mode

Le rose n'est plus girly, il est révolutionnaire

La couleur des poupées, des chewing-gums et du mauvais tarama est désormais celle des badasses et révolutionnaires de tout poil, fût-il synthétique.
Collection Fenty x Puma SS17
Collection Fenty x Puma SS17

Collection Fenty x Puma SS17


C’est étonnant que Jean-Luc Mélenchon n’ait pas troqué son emblématique cravate rouge contre une pink. Car le plus génération Z friendly de tous les candidats à la présidentielle n’a pas pu ignorer cette vague rose sur le point de déferler sur la France… Cette vague “millennial pink”, devrait-on dire, puisqu’on ne dit plus “rose” tellement cette couleur si longtemps décriée est devenue branchée depuis que Gucci, Balenciaga, Valentino ou Calvin Klein lui ont dédié leurs collections du printemps-été 2017. Appelé aussi “Tumblr pink” ou “Scandinavian pink” en Anglo-Saxonnie où il est officiellement le nouveau noir depuis déjà plusieurs saisons, le “millennial pink” est partout, comme le déplore Véronique Hyland dans un article du New York Magazine publié dès le printemps 2016. De ce côté-ci de l’Atlantique, on s’en réjouit, tellement le rose, c’est surtout le nouveau rouge, i.e la couleur des révolutions sociales et sociétales depuis… trop longtemps.

 

C’est la couleur du pouvoir

Le point commun entre Angela Merkel, Hillary Clinton, Christine Lagarde et Theresa May, au-delà de la parité de leurs chromosomes? Une capacité indéniable à casser le plafond de verre*, et un goût prononcé pour le rose, que n’a pas infléchi leur accession à des fonctions traditionnellement occupées par des hommes, pas toujours des plus progressistes (poke Cécile Duflot et le fameux dressgate de l’été 2012). Parlant de progrès… C’est une Melania Trump toute de rose vêtue qui, le week-end dernier, a gracieusement présidé la traditionnelle chasse à l’œuf de la Maison Blanche, après avoir rappelé à l’ordre son époux qui avait omis de mettre sa main sur le cœur pendant l’hymne américain, comme le veut le protocole.

 

 

We are having a wonderful time at the annual Easter Egg Roll, I worked extremely hard on it. 🐣 🐰 💐

Une publication partagée par Melania Trump (@theofficialmelaniatrump) le

 

C’est la couleur du néo-féminisme

Alors bien sûr, il y a The Wing, le club féminin-iste aux murs rose millennial dont tout le monde parle à New York et au-delà. Il y a également Thinx, cette marque américaine de lingerie conçue pour être portée pendant les règles, dont l’e-shop est habillé d’un rose militant. Mais surtout, il y a les pussy hats, ces fameux bonnets roses faits à la main dont se sont coiffées les indignées de la Women’s March au lendemain de l’élection de Trump. Dès les années 70, l’anglaise Rozsika Parker salue l’initiative des artistes féministes qui élisent le tricot, la broderie et le point de croix comme mediums pour revendiquer leurs droits. C’est le début du “craftivisme”, cet activisme artisanal prisé par les féministes de la troisième génération comme Debbie Stoller, l’auteur du best seller Stitch’n’bitch, dans lequel elle appelle ses congénères à utiliser les codes traditionnellement féminins -en l’occurrence, le tricot- pour les planter (métaphoriquement) dans le coeur du patriarcat. En tricotant à la hâte des millions de pussy hats, devenus le symbole international de la lutte pour le droit des femmes, ses cousines suivent la tendance de ce féminisme “post prettiness” selon l’expression du Guardian, qui se moque des poncifs féminins en même temps qu’il en use et en abuse. Et ce ne sont pas Katy Perry ou Nicki Minaj, deux des figures de proue de ce pop féminisme militant et adepte des jupettes à volants, des faux-cils et du rose donc, qui nous contrediront… Ni Rihanna, badasse en chef convertie au business de la mode, et dont la dernière collection pour Puma est inspirée de Marie-Antoinette, ponctuée de corsets et de jarretières affriolantes et intégralement rose.

 

C’est surtout la couleur gender fluid par excellence

Ni masculine ni féminine, le pink millennial est la couleur d’une nouvelle génération pour laquelle le genre compte moins que l’individu. Rien que sa nature, tiens… “Ni vraiment saumon ni franchement rose, le millennial pink est symptomatique d’une génération qui bouscule les codes et les réinvente en permanence, observe le sociologue et historien de la mode Frédéric Godart. Quoique le clivage entre le rose-pour-les-filles, le bleu-pour-les-garçons soit lui-même très moderne, puisque jusqu’au début du XXème siècle, le rose était porté indifféremment par les garçons comme par les filles.” Dans un article du New York Magazine, le critique d’art Jerry Saltz observe d’ailleurs que Michel-Ange et les peintres de la Renaissance représentaient Dieu et les patriarches vêtus de rose, tandis que les ballerines de Degas ou les élégantes de Renoir portaient plus volontiers du bleu que du rose. Un retour aux sources androgynes du rose confirmé par Drake, Zayn Malik, Big Sean ou Kanye West, dont les looks poudrés n’ont pas contredit la virilité bad boy, bien au contraire…

 

 

to know where you are going, you must know your story.. 🌸💕 #inthelifeof #gogodiary #pinkvision #fulllove

Une publication partagée par Gregory Robert (@gogolupin) le

Le mannequin Grégory “Gogo” Lupin en a même fait son signe distinctif et prône carrément de vivre la vie en rose via le hashtag #pinkvision. Et ce n’est pas la très hype marque Pigalle, dont il est l’ambassadeur, qui lui en tiendra rigueur. En effet, selon Fabiana Faria, la responsable du concept store new-yorkais Coming Soon, la couleur est un formidable booster de ventes: “Ça donne bonne mine, c’est subtil, osé mais élégant… Dès l’instant que je mets quelque chose de rose en rayon, il disparaît!” Révolutionnaire, mais pragmatique, le millennial.

Fiona Schmidt 

*OK, Hillary n’a réussi qu’à le fissurer. Mais quand même.


1. La mode fièrement “grande taille” de la créatrice Ester Manas

Finaliste du concours mode du 33e Festival de Hyères, rencontre avec la créatrice française Ester Manas, qui s’est fait remarquer pour sa collection “Big Again” cherchant à célébrer la beauté de la chair et des formes.
Collection Fenty x Puma SS17 - Cheek Magazine
Collection Fenty x Puma SS17

5. Martès, la marque de sacs qui laissent aux femmes les mains libres

Alice Bureau et Valentine Cloix ont lancé Martès, une marque de maroquinerie streetwear haut de gamme qui réhabilite une bonne fois pour toutes ce sac emblématique des années 90 qu’est la banane