geek

L'entretien connecté de Nathalie Rault

“Vous pourrez dire à vos enfants que vous avez connu Internet libre et gratuit”

Nathalie Rault, la responsable de la communication digitale du Women’s Forum, répond aux questions geek de Cheek.
DR
DR

DR


Depuis des mois, Nathalie Rault s’active en coulisses pour préparer l’édition 2015 du Women’s Forum. Son domaine? La communication digitale autour du prestigieux évènement, qui rassemble à Deauville des centaines de femmes venues du monde entier, et qui s’ouvre mercredi 14 octobre pour trois jours. La refonte du site, la sortie de l’appli et la déclinaison Web de Women in Media (Ndlr: Cheek Magazine y participe cette année), c’est à cette jeune femme de 27 ans qu’on les doit. “Gamine, j’avais déjà un ordi, et à 21 ans, j’ai fait l’un de mes premiers stages en Webmarketing dans une start-up, se souvient-elle. Là, j’ai eu la révélation et j’ai appris à coderPuis j’ai commencé à écrire sur des blogs, toujours sur le féminisme et sur la façon dont notre génération se réapproprie ce sujet.

Quelques petits jobs et une expatriation à Londres plus tard, Nathalie Rault entend parler d’une offre de stage au Women’s Forum: “Ça réunissait tout ce que j’aimais, le privé, le public, la com’, la politique, l’associatif… Et bien sûr les femmes.” Le stage se transforme en CDI et une fois qu’elle a mis le pied dans la porte, Nathalie Rault se démène pour faire évoluer le rapport au numérique en interne, et pour faire entendre la voix de la génération Y, dont elle est une parfaite ambassadrice.

Je ne supporte plus quand on me dit que c’est gagné pour les femmes.

Accro aux voyages -sa mère travaille chez Air France et elle a pris l’avion comme le métro jusqu’à ses 26 ans-, elle a entamé un projet personnel à la rencontre des femmes du monde entier. “Je ne supporte plus quand on me dit que c’est gagné pour les femmes. Il n’y a plus de frontières aujourd’hui et on sait très bien que partout dans le monde elles ne sont pas traitées comme les égales des hommes.” Celle qui n’a aucun problème à se revendiquer féministe (et a du mal à comprendre pourquoi on a autant de réserves sur ce terme en France) a pris un moment pour répondre à notre entretien connecté, avant de foncer à Deauville.

Geek de la première heure ou geek formée sur le tas?

Ça dépend, avoir joué à Duke Nukem 3D sous Win98, ça compte? Plus sérieusement, un stage dans une agence Web en parallèle de mes études de psychologie m’a très vite permis de comprendre les enjeux de cette lame de fond sociétale, cette disruption tacite du système, que l’on appelle aujourd’hui numérique.

Plutôt Twitter ou Facebook?

Twitter, ses paradoxes entre liberté et propagande moderne, l’actu internationale live et la folie du monde dans lequel nous vivons. Mais également tout ce que cela représente de positif: la remise en question et l’avènement de nouveaux modèles économiques, le frétillement d’une nouvelle génération, créative, innovante et qui prend des risques en créant de nouveaux horizons.

Booking, TripAdvisor ou Airbnb?

À la limite, Hostelworld. Mais pour moi, ce serait plutôt backpack et tente. Le voyage, c’est l’inconnu et les rencontres du hasard.

“J’aime m’égarer volontairement, on découvre tellement de choses de cette façon.”

Appli plans ou sens de l’orientation?

Quand j’ai le choix, c’est plutôt le sens de l’orientation. J’aime m’égarer volontairement, on découvre tellement de choses de cette façon. Après, si j’ai un rendez-vous, Google maps (ou City maps 2 go hors de France). Parce que c’est quand même plus efficace quand je suis en retard, et que je suis toujours en retard.

Uber addict ou Taxi G7?

Ni l’un, ni l’autre: mes pieds ou le velib’.

L’appli que tu as installée et que tu n’utilises jamais?

Aucune, pas la place pour les applis inutilisées dans mon téléphone!

“Vous pourrez dire à vos enfants que vous avez connu Internet libre et gratuit.”

Snapchat ou MMS?

Snapchat. Le rapport aux médias totalement repensé via les stories est complètement dingue. En revanche, je crois n’avoir plus utilisé le terme MMS depuis… un moment. J’avais tendance à reléguer les textos et MMS au rayon des vieilleries d’une autre époque, mais avec les enjeux liés à la connexion Internet par mobile, je risque d’y retourner rapidement. Avec la data (connexion ou cloud), on voit se dessiner -à nouveau- un gigantesque marché autour de la téléphonie et du numérique. Triste rengaine consumériste qui refait surface, une fois les nouveaux codes de la révolution digérés: vous pourrez dire à vos enfants que vous avez connu Internet libre et gratuit!

Ce que tu ne pourras jamais faire en ligne?

Tout est possible sur Internet, et le numérique continue de challenger le monde tel que nous le connaissons. La question se pose davantage au niveau de l’éthique que de la faisabilité, bien qu’à ce jour, l’expérimentation du goût, de l’odorat et du toucher reste complexe à satisfaire virtuellement. Mais j’imagine que ce n’est qu’une question de temps avant que l’on puisse simuler ces sensations via des capteurs intégrés à nos smartphones…

“Avoir le savoir à portée de main est un concept qui relève de la magie.”

Ce que tu ne peux plus faire autrement qu’en ligne?

Avoir une réponse immédiate à une question. Chercher une information, quelle qu’elle soit, passe systématiquement par le Web. Les MOOCS, YouTube, les encyclopédies en ligne: avoir le savoir à portée de main est un concept qui relève de la magie, c’est une chance immense. Dans une autre vie, j’avais un dictionnaire, maintenant j’ai la 4G.

Ce que le Web a le plus changé dans ta vie?

L’accès à l’information et la connexion au monde. La liberté, l’immédiateté et le possible.

Propos recueillis par Myriam Levain


4. Marietta Ren, la dessinatrice qui réinvente la BD sur smartphone

Dans Phallaina, on suit sur notre smartphone ou notre tablette les aventures d’Audrey, une jeune femme inventée par la dessinatrice Marietta Ren, qui publie sa première bande défilée. Interview.
DR  - Cheek Magazine
DR

7. Ludwine Probst, la développeuse qui balaye les clichés sur les geeks

La développeuse Ludwine Probst sera ce soir sur la scène de Sisterhood, un évènement dédié aux femmes de la tech, organisé par Facebook et The Family en partenariat avec Cheek Magazine et Bibliothèques Sans Frontières. À cette occasion, elle répond aux questions geek de Cheek.
DR  - Cheek Magazine
DR