instagram

À partir de demain, les Françaises travailleront “bénévolement” jusqu’à la fin de l’année

Instagram / @glorieuses
Instagram / @glorieuses

Instagram / @glorieuses


11h44. 3 novembre 2017. Contre toute attente, ce reporter découvre qu’elle enquête pour du vent.” C’est la phrase utilisée par la newsletter féministe Les Glorieuses pour illustrer la photo de l’actrice et danseuse Claire Tran publiée vendredi dernier sur leur compte Instagram. L’objectif de cette campagne est d’appeler demain à la mobilisation pour dénoncer les écarts de salaire hommes-femmes. Pourquoi le 3 novembre à 11h44? Parce que si les femmes avaient des salaires équivalents à ceux des hommes en France, elles pourraient quitter leur travail à ce moment et gagner autant que si elles travaillent jusqu’à la fin de l’année avec leurs salaires actuels. Autrement dit, pour gagner autant que les hommes, elles doivent travailler presque deux mois de plus, du 3 novembre au 31 décembre. Mauvaise nouvelle: par rapport à 2016, cette date a été avancée de quatre jours, révélant un écart de rémunération plus important que celui de l’année dernière. Les Glorieuses s’appuient sur les résultats d’un rapport du World Economic Forum, qui précise notamment que si la situation n’évolue pas plus vite, il faudra attendre 217 ans pour atteindre l’égalité au travail.

Comme Claire Tran, l’actrice Helena Noguerra et l’humoriste  Sony Chan ont accepté de prêter leur image pour cette campagne. Leur portrait est présenté à la manière d’une affiche de thriller, avec des titres ironiques: “Tout bascule quand ce médecin comprend qu’elle opère pour que dalle” et “À la fin, cette agent révèle qu’elle doit abattre du travail pour peanuts”.

Pour faire bouger les choses, les auteures de la newsletter féministe expliquent qu’il faut “mettre en place un trio de politiques publiques efficaces comme en Islande, en Norvège ou en Suède: Transparence des salaires, les entreprises publient leur grille de salaire; Congé parental pour les deux parents identique; Certificat d’égalité délivré par l’administration publique obligatoire”. Elles invitent également leurs lecteurs à signer leur pétition Oui, je soutiens le mouvement du  #3Novembre11h44, à créer un “mouvement au sein de [leur] entreprise en contactant leurs représentants syndicaux et/ou leurs supérieurs”, ainsi qu’à participer “aux rassemblements qui se créeront dans toute la France ». On ne peut que vous y encourager.

Margot Cherrid

 Voir les Instagram précédents