cheek_instagram_habillage_desktop

instagram

Cette instagrameuse explique pourquoi elle a arrêté de se forcer à sourire

Instagram / @me_versus_me
Instagram / @me_versus_me

Instagram / @me_versus_me


C’est à ses 66 000 abonnés que l’instagrameuse Luciana aka Me versus me a expliqué hier pourquoi elle ne se forçait plus à sourire sur toutes les photos. “Je suis si heureuse que je n’ai plus besoin de faire semblant de l’être”, explique-t-elle, rappelant que le sourire en société reste imposé aux femmes comme un diktat de beauté et de bienséance, et qu’il est même porté comme un signe ostentatoire de bonheur.

Être heureux ne veut pas dire se transformer en statue de cire distributeur de sourires”, s’insurge la jeune femme, qui se revendique “body positive” et utilise son compte Instagram comme vecteur de partage de ces valeurs qu’elle a fini par intégrer après dix ans de boulimie et d’anorexie. Elle avoue même que “se forcer à sourire peut nuire au bonheur”. Aujourd’hui sûre d’elle, elle partage sa résolution: “Je me paie le luxe de ne sourire que quand c’est sincère, de faire la tête quand j’ai envie”. On applaudit.

Samia Kidari

 Voir les Instagram précédents

1. Dans une lettre à sa mère, Serena Williams se dit fière de son corps “badass”

Désormais mère d’une petite Alexis Olympia, Serena Williams a écrit une émouvante lettre à sa mère, où elle évoque les difficultés qu’elles a affrontées en tant que femme noire au physique athlétique, parfois jugé trop masculin.
Instagram / @me_versus_me - Cheek Magazine
Instagram / @me_versus_me

3. Une expo montre la banalité des tenues de victimes d'agression sexuelle

Cette exposition organisée par l’Université du Kansas aux États-Unis présente des tenues de victimes de viol pour montrer que l’habit n’a rien à voir avec les motifs de l’agression.
Instagram / @me_versus_me - Cheek Magazine
Instagram / @me_versus_me

6. Les “Nasty Women” font de l'art une arme contre la misogynie

Le mouvement artistique “Nasty Women”, né au début de l’année à New York pour protester contre la misogynie de Donald Trump, débarque à Londres en invitant des artistes féministes de tous bords à participer.
Instagram / @me_versus_me - Cheek Magazine
Instagram / @me_versus_me