geek

Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
instagram.com/miyovanstenis
instagram.com/miyovanstenis

instagram.com/miyovanstenis


C’est presque par défaut que Miyö Van Stenis est devenue artiste numérique: née à Caracas au Venezuela, elle apprend à coder “vers 8-10 ans” mais se révèle vite “pas très douée en dessin”, confie-t-elle. “Dès que j’ai visité l’école d’art, ma mère a choisi pour moi les nouveaux médias, un excellent conseil.” Dès lors, Miyö Van Stenis expérimente toutes sortes de techniques liées, directement ou non, à Internet, et plus particulièrement le Net.art et le glitch art. Pendant six ans, elle travaille à Caracas comme artiste et performeuse. “Mon travail consistait à montrer comment la classe politique censure les activistes. Comment on peut collecter des informations à partir d’Internet. Mon but, c’est de comprendre et de penser le gouvernement comme un terroriste”, raconte-t-elle.

 

 

Mais petit à petit, l’étau se resserre: le gouvernement introduit de nouvelles lois de censure et le travail de Miyö Van Stenis ne s’attire pas que des sympathies. “Quand Violette Bule et moi avons créé Venezuelan Dukha Levitation en 2013, une parodie des ‘valeurs’ du Venezuela socialiste, certaines personnes n’ont pas trouvé ça drôle, se rappelle l’artiste. En fait, ça a été considéré comme un outrage d’utiliser l’image d’Hugo Chavez, qui venait de mourir, dans une oeuvre d’art… encore plus pour critiquer le gouvernement.”

Menacées par des adeptes du parti au pouvoir, les deux comparses décident de fuir leur pays, où aucune d’elles n’a remis les pieds à ce jour. “En 2014, je suis allée en France pour une exposition et comme la situation au Venezuela continuait de se tendre légalement et socialement, j’ai demandé l’asile politique”, se souvient la jeune artiste. Il lui faudra trois ans pour obtenir un titre de séjour.

 

Voir au-delà de la propagande

Entre temps, Miyö Van Stenis a cofondé avec Helena Acosta et Violette Bule Dismantling The Simulation, un collectif de curateur·rice·s et d’artistes né en février 2014 suite à la répression violente des mouvements étudiants au Venezuela. Leur objectif? “Utiliser l’art et les nouveaux médias pour motiver et mobiliser, et pour casser l’hégémonie de la communication construite par notre gouvernement ces 18 dernières années”, explique Miyö Van Stenis.

Né d’un simple groupe Facebook, le groupe d’activistes deviendra par la suite connu pour son projet Hack de Patria: grâce à une appli de réalité augmentée, le collectif entend alors révéler la vérité cachée derrière les promesses de campagne du parti créé par Hugo Chavez. Inspirée du film They Live, de John Carpenter, l’application remplace les logos de différents partis par les mots “OBEY” et “FRAUD”.

 

 

Depuis son arrivée en France, Miyö Van Stenis continue quant à elle d’explorer les nouvelles technologies à des fins politiques, bien que son art ait évolué: “Dernièrement, mon travail se concentre davantage sur les structures de pouvoir, le genre ou la démocratie. Ce qui m’intéresse, c’est de parler du jeu de la domination.” Pour ce faire, l’artiste a notamment recours à la réalité virtuelle: dans Immigrant Dungeon, elle a documenté toute son expérience de demandeuse d’asile en France. Prenant la forme d’un musée en réalité virtuelle, on y trouve des images de violences au Venezuela ainsi que différentes oeuvres de Miyö Van Stenis. Une technologie qu’elle n’a pas fini d’explorer: “Dans mon prochain projet en VR, j’ai envie de m’intéresser à la torture dans les prisons d’Amérique latine.”

 

 

Préserver ses données à l’aide d’un mini-drone

Dernièrement, Miyö Van Stenis s’est aussi intéressée aux drones avec son Vigipirate Quadcopter Drone Project, commencé en 2014 et exposé cet hiver à la Maison Populaire de Montreuil. Un projet qui, à l’origine, n’était pas une oeuvre d’art: “En fait, je cherchais un moyen de sauver mes données en cas d’arrestation, se souvient l’activiste. J’ai imaginé un prototype de mini-drone qui comprendrait tous mes fichiers sur une carte mémoire SD cryptée, et qui pourrait s’envoler pour les mettre à l’abri si jamais je me faisais embarquer.”

L’idée lui est venue suite à des restrictions mises en place par Chavez en 2012, “qui non seulement censuraient la télévision nationale, mais qualifiaient légalement de ‘traître ou terroriste’ tous les individus qui osaient critiquer publiquement le gouvernement, y compris via l’art ou les réseaux sociaux”. Le drone DIY imaginé par Miyö Van Stenis comporte donc un disque dur contenant informations et photos collectées depuis son exil et qui, ironiquement, pourraient selon elle la faire qualifier de terroriste au Venezuela. “Le drone est codé pour s’envoler en cas de danger puis renvoyer sa géolocalisation cryptée, mais c’est aussi un symbole de liberté”. Et une source d’inspiration possible pour nos activistes français?

Matthieu Foucher 


1. Tatiana Vilela dos Santos, la Française qui secoue l'art interactif

À l’occasion du Festival Grow Paris, dédié au code créatif, qui a eu lieu mi-novembre au Ground Control, Cheek Magazine a rencontré Tatiana Vilela dos Santos, une game designer française. À 29 ans, cette hyperactive a déjà créé une dizaine d’installations interactives pour partager ses “rêveries” éveillées.
instagram.com/miyovanstenis  - Cheek Magazine
instagram.com/miyovanstenis

2. Ils ont lancé Yuka, l'appli qui révolutionne la façon de faire vos courses (pour mieux manger)

Avec les deux frères François et Benoît Martin, Julie Chapon, 30 ans, a lancé Yuka, une appli qui permet de scanner les produits alimentaires pour connaître leur composition et savoir s’ils sont bons ou non pour la santé avant de les mettre dans son panier. 
instagram.com/miyovanstenis  - Cheek Magazine
instagram.com/miyovanstenis

3. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
instagram.com/miyovanstenis  - Cheek Magazine
instagram.com/miyovanstenis

5. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
instagram.com/miyovanstenis  - Cheek Magazine
instagram.com/miyovanstenis

6. Grâce à elle, vous allez enfin comprendre ce qu'est la blockchain

La blockchain, un concept obscur? Pas pour Claire Balva, la start-uppeuse à la pointe de ce nouveau monde à la croisée de la tech, de l’énergie et de la finance. 
instagram.com/miyovanstenis  - Cheek Magazine
instagram.com/miyovanstenis