instagram

#1in10: elles témoignent sur Instagram pour lutter contre l'endométriose

#1in10: elles témoignent sur Instagram pour lutter contre l'endométriose

Une femme sur dix en âge de procréer est atteinte d’endométriose dans le monde. À l’occasion du mois de sensibilisation sur cette pathologie gynécologique, les endogirls, les femmes qui souffrent d’endométriose, viennent de lancer le hashtag #1in10 pour sensibiliser sur cette maladie encore méconnue.

Parmi elles, Sewing Jess: “Mon intestin fusionne avec mon utérus, tous mes organes sont collés par des morceaux d’endomètre (pour faire simple) qui restent actifs, témoigne-t-elle dans un long post publié le 3 mars. J’ai des lésions partout dans le ventre, des kystes, des adhérences, qui ne partiront jamais. Et si je ne prends pas mon traitement, j’ai mes règles partout dans mon ventre (encore pour faire simple), en dehors de mon utérus, sur mes reins, ma vessie, mes ligaments, mon intestin etc… 

La jeune femme décrit la douleur quotidienne et le regard des autres pas toujours compréhensif: “La douleur me transforme peu à peu. Mais comme j’ai l’air bien à l’extérieur, peu de personnes prennent en compte ma maladie et me comprennent. J’ai entendu des ‘on a toutes des problèmes’, ‘tu as toujours mal quelque part’… 

À l’approche de l’EndoMarch, une manifestation mondiale qui aura lieu le 24 mars dans plus de soixante villes, dont Paris, Sewing Jess invite le plus grand grand nombre à venir défiler pour que l’endométriose devienne un sujet incontournable et qu’enfin la recherche se développe à grande ampleur”.

instagram.com/sewingjess/

Audrey Renault

 Voir les Instagram précédents