mode

Interview “Karl vous parle” / Adeline Affre

“Je m’en fous d’atteindre un orgasme modesque, ce n'est pas mon but”

Puisque Karl Lagerfeld inspire le monde de la mode, nous avons décidé de soumettre nos créatrices favorites à ses mantras. Profonds, futiles, dingues ou drôles, les propos du Kaiser ne laissent personne indifférent. Cette semaine, Adeline Affre, à la tête de la marque de bijoux éponyme, répond à l’interview “Karl vous parle”.
DR
DR

DR


Les aboiements de son chien Georges annoncent les visiteurs qui débarquent dans son atelier du 3ème arrondissement de Paris. Heureusement, Adeline Affre est du genre à les mettre rapidement à l’aise. À 31 ans, cette créatrice de bijoux, née à Paris et diplômée de l’Institut supérieur des arts appliqués, a choisi sans hésiter les accessoires quand elle a débuté. Après un passage chez la marque de joaillerie Corpus Christi, elle décide de se lancer: “Je n’avais pas de mise de départ, alors la première collection a servi à financer la deuxième et ainsi de suite.” Un plan plutôt efficace puisque la marque fêtera ses 10 ans l’année prochaine.

Privilégiant le savoir-faire artisanal et le fait main, ses accessoires sont tous certifiés made in Paris.

Dès son lancement, Adeline Affre fait parler d’elle et très vite, sa bague en forme de nuage devient l’une de ses pièces cultes. Privilégiant le savoir-faire artisanal et le fait main, ses accessoires sont tous certifiés made in Paris. Une singularité qui permet à la trentenaire de se démarquer et de gagner la confiance des acheteuses. En septembre, Adeline Affre va s’atteler à une autre de ses passions: elle lance une collection de linge de maison et de linge pour enfants, baptisée AA. Avec cette nouvelle marque, la créatrice revient à son “premier amour”: le textile. Avec un sens de la repartie digne de celui du Kaiser et sous le regard bienveillant de Georges, elle a répondu sans détour à notre interview “Karl vous parle”.

“Je hais les montres, c’est la raison pour laquelle je suis toujours en retard.” 

J’aime bien l’objet en tant que bijou et mon copain m’en a offert plusieurs, mais comme je bosse beaucoup avec mes mains je ne peux pas les porter souvent. Ce n’est pas pour autant que je suis en retard, surtout qu’aujourd’hui, on regarde l’heure sur nos smartphones.

“Je trouve les tatouages horribles. C’est comme vivre dans une robe Pucci 24 heures sur 24.”

C’est assez marrant parce que j’ai saoulé mes parents de mes 14 à mes 18 ans pour en avoir un et lorsque ma mère a voulu me l’offrir pour mes 18 ans, ça m’a bloquée et je ne l’ai pas fait. En tout cas, je suis moins dictatoriale que Karl, chacun fait ce qu’il veut même si, évidemment, c’est mieux quand le tatouage raconte une histoire et qu’il n’est pas juste une question de mode.

C’est le côté brigands et prisonniers qui m’intéresse dans l’histoire du tatouage et je m’en suis inspirée pour l’une de mes collections. Certains étaient réalisés à la fumée de caoutchouc de semelles de chaussures, je trouve ça très beau et ça se rapproche de l’art naïf. D’ailleurs, je m’étais dit que si je devais m’en faire un, je me le ferais moi-même à la fumée de mes pompes mais heureusement, mon mec m’a remis les idées en place! Et sinon pour la robe Pucci, je trouve que ça n’a rien à voir, il est étrange ce Karl!

“Les pantalons de jogging sont un signe de défaite. Vous avez perdu le contrôle de votre vie, donc vous sortez en jogging.”

Je perds donc très souvent le contrôle de ma vie quand je sors mon chien le soir et que je suis en jogging! Je crois qu’on peut être chic en jogging avec de beaux talons et de jolis accessoires. Même si je vois à quel jogging il fait allusion -celui qu’on serait susceptible de voir dans un Confessions Intimes-, je ne suis pas d’accord avec Karl: perdre un peu le contrôle de soi de temps en temps, ça fait du bien. 

“Si je pouvais être réincarné en un accessoire de mode, ce serait un shopping bag.”

On est vraiment différents avec Karl! Je me disais qu’on aurait pu passer des vacances ensemble et se marrer mais en fait, je n’en suis plus très sûre! Je suis très dépensière, j’aime accumuler et offrir plein de cadeaux aux gens, mais de là à être un shopping bag, non merci! Je choisirais plutôt un bijou de famille ayant traversé dix générations.

“Si tu pisses partout, tu n’es pas Chanel du tout.”

Alors Georges n’est pas Chanel du tout et pourtant, c’est le chien de la reine d’Angleterre! Karl part en sucette là, personne ne pisse partout, à part Georges!

“Le vêtement ne doit pas t’aller, c’est toi qui dois aller au vêtement.”

Bien sûr, tout le monde s’appelle Heidi Klum, mesure 1m80 et rentre dans une taille 0! J’aimerais être d’accord avec Karl mais je ne peux pas: je pense qu’il faut choisir un vêtement qui nous va et ne pas s’obstiner à en mettre un qui ne nous va pas. Mais encore une fois, chacun fait ce qu’il veut!

“Si vous me demandiez ce que j’aurais préféré inventer dans la mode, je vous répondrais la chemise blanche. Pour moi, une chemise, c’est la base de tout. Tout le reste passe après.”

Je suis un peu d’accord. Je suis à la recherche de la chemise blanche parfaite et ça devient un peu une quête du Graal. Par contre, tout le reste ne passe pas forcément après.

“Je suis une sorte de nymphomane de la mode qui n’atteint jamais l’orgasme.”

Décidément, on est radicalement différents! Je m’en fous d’atteindre un orgasme modesque, ce n’est pas mon but. Je le lui laisse, qu’il continue et j’espère qu’un jour il y arrivera.

Propos recueillis par Clémence Sigu


3. Sous les jupes des hommes: quand la masculinité se réécrit par le style

Que trouve-t-on Sous les jupes des hommes? De l’audace, assurément. Cette marque nantaise propose des jupes pour hommes à la fois chics et éthiques. Une manière pour son créateur Romain Granger de redéfinir la masculinité avec style.  
DR - Cheek Magazine
DR

6. MaisonCléo, la petite entreprise familiale créée grâce à Instagram

Cette petite marque lilloise, imaginée par une mère et sa fille, s’est fait connaître via le réseau social. Reconnue par les modeuses, elle propose du fait main dans des tissus de luxe de récupération et assure une transparence totale sur les prix.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Elles ont lancé Daughters of Witches, un concept store féministe en ligne

Natacha Bastiat, 26 ans, et Marta Szmyd, 34 ans, ont lancé Daughters of Witches, un e-shop féministe qui propose sweats, casquettes, maillots de bain ou mugs aux messages engagés et des posters à l’effigie de femmes qui brisent les stéréotypes. 
DR - Cheek Magazine
DR