mode

Les nail patches, c'est son affaire

Artiste multicarte, Anne-Claire Gambet a créé la marque alfa.K, des vernis à coller qui révolutionnent la manucure. Interview en images.
DR
DR

DR


Comment t’es venue l’idée des nail patches?

J’adore dessiner et me faire les ongles, les nail patches se sont imposés comme un moyen de combiner les deux en créant mon panel de manucures de rêve. Le nom d’alfa.K vient de l’alpha-kératine qui compose les griffes des aigles, des loups et des lions. 

bananas Gambet

© alfa.K / modèle Ak.Bananas 

Que faisais-tu à l’époque où tu as démarré le projet?

Ce projet est né à Berlin où j’apprenais la sérigraphie; il a mûri à Paris et j’espère qu’il se développera partout!

05 Gambet

© alfa.K / modèle Ak.Strip

 

Quelles sont tes sources d’inspiration? 

Je suis plutôt curieuse, donc je pioche dans tout ce qui m’entoure. Mais souvent ce qui m’inspire est coloré, feuillu, voire poilu.

Chik Gambet

© alfa.K / modèle Ak.Chik

En quoi la conception de ces patches reflète ton univers artistique? 

C’est le prolongement de mes dessins, au bout de mes doigts! 

04 Gambet

© alfa.K / modèle Ak.Roc

Pourquoi une collaboration avec les artistes de Masomenos

J’avais ouï dire que Joan de Masomenos avait elle aussi envie de porter ses propres dessins sur ses ongles. J’aime beaucoup leur univers et c’est naturellement que j’ai partagé ma découverte avec eux. J’adore ces petits bonhommes!

02 Gambet

© alfa.K / modèle Ak.Masomenos

Qui rêves-tu de voir porter tes créations? 

Si Beyoncé me faisait ce plaisir, je serais aux anges! 

06 Gambet

© alfa.K / modèle Ak.Gambette

Propos recueillis par Pauline Delassus


3. Sous les jupes des hommes: quand la masculinité se réécrit par le style

Que trouve-t-on Sous les jupes des hommes? De l’audace, assurément. Cette marque nantaise propose des jupes pour hommes à la fois chics et éthiques. Une manière pour son créateur Romain Granger de redéfinir la masculinité avec style.  
DR - Cheek Magazine
DR

6. MaisonCléo, la petite entreprise familiale créée grâce à Instagram

Cette petite marque lilloise, imaginée par une mère et sa fille, s’est fait connaître via le réseau social. Reconnue par les modeuses, elle propose du fait main dans des tissus de luxe de récupération et assure une transparence totale sur les prix.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Elles ont lancé Daughters of Witches, un concept store féministe en ligne

Natacha Bastiat, 26 ans, et Marta Szmyd, 34 ans, ont lancé Daughters of Witches, un e-shop féministe qui propose sweats, casquettes, maillots de bain ou mugs aux messages engagés et des posters à l’effigie de femmes qui brisent les stéréotypes. 
DR - Cheek Magazine
DR