cheek_mode_habillage_desktop

mode

A start-up is born / Afrikrea

Afrikrea, la plateforme qui réunit créateurs et acheteurs du monde autour de l’Afrique

La plateforme Afrikrea est une mine pour les amatrices et amateurs de mode africaine. Pourquoi on aime et pourquoi vous allez aimer.
DR
DR

DR


L’été arrive, les couleurs aussi. Sur le site Afrikea, elles se déclinent en tissus wax, bogolan, kente, et pas besoin d’avoir un mariage ou une occasion pour porter ces motifs. Aujourd’hui, on peut même aller bosser avec un chemisier ou une jupe en wax. Afrikrea, c’est “la meilleure façon d‘acheter de la mode africaine”, lance l’un des créateurs du site Moulaye Tabouré. La plateforme permet aux créateurs et aux artisans du monde entier d’exposer leurs produits sur le site sans se soucier du côté informatique. “Quand on est créateur, on a d’autres choses à faire”, explique-t-il.

C’est en 2013 que l’histoire commence: “À l’origine, ça vient de la mère d’un ami qui est créatrice. Elle a remarqué qu’on n’arrêtait pas de lui demander, à elle, mais aussi à ses amies créatrices, de faire un site Web”,  se souvient Moulaye Tabouré. L’offre de créateurs de mode africaine est souvent éparpillée, et c’est le bouche-à-oreille qui dirige les acheteurs vers un créateur. Les deux amis d’enfance Kadry Diallo et Moulaye Tabouré prennent alors conscience du besoin et de l’enjeu et décident de se lancer.“On sait que c’est difficile pour les artisans africains, parce que l’artisanat en Afrique est liée au tourisme. Ce n’est que quand les gens viennent qu’ils achètent.” L’idée s’inspire de la plateforme Etsy, une market place spécialisée dans le “fait main”. Avec Afrikea, c’est l’Afrique qui est mise à l’honneur à travers la mode, les bijoux, les accessoires, la déco, le sur mesure et le fait main. “On l’a fait parce qu’il fallait que quelqu’un le fasse et on a pensé qu’on pouvait le faire”, conclut Moulaye Tabouré. On approuve.

Afrikrea, c’est quoi?

Ce sont 13 000 produits différents sur le thème de l’Afrique rassemblés sur un seul site. Ce n’est pas l’inspiration qui manque aux 500 créateurs et créatrices du site.  Des colliers zoulous d’Afrique du Sud, des jupes en wax, des coques de téléphones, des objets de décoration, des colliers ras-de-cou, des maillots de bain. Avec Afrikrea, ce sont 24 pays qui sont représentés par les créateurs et acheteurs. Une belle rencontre autour de produits d’inspiration africaine.

afrikrea mode africaine wax

 

Pourquoi on y croit?

La commission unique pour tous les créateurs, de 9%, est une bonne façon de donner un coup de pouce à l’artisanat africain, et pour les clients, s’acheter une pièce de créateur devient enfin accessible. Une rubrique avec près de 5000 produits de créateurs est  proposée à moins de 40€. Et pour ceux qui tombent amoureux du site, il y a des facilités de paiement. À partir de 60€, vous pouvez déjà payer en trois fois.

Pourquoi vous allez aimer?

Cette robe est superbe mais vous préféreriez un col V plutôt qu’on col rond? Aucun souci, contactez le créateur. Temps de réponse: en moyenne, un jour. Il n’y a plus qu’à lui décrire la pièce de vos rêves et il se met au boulot. Chez Afrikrea, on recense en moyenne 10 000 conversations dans le mois. Il arrive même que les clientes et les créatrices finissent par boire un verre ensemble et voire par devenir amies. Eh oui, parce que 90% des créateurs sont en réalité des créatrices. Une énième raison de découvrir au plus vite ce site.

Samia Kidari


2. Avec FOU Clothing, Léa de Bartillat met le wax à l'honneur

Après un voyage en Côte d’Ivoire, Léa de Bartillat et Florent Vindimian ont fondé leur studio de création entre le vêtement et la photographie: FOU Clothing. Interview express de la cofondatrice. 
DR   - Cheek Magazine
DR

7. 3 bonnes raisons d’aller voir l’expo Dalida au Palais Galliera

Dalida aimait s’habiller et a laissé derrière elle une garde-robe qui témoigne de son destin hors du commun. Jusqu’au 13 août, ce sont 209 tenues et accessoires qui sont exposés au Palais Galliera, musée de la mode de la ville de Paris. Trois bonnes raisons d’aller les contempler.
DR   - Cheek Magazine
DR