cheek_entretienconnecte_habillage_desktop

geek

L'entretien connecté de Sidonie Bonnec

Sidonie Bonnec: “Je suis féministe, je ne laisse pas passer le sexisme ordinaire”

Sidonie Bonnec, la présentatrice des Maternelles sur France 5, répond aux questions geek de Cheek. 
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions

Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions


Apparemment, il n’y a pas grand-chose qui effraie professionnellement Sidonie Bonnec. Sports, faits divers, culture, société, la journaliste de 38 ans est une touche-à-tout. Rien d’étonnant quand on sait que la nouvelle présentatrice des Maternelles “aime la radio, la télé et la presse écrite” et que, sans “spécialité particulière”, la trentenaire est donc allée “au gré de [ses] envies”. Peut-être tient-elle cette envie de changer de son enfance: née à Reims, Sidonie Bonnec a beaucoup déménagé -principalement dans le Sud de la France et en Bretagne- pour cause de père footballeur professionnel, avant de venir vivre à Paris en 2001. Après une hypokhâgne, un Deug d’histoire et une maîtrise de lettres, la jeune femme intègre le Celsa et débute sa carrière comme chroniqueuse dans différentes émissions télé. 

Depuis la rentrée, Sidonie Bonnec a succédé à Julia Vignali et présente la fameuse émission quotidienne de France 5 dédiée à la parentalité: “On a déjà tourné 45 émissions, je ne me suis jamais autant amusée, assure-t-elle. Et pour cause: “À l’antenne, j’ai toujours été seule, alors que j’adore bosser en équipe, faire parler les gens, les mettre en valeur et interagir avec eux.”   

J’ai toujours adoré les histoires très noires, et l’idée de traiter des faits divers et de les raconter sur 52 minutes, ça me bottait.” 

Avant ça, Sidonie Bonnec a présenté pendant plusieurs années Enquêtes criminelles sur W9: “J’ai toujours adoré les histoires très noires, et l’idée de traiter des faits divers et de les raconter en 52 minutes, ça me bottait. Trois choses me plaisaient beaucoup: les histoires humaines, les enquêteurs et la justice, trois univers très différents reliés par les faits divers. C’est un mélange de folie et de raison.” Et si cette journaliste a toujours pensé qu’une grossesse -elle est la mère d’une petite fille de 14 mois- ne changerait “pas grand chose”, elle s’est finalement rendu compte qu’elle n’avait “plus du tout envie de faire du fait divers”.

En parallèle des Maternelles, Sidonie Bonnec coanime également une émission sur RTL avec Thomas Hugues, La curiosité est un vilain défaut, et bosse “du lundi au jeudi sans interruption de 9 heures à 23 heures”. Ses 16 heures d’antenne hebdomadaires, même si c’est un peu “rock’n’roll”, la rendent meilleure, affirme-t-elle: “Je m’améliore à vue d’oreille!”Et, même si elle voit “moins [ses] amis et [sa] famille”, il était hors de question “de lâcher un des jobs”: “J’aime les deux”, lâche-t-elle. Et quand on la taxe de workaholic, la trentenaire s’en défend: “Je suis une grosse bosseuse, j’ai une grande capacité de travail, mais j’adore aussi ne rien faire. Le week-end, j’arrive d’ailleurs à ne jamais rien faire sans pour autant stresser et ça n’a pas toujours été le cas!” Celle qui ne court ni après “la reconnaissance” ni “les journées remplies” se dit même “assez solitaire”. Nous l’avons soumise à notre entretien connecté. 

Geek de la première heure ou geek formée sur le tas?

Je suis une geek normale, disons que c’est plutôt mon mari, Jérôme, qui est un gros geek: c’est lui qui a acheté mon ordi, qui y installe des super logiciels, en gros, c’est lui qui m’a initiée. En revanche, en ce qui concerne mon iPhone, je suis toujours la première à dégoter une appli qui m’aide au quotidien. 

Ça m’a énervée, je suis journaliste, je ne suis pas mannequin!

Plutôt Twitter ou Facebook?

J’ai fait le choix d’alimenter Twitter mais je préfère Facebook! Je tweete beaucoup et comme je n’ai pas beaucoup de temps, je ne poste pas beaucoup sur Facebook mais je trouve son interface beaucoup plus jolie et agréable. 

La dernière personne que tu as taggée?

