instagram

Saoudiennes au volant, activistes en prison

instagram.com/josieensor
instagram.com/josieensor

instagram.com/josieensor


Pouces levés, sourire aux lèvres et regards fiers, les photos de Saoudiennes au volant ont déferlé sur les réseaux sociaux ce week-end. Dans la nuit de samedi 23 à dimanche 24 juin, l’interdiction aux femmes de conduire a enfin été levée en Arabie Saoudite et elles ont été nombreuses à arpenter les rues, non plus à l’arrière de la voiture mais bien aux pédales du véhicule. L’Arabie Saoudite restait le dernier pays au monde à interdire la conduite aux femmes. Sous le hashtag #SaudiWomen, la journaliste Josie Ensor, qui a entrepris un tour en voiture avec Fadya Basmer, l’une des premières fommes taxi d’Arabie Saoudite, témoigne: “Quand nous finissions notre tour en voiture, une petite fille l’a vue à la place du conducteur et a souri, elle n’en croyait pas ses yeux. C’est inspirer les filles à faire ce que les hommes font. Rien de moins.”

Mais la joie ambiante est entachée par les récentes arrestations de militant.e.s pour les droits des femmes. Sur la dizaine de militant.e.s arrêté.e.s début mai, 9 sont toujours en prison pour atteinte à la sécurité du royaume. Selon Human Rights Watch (HRW), deux autres activistes ont été arrêtées en juin, et tous risqueraient 20 ans de prison. Si le prince héritier Mohammed Ben Salma tente de redorer l’image de son pays, l’Arabie Saoudite n’en reste pas moins une monarchie qui tolère difficilement, voire pas du tout, les discours dissidents. Espérons que la levée de l’interdiction ne calme pas l’ardeur des militant.e.s dans la lutte pour les droits des femmes.

Alexandra Vépierre

 Voir les Instagram précédents