geek

A start-up is born / Triperz

Avec Triperz, vous ne vous ruinerez plus en taxi pour rentrer de l’aéroport

La toute nouvelle appli Triperz met en relation des voyageurs qui souhaitent partager une course de taxi en sortant de l’aéroport.
DR
DR

DR


OK, votre meilleure pote est toujours partante pour venir vous chercher à minuit. OK, vous êtes prête à prendre le RER avec 30 kilos de bagages. Mais quand même, profiter d’un taxi sans y laisser un bras quand on rentre de vacances, c’est aussi une option appréciable. C’est justement en rentrant d’un voyage ensemble que Benjamin Nabet et Arnaud Choukroun, 35 ans tous les deux, ont eu l’idée du concept Triperz. “On a fait 45 minutes de queue à l’aéroport pour choper un taxi, et on n’allait pas au même endroit, donc j’ai trouvé quelqu’un dans la file pour partager la course, se souvient Benjamin Nabet. Là, on s’est dit que c’était vraiment mal organisé et qu’il y avait quelque chose à inventer.”

Les taxis ont conscience qu’ils doivent moderniser leur image et leurs services.”

Six mois plus tard, Triperz est téléchargeable sur l’App Store et Google Play, et les cofondateurs sont en discussion avec Aéroports de Paris pour expérimenter à Orly ou Roissy une file d’attente prioritaire à destination des personnes qui partagent leur course. Géolocalisées via l’appli au moment où elles se connectent, elles sont mises en contact en fonction de leurs adresses de destination grâce à un algorithme. Puis elles se retrouvent à la file de taxis indiquée. Car à l’ère Uber, Triperz a cette particularité de reposer sur le réseau de taxis, “qui ont conscience qu’ils doivent moderniser leur image et leurs services, poursuit Benjamin Nabet. On mise aussi sur l’appui des aéroports qui ont vraiment besoin d’améliorer le flux des véhicules et qui pourraient trouver un avantage à la mise en place de Triperz.”

L’objectif des deux néo-entrepreneurs -Benjamin Nabet était pharmacien dans une première vie, Arnaud Choukroun est passé par les cases finances puis chômage- est d’obtenir plusieurs milliers de téléchargements dans les semaines qui viennent, afin de créer une communauté d’utilisateurs suffisamment solide pour installer le service. Et de créer à terme des coupe-file dans le maximum d’aéroports et de gares en France. À la fois économique et écologique, l’appli a toutes les chances de séduire la génération du sharing.

Triperz, c’est quoi?

Une appli de partage de taxi qui géolocalise dans les aéroports et les gares les voyageurs qui vont dans la même direction à la sortie. Une fois dans le véhicule, le premier qui descend est débité de la moitié du tarif affiché au compteur, le deuxième est crédité du même montant, et paye à la fin du trajet la totalité de la course.

Pourquoi on y croit?

Parce que le service, à mi-chemin entre le covoiturage et le VTC colle parfaitement à nos modes de vie. Et que miser sur les taxis en 2016, c’est un pari audacieux et à contre-courant.

Pourquoi vous allez aimer?

Parce que diviser sa course par deux ou par trois, tout en bénéficiant d’un coupe-file et en réduisant le bilan carbone collectif, ça rend le retour de vacances beaucoup moins douloureux.

Myriam Levain


1. Tatiana Vilela dos Santos, la Française qui secoue l'art interactif

À l’occasion du Festival Grow Paris, dédié au code créatif, qui a eu lieu mi-novembre au Ground Control, Cheek Magazine a rencontré Tatiana Vilela dos Santos, une game designer française. À 29 ans, cette hyperactive a déjà créé une dizaine d’installations interactives pour partager ses “rêveries” éveillées.
DR  - Cheek Magazine
DR

3. Menstrutech: 5 bonnes raisons de s’intéresser aux applis dédiées aux règles

De plus en plus d’applications proposent aux femmes de surveiller leur cycle menstruel, d’alerter sur la période d’ovulation ou encore d’identifier le syndrome prémenstruel. Tout comprendre de la “Menstrutech” en cinq points.
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Miyö Van Stenis, artiste vénézuélienne en exil qui veut “hacker le pouvoir”

À 28 ans, Miyö Van Stenis a déjà bien vécu. Originaire du Venezuela, devenue réfugiée politique en France à cause de son art militant et provocateur, elle s’est intéressée au Net Art, à la réalité virtuelle et aux drones avec un but récurrent: hacker le pouvoir.
DR  - Cheek Magazine
DR

6. Féminiser Wikipédia, le pari féministe de l'association les sans pagEs

Depuis sa création en 2001, Wikipédia est devenu l’un des sites les plus consultés d’Internet. Pourtant, on y trouve seulement 16,5% de biographies de femmes. L’association les sans pagEs s’est donné pour but de féminiser la version française de l’encyclopédie. Reportage dans l’un de ses ateliers.
DR  - Cheek Magazine
DR