration de l’école d’Intelligence Artificielle de Microsoft, dont elle est marraine de la première promotion.  
Ex Machina © Universal Pictures - Cheek Magazine
Ex Machina © Universal Pictures