geek

L'entretien connecté de Lucie Bacon / En partenariat avec le CFPJ

Lucie Bacon, référence de la twittosphère foot

Lucie Bacon, rédactrice en chef de Football Stories, répond aux questions geek de Cheek.
DR
DR

DR


Lucie Bacon peut se vanter d’être devenue l’une des personnalités phares de la très virile twittosphère du football. Du haut de ses 26 ans, la jeune femme dirige la rédaction de Football Stories, la plateforme consacrée au ballon rond de Konbini née il y a un peu plus d’un an.

Pourtant, à sa sortie d’école de journalisme, en 2013, Lucie Bacon ne s’imaginait pas travailler dans le sport. Mais elle se retrouve très vite à traiter des sujets foot, en travaillant pour L’Équipe et L’Équipe 21. Un destin pas si surprenant si on l’écoute parler de ces dimanches passés au stade, enfant, à encourager son père, joueur amateur. Idem quand elle clame son amour pour les Normands du Stade Malherbe de Caen, sa ville d’origine. Sa passion, elle la partage avec son mec, twittos ès foot lui aussi, avec qui elle aime se retrouver pour mater les matchs. “Et s’il y a Faites entrer l’accusé juste après, là, on passe vraiment une soirée exceptionnelle”, plaisante-t-elle.

Mais ce que la journaliste aime dans le foot, ce sont surtout ses belles histoires. Celles des supporters mais aussi celles qui animent le Web: Lucie Bacon appartient à cette communauté connectée qui a émergé ces dernières années pour parler du ballon rond, commenter les matchs et surtout envoyer la bonne vanne au bon moment. Cette sphère, la jeune rédactrice en chef en maîtrise parfaitement les codes avec ses quasi 15 000 abonnés sur Twitter. “Je tweete beaucoup parce que j’aime répondre aux gens”, explique-t-elle.

Certains passionnés de foot ne supportent pas qu’une femme parle de leur sport chéri.

Et il y en a des trolls auxquels répondre. Sa présence, son humour -“piquant parfois” selon ses propres mots- et son fort caractère lui valent parfois d’essuyer quelques tacles. “Je le cherche bien”, admet-elle en souriant. Pourtant, les tweets prennent parfois l’allure de scuds empreints de machisme. Lucie Bacon, sur le front chaque jour, ne se démonte pas. “Certains passionnés de foot ne supportent pas qu’une femme parle de leur sport chéri”, précise-t-elle. “Retourne faire la vaisselle”, “Sale pute”: ces insultes, qui ne brillent pas par leur originalité, ne la touchent “pas trop”.

Le sexisme fait malheureusement partie du quotidien quand on bosse dans un média foot. “Les journalistes femmes sont souvent cantonnées aux chroniques rigolotes ou autres interviews légères, estime-t-elle. Il reste du boulot pour que les choses changent!” Mais la jeune journaliste note toutefois quelques améliorations. Les femmes qui parlent de foot et commentent les matchs sont de plus en plus nombreuses et elles le font savoir, à l’image de Marie Portolano sur Canal + ou de Candice Rolland sur L’Équipe 21. Entre une story Snapchat et un check Instagram, Lucie Bacon s’est prêtée au jeu de notre entretien connecté.

Geek de la première heure ou geek formée sur le tas?

Geek formée sur le tas. J’ai ouvert mon compte Twitter à l’école de journalisme parce qu’on avait des cours sur Twitter!

Ta référence geek (réelle)?

Dans la sphère foot, je dirais @lekouss. Il est l’un des twittos les plus influents et les plus drôles, il se renouvelle constamment. Et sinon, il y a mon pote @seriouscharly aussi. Il est capable d’aller trouver les trucs les plus absurdes qui existent sur les Internets!

Ta référence geek (fictionnelle)?

Jack Bauer. Parce qu’il était trop fort. Il arrivait à se connecter hyper vite avec sa cellule antiterroriste.

Ton appli culte?

Snapchat. Les filtres qui transforment les voix me rendent complètement folle en ce moment.

Ton compte fétiche sur Instagram?

@dogsontheroad. C’est un compte qui montre des chiens dans des voitures ou sur des vélos. Je suis aussi une grande fan des enfants de Kanye West et Kim Kardashian. Je vais souvent liker leurs photos.

Booking, TripAdvisor ou Airbnb?

TripAdvisor. Je regarde toujours les commentaires avant de partir à l’étranger. Surtout les mauvais qui sont les plus intéressants.

Appli plans ou sens de l’orientation?

Sans vouloir me vanter, je crois que j’ai un excellent sens de l’orientation. J’arrive à retourner à un endroit quand je n’y suis allée qu’une seule fois. J’aimerais participer à Koh Lanta seulement pour l’épreuve d’orientation. Mais je crois que c’est impossible.

L’appli que tu as installée et que tu n’utilises jamais?

Une appli pour faire du yoga, Asana Rebel. Je l’ai utilisée une fois et puis je me suis aperçue que, sans coach, je n’y arriverai pas.

Story Snapchat ou Story Instagram?

Story Snapchat . Il y a beaucoup moins de filtres dans celles d’Instagram.

Ce que le Web a le plus changé dans ta vie?

Les rencontres. Quand je m’entends bien avec les gens sur les réseaux, j’aime bien les rencontrer, d’autant plus qu’on a des centres d’intérêt communs. Et ça, c’est quand même cool!

Propos recueillis par Nina Le Clerre


1. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Inès Leonarduzzi fait rimer écologie, numérique et féminisme

Inès Leonarduzzi est la fondatrice et présidente de l’ONG Digital for The Planet, qui lutte contre la pollution digitale. Nous l’avons rencontrée pour qu’elle nous explique en quoi le numérique est nocif pour la planète, pourquoi les femmes sont les premières impactées par le dérèglement climatique et quelles solutions sont envisageables.    
DR - Cheek Magazine
DR