mode

A start-up is born / FOU Clothing

Avec FOU Clothing, Léa de Bartillat met le wax à l'honneur

Après un voyage en Côte d’Ivoire, Léa de Bartillat et Florent Vindimian ont fondé leur studio de création entre le vêtement et la photographie: FOU Clothing. Interview express de la cofondatrice. 
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing

Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing


Créé en mai dernier à Paris par Léa de Bartillat et Florent Vindimian, FOU Clothing n’est pas une simple marque de fringues, c’est un concept. Les deux cofondateurs en parlent comme d’un “studio de création entre le vêtement et la photographie”. Imprégné d’influences africaines, FOU Clothing est né de “l’idée de centraliser la création, que ce soit des vêtements, des photos ou des vidéos”. En utilisant le coton wax comme principale matière, la marque lui donne une empreinte résolument parisienne avec des coupes droites, des blazers, des crops tops ou encore des shorts taille haute. Avec leurs produits, les deux créateurs souhaitent “ramener le wax dans notre quotidien urbain”.

C’est après un voyage en Côte d’Ivoire en 2016 que le duo de vingtenaires -ils ont 25 ans tous les deux- a décidé de se lancer: “Le style et la chaleur des habitants des campagnes ivoiriennes n’ont fait que renforcer notre désir de lier nos deux univers artistiques autour d’un projet qui s’est imposé comme une évidence”, explique Léa de Bartillat. FOU Clothing lui permet d’ailleurs de laisser libre cours à ses deux passions: “Quand j’étais petite, je voulais être styliste. Plus tard, ça a été la photographie. Créer FOU m’a permis d’allier les deux.” Interview express de la cofondatrice. 

 

C’est quoi FOU Clothing?

FOU, c’est la fête, pas seulement les couleurs mais aussi la joie de vivre, de bouger. C’est un peu un état d’esprit. Avec Flo, on a envie de donner la possibilité aux filles de se looker de manière décomplexée et originale sans trop rentrer dans la “high fashion”. On cherche à ouvrir la mode à tout le monde en proposant quelque chose de chic et sophistiqué qui ne passe pas inaperçu, tout en restant cool et bien dans ses pompes.

 

Le jour où tu t’es lancée?

En découvrant les tissus, j’ai tout de suite su ce que je voulais en faire. J’ai laissé mûrir ces idées dans ma tête en m’imprégnant de toute la richesse qui m’entourait. De retour à Paris, j’ai dessiné la collection dans la foulée et c’était parti!

Le conseil que tu donnerais à quelqu’un qui veut lancer sa boîte? 

Tout ce que je sais, c’est qu’il faut être audacieux, faire fi de ses peurs et se lancer. Je pense que notre ingénuité dans le domaine de la mode et notre envie de “faire quelque chose” nous a vraiment portés dans cette direction. Savoir s’entourer de gens bienveillants. Faire des erreurs pour ne plus en faire… Et par-dessus tout, bosser.

 

Tu te vois où dans 3 ans?

Dans un lieu où mettre au point nos collections, avec une partie studio photo où l’on pourrait shooter nos créations, mais aussi celles des autres qui nous confieront leur image. 

Propos recueillis par Samia Kidari


1. La mode fièrement “grande taille” de la créatrice Ester Manas

Finaliste du concours mode du 33e Festival de Hyères, rencontre avec la créatrice française Ester Manas, qui s’est fait remarquer pour sa collection “Big Again” cherchant à célébrer la beauté de la chair et des formes.
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing  - Cheek Magazine
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing

5. Martès, la marque de sacs qui laissent aux femmes les mains libres

Alice Bureau et Valentine Cloix ont lancé Martès, une marque de maroquinerie streetwear haut de gamme qui réhabilite une bonne fois pour toutes ce sac emblématique des années 90 qu’est la banane. 
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing  - Cheek Magazine
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing

6. Euveka, le mannequin connecté qui s'adapte aux tailles 36 à 46

Euveka est un buste d’atelier connecté, qui se module en un clic pour s’adapter aux vêtements des tailles 36 à 46. Un objet connecté inventé par Audrey-Laure Bergenthal et fabriqué dans la Drôme, sur lequel le marché américain lorgne déjà.
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing  - Cheek Magazine
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing

7. Mannequins transgenres : un combat politique

On a lu pour vous cet article de Refinery29 sur les mannequins transgenres, et on vous le recommande.
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing  - Cheek Magazine
Léa de Bardillat, la cofondatrice de FOU Clothing