Thomas Hugues hier soir! Un journaliste l’a interviewé et a ensuite posté l’article sur Twitter en écrivant “Thomas Hugues évoque sa rentrée avec la sublime Sidonie”. Ça m’a énervée, je suis journaliste, je ne suis pas mannequin! Du coup, j’ai répondu “Et pourquoi pas le sublime Thomas Hugues”. Et Thomas a répondu “C’est vrai ça!”. Je suis féministe, je n’aime pas laisser passer le sexisme ordinaire. Au cours de ma carrière, j’y ai été régulièrement confrontée. Des producteurs ou des journalistes sont sur le point de t’embaucher, ils te font bosser sur des maquettes et puis, alors qu’on refuse un dîner ou un week-end, on se rend compte qu’on n’a plus de nouvelles. À plusieurs reprises, j’ai perdu du temps comme ça. J’ai 16 heures d’antenne par semaine, j’ai donc un pouvoir très fort et une vraie responsabilité, donc quand je suis confrontée à des remarques sexistes, je ne vais pas ricaner bêtement, je le fais remarquer, toujours avec le sourire mais je le fais systématiquement. 

 

  

 

 

Booking, TripAdvisor ou Airbnb?

Aucun des trois. Depuis quelques années, je vais beaucoup dans ma famille donc je n’ai pas l’occasion de faire des réservations. Et sinon, je marche surtout au bouche-à-oreille. 

Appli Plans ou sens de l’orientation?

Heureusement que j’ai l’appli Plans! J’ai un sens de l’orientation désastreux donc en général, je me géolocalise, je rentre ma destination et j’écoute les instructions. Sinon, je me perds systématiquement encore dans Paris que j’habite depuis maintenant 13 ans. 

Uber addict ou TaxiG7?

Ni l’un ni l’autre, je préfère Chauffeur-privé. Avant, je prenais beaucoup le métro mais maintenant que je bosse 13 heures par jour, je suis obligée de prendre un taxi pour arriver à l’heure, que ce soit à RTL ou aux Maternelles

Je fais un peu tout sur Internet, sauf raconter ma vie privée.

Ton appli culte?

Il y a en a une que j’adore en ce moment: Francetv zoom, c’est une sélection des meilleurs programmes de France Télé. L’appli te propose des passages des meilleurs moments en fonction du temps que tu as. Comme je n’ai pas le temps de regarder la télé, ça me permet d’être au courant. Et sinon, j’aime aussi beaucoup l’appli RTL qui me permet de regarder les émissions des copains, de voir ce qu’ils ont fait. 

L’appli que tu as installée et que tu n’utilises jamais?

WineAdvisor, une appli qui te permet, en photographiant les étiquettes des bouteilles de vin, de retrouver leurs qualités techniques, ça t’aide à choisir au supermarché ou chez le caviste! 

Ton compte fétiche sur Instagram?

Veganfeelsgood, c’est le compte de ma belle-fille aînée Calypso, elle poste de magnifiques photos. 

What’s app, textos ou BBM?

Je suis plutôt textos et j’utilise aussi Viber avec mon petit frère, c’est une habitude qu’on a prise pour s’envoyer des photos. 

“Internet m’a offert du temps, un gain de temps infini.”

Ce que tu ne pourras jamais faire en ligne?

Je fais un peu tout sur Internet, sauf raconter ma vie privée. Je ne mets rien de très personnel sur les réseaux sociaux, ça ne m’intéresse pas quand les autres le font alors je ne le fais pas non plus. 

Ce que tu ne peux plus faire autrement qu’en ligne?

Commander des billets de train, je ne pousse plus jamais la porte d’une agence SNCF, ça me semble aberrant! (Rires.)

Ce que le Web a le plus changé dans ta vie?

Internet m’a offert du temps, un gain de temps infini. Quand j’ai eu ma fille, l’idée de faire 14 boutiques pour ramener 14 articles différents, c’était au-dessus de mes forces. Alors j’ai fait une étude de marché sur le Net et j’ai tout commandé comme ça. Ce qui fait que ma poussette vient d’Italie par exemple! 

Propos recueillis par Julia Tissier


3. Mai Hua, la blogueuse beauté qui ne fait pas de tuto

La blogueuse Mai Hua, qui termine un docu sur l’histoire de sa famille vietnamienne, répond aux questions geek de Cheek.
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions - Cheek Magazine
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions

4. Marietta Ren, la dessinatrice qui réinvente la BD sur smartphone

Dans Phallaina, on suit sur notre smartphone ou notre tablette les aventures d’Audrey, une jeune femme inventée par la dessinatrice Marietta Ren, qui publie sa première bande défilée. Interview.
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions - Cheek Magazine
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions

7. Ludwine Probst, la développeuse qui balaye les clichés sur les geeks

La développeuse Ludwine Probst sera ce soir sur la scène de Sisterhood, un évènement dédié aux femmes de la tech, organisé par Facebook et The Family en partenariat avec Cheek Magazine et Bibliothèques Sans Frontières. À cette occasion, elle répond aux questions geek de Cheek.
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions - Cheek Magazine
Sidonie Bonnec © Nathalie Guyon / France Télévisions