Les Yeux
dans les yeux

Avec Juliette Armanet

10 femmes posent leur regard sur la génération Y: aujourd’hui Juliette Armanet, étoile montante de la pop française. 

Toutes les vidéos LES yeux dans les yeux

Houda Benyamina

Claire Tran

Déborah Amaral

Doria Achour

Sianna

Charlotte Cadé

Tiffany Cooper

Emma Le Masne

Céline Pham

En une poignée d’Eps ultra stylés et de concerts scotchants, Juliette Armanet nous a convaincues que l’avenir de la pop française s’écrirait avec elle. En attendant son premier album, prévu pour la rentrée, elle a posé son regard sur notre génération.  

L’hymne de notre génération?

Un bon vieux Mylène Farmer: Désenchantée

Le film emblématique de notre génération?

Pas sûre qu’il soit emblématique de notre génération, mais je pense qu’on est assez nombreux à connaître par cœur les répliques du Père Noël est une ordure

L’événement le plus marquant de notre génération?

Les attentats contre Charlie Hebdo et au Bataclan, je crois que c’est ce qui nous a marqués profondément. Dans le second cas, c’est d’ailleurs notre génération qui a été attaquée précisément. 

Qu’est-ce que notre génération a inventé de plus drôle?

Les Inconnus. C’est pas mal d’avoir eu cette liberté de se foutre de la gueule de tout le monde comme ça, sans discrimination. 

Quelles sont les valeurs de notre génération?

Je me pose la question. On est un peu une génération “bi-goût”. On est libres à plein d’égards, beaucoup plus que nos parents, et en même temps cette liberté n’est pas si facile à appréhender. C’est un sacré fardeau, la liberté, il faut avoir de bonnes épaules pour en faire quelque chose de bien. 

3 clichés qui reviennent souvent à propos de notre génération?

Qu’on est des enfants gâtés, obsédés par nos écrans, et qu’on mange mal. 

La chance de notre génération, c’est quoi?

En tant que femmes, c’est d’être libres. Pouvoir voter, travailler, prendre la pilule, avorter, divorcer, épouser une femme, un homme. 

Et la malédiction de notre génération?

Le fanatisme et la technologie. Les deux ensemble, ça donne un truc bizarre. Dans les deux cas, on est hors du réel et on oublie de regarder l’autre. 

Le genre pour notre génération, ça veut dire quoi?

On est la première génération à mélanger l’homme à la femme sans complexes, à éclater l’identité. On peut naître dans un corps et avoir envie d’autre chose, et ne pas être déterminés systématiquement par notre identité sexuelle. Ça, c’est révolutionnaire. 

L’icône générationnelle par excellence?

Michael Jackson. Le mec a été vieux, enfant, blanc, noir, homme, femme…  

Les défis que notre génération doit relever?

En ce moment, il y a un défi qui est là, en bas de chez nous, partout, ce sont les migrants. Plus généralement, les défis qu’on doit relever, c’est principalement la question de l’inégalité sociale qui nous concerne tous. Et aussi le défi écologique: si l’eau vient à disparaître, ça risque d’être assez compliqué. 

Les moments où tu te sens en décalage avec notre génération?

Souvent. J’ai un peu l’impression d’être une antiquité. Je pense à ce film de Woody Allen, Minuit à Paris, qui parle de la nostalgie. Il y a effectivement un certain fantasme à croire que c’était mieux avant. C’est un réflexe un peu romantique qu’on a de se sentir d’un autre temps. C’est pas mal d’être nostalgique d’un truc qu’on n’a jamais connu. 

Propos recueillis par Faustine Kopiejwski