mode

Portfolio / Rafael Yaghobzadeh

La face cachée de la Fashion Week de Paris

Rafael Yaghobzadeh, 22 ans, est l’un des plus jeunes photojournalistes de sa génération. Durant la Fashion Week parisienne qui vient de se terminer, il a décidé de se concentrer sur les à-côtés et de mettre en images ce que, d’habitude, on ne voit pas. Portfolio. 

Rafael Yaghobzadeh avait tout juste neuf ans lorsqu’il a tenu son premier appareil photo. C’est son père, Alfred Yaghobzadeh, grand photojournaliste iranien pour l’agence Sipa Press, qui le lui avait offert. Souvent, il emmenait son fils avec lui et c’est ainsi, du moins on l’imagine, que le petit est tombé dedans. À l’âge de douze ans, l’enfant-photographe travaille déjà lui aussi pour l’agence Sipa Press. Trois ans plus tard, il est même invité sur le plateau du Grand Journal et y est présenté comme le plus jeune photoreporter du monde. Rien que ça. Depuis, Rafael Yaghobzadeh, né à Paris en 1991, a, entre autres, suivi des études d’histoire, couvert la “révolution du jasmin” en Tunisie, tâté la colère des salariés de Goodyear mais aussi assisté à des dizaines de défilés de mode. Et si le “news” lui plaît, il a envie, aujourd’hui, de se concentrer sur des sujets plus documentaires. 

Rafael Yaghobzadeh enfant phot-journaliste

Rafael Yaghobzadeh à 13 ans, © Emmanuel Ortiz

J’ai décidé de faire la rue, de flâner loin des projecteurs, de raconter les à-côtés.”

 

Las de photographier les podiums, il a décidé l’année dernière, durant la Semaine de la mode parisienne, de s’intéresser à ce que, d’habitude, on ne voit pas: “J’ai décidé de faire la rue, de flâner loin des projecteurs, de raconter les à-côtés, tout en me rapprochant des passionnés de la mode, qui sont toujours là, bien habillés et bien parfumés.” Tout ça avec une modestie extrêmement touchante puisque la première fois qu’on l’a rencontré et qu’on a lui demandé quel était son métier, il a bredouillé un: “Je fais un peu de photo…” À la Fashion Week prêt-à-porter printemps-été 2014 qui s’est déroulée à Paris du 24 septembre au 2 octobre dernier, Rafael Yaghobzadeh a donc fait “un peu de photo” et ça a donné ça. 

Julia Tissier

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013 

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

Rafael Yaghobzadeh Fashion Week octobre 2013

© Rafael Yaghobzadeh


1. Anifa Mvuemba, la créatrice congolaise qui bouscule le monde de la mode

Prônant inclusion et engagement politique, la créatrice Anifa Mvuemba, remarquée grâce à son défilé sans mannequin et en 3D sur Instagram, semble avoir tout compris aux nouveaux codes de l’industrie de la mode. Décryptage.
© Rafael Yaghobzadeh - Cheek Magazine
© Rafael Yaghobzadeh

4. Comment le confinement transforme notre rapport à la mode

Du triomphe du jogging à la remise en question de la fast fashion, la crise que nous traversons pourrait avoir des effets durables sur notre manière de porter et de consommer la mode.
© Rafael Yaghobzadeh - Cheek Magazine
© Rafael Yaghobzadeh

5. Pourquoi le masque va devenir notre accessoire préféré cette année

Si son port devient obligatoire dans l’espace public, comme le recommande désormais l’Académie de Médecine, le masque va être, littéralement, le nouvel essentiel de nos dressings. Alors pourquoi ne pas allier l’agréable à l’utile dès à présent?
© Rafael Yaghobzadeh - Cheek Magazine
© Rafael Yaghobzadeh

6. Laetitia Ivanez ressuscite sa marque Les Prairies de Paris

Après un détour remarqué par les Galeries Lafayette dont elle a été la directrice artistique quelques saisons, Laetitia Ivanez réveille sa marque Les Prairies de Paris, en sommeil depuis cinq ans après avoir enchanté le dressing des chics filles pendant plus de deux décennies.  
© Rafael Yaghobzadeh - Cheek Magazine
© Rafael Yaghobzadeh

7. Déborah Neuberg, la créatrice féministe qui habille les hommes

Depuis sept ans, la marque De Bonne Facture lancée par Déborah Neuberg s’est imposée comme une référence de la mode masculine française grâce à sa conception singulière d’une élégance durable qui respecte les hommes et leur environnement. Rencontre.
© Rafael Yaghobzadeh - Cheek Magazine
© Rafael Yaghobzadeh