mode

L’interview métissage / Stella Jean

“La mode m'offre un espace où cohabitent mes deux cultures”

Cette créatrice romaine a fait du Wax&Stripes -un mélange de rayures et de wax- sa marque de fabrique et s’inspire autant de ses origines haïtiennes que de sa culture italienne pour ses collections. Interview.
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.

Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.


C’est la nouvelle promesse italienne de la mode internationale depuis que Giorgio Armani lui a ouvert les portes de son théâtre milanais pour la présentation de sa collection Printemps-Eté 2014 en septembre dernier. Italo-haïtienne, Stella Jean a fait de sa diversité culturelle une force et crée des collections bien à elle, après avoir remporté en 2011 le prestigieux concours Who is On Next, organisé en partenariat avec le Vogue italien. Cette année, elle a également lancé sa première collection pour hommes à l’occasion du salon florentin Pitti Uomo. Rencontre avec une métisse de caractère et, plus que jamais, fière de ses origines.

Italo-haïtienne née à Rome, comment  vivez-vous votre diversité culturelle dans un pays comme l’Italie où le racisme est en recrudescence?

Bien que je sois issue d’un milieu privilégié et que j’aie fréquenté les meilleures écoles, je n’ai pas été épargnée par les préjugés. L’Italie des années 80 n’était pas préparée aux familles multi-ethniques. Aujourd’hui encore, à chaque fois que je dis que je suis romaine, cela suscite l’incrédulité. Si je me suis penchée sur mes origines caribéennes, c’était par curiosité mais aussi parce que j’étais poussée par un besoin humain d’appartenance à une communauté.

Stella Jean Printemps été 2014

Collection printemps-été 2014

Que vous apporte votre double culture au niveau créatif?

Ma première collection, que j’ai appelée Wax&Stripes, a représenté pour moi la paix acquise entre les deux composantes, diamétralement opposées, qui constituent mon identité. La mode m’offre un espace au sein duquel je peux faire cohabiter ces deux cultures. Elle m’a également permis de transformer un “talon d’Achille” en atout. Il  me faudra encore du temps pour apprendre à connaître et étudier les diverses cultures et traditions que je veux mixer: ce que je crains le plus, c’est la facilité avec laquelle on utilise les traditions du sud de l’équateur, avec une légère tendance à la caricature.

Et à titre personnel?

En ce qui me concerne, je traite mes deux cultures avec une certaine ironie et avec respect. Je suis convaincue qu’il n’existe aucune limite aux mélanges culturels à la seule condition que l’on fasse preuve de bon sens et d’éducation.

Votre mère est une passionnée de mode, votre père de joaillerie: cela vous a-t-il influencée?

Ils m’ont certainement aidée en m’insufflant une naturelle inclination d’esthète.

Pourquoi avoir choisi de devenir styliste alors que vous aviez débuté une brillante carrière de mannequin?

J’éprouvais le besoin de me raconter et non celui de me montrer. La créativité est un moyen de communication extraordinaire pour moi.

Stella Jean Printemps été 2014

Collection printemps-été 2014

Le Wax&Stripes est-il un héritage maternel?

Non, il a un sens parce qu’il unit mon profond italianisme, symbolisé par les rayures, à mon côté créole, symbolisé par le wax. J’ai deux cultures, c’est un dialogue et non un monologue.

Vos origines expliquent-elles votre participation à la ITC Ethical Fashion Initiative?

Mes origines italiennes autant que mes origines haïtiennes m’ont influencée, même si je suis convaincue que l’empathie et la sensibilité se développent indépendamment de la latitude.

Qu’avez-vous en commun avec la femme Stella Jean pour laquelle vous créez?

Tout, pour la simple raison que je raconte mon histoire personnelle.

Propos recueillis par Hélène Battaglia               


1. Peut-on changer le monde en achetant des fringues? 

En créant des communautés de bonne influence et en finançant des actions concrètes, la mode engagée peut être un outil considérable pour faire évoluer la société. 
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR. - Cheek Magazine
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.

2. Lisa Chavy, la girlboss qui bouscule les codes de la lingerie française 

Longtemps styliste du groupe Etam, l’entrepreneure a lancé il y a quelques années sa propre marque, Livy, et vient d’ouvrir une boutique-atelier à Paris, sorte de labo expérimental pour relancer la “haute lingerie” made in France. Rencontre avec une passionnée.
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR. - Cheek Magazine
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.

3. Anifa Mvuemba, la créatrice congolaise qui bouscule le monde de la mode

Prônant inclusion et engagement politique, la créatrice Anifa Mvuemba, remarquée grâce à son défilé sans mannequin et en 3D sur Instagram, semble avoir tout compris aux nouveaux codes de l’industrie de la mode. Décryptage.
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR. - Cheek Magazine
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.

5. Avec Lyoum, ce couple franco-tunisien a mis la Méditerranée au cœur de sa marque

Claire et Sofiane Ben Chaabane ont lancé Lyoum en 2011, au lendemain de la révolution tunisienne. Les valeurs inclusives et générationnelles de la marque ont séduit Bensimon avec qui Lyoum lance une collab.
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR. - Cheek Magazine
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.

6. Comment le confinement transforme notre rapport à la mode

Du triomphe du jogging à la remise en question de la fast fashion, la crise que nous traversons pourrait avoir des effets durables sur notre manière de porter et de consommer la mode.
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR. - Cheek Magazine
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.

7. Pourquoi le masque va devenir notre accessoire préféré cette année

Si son port devient obligatoire dans l’espace public, comme le recommande désormais l’Académie de Médecine, le masque va être, littéralement, le nouvel essentiel de nos dressings. Alors pourquoi ne pas allier l’agréable à l’utile dès à présent?
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR. - Cheek Magazine
Stella Jean et ses mannequins lors de la dernière Fashion Week de Milan, DR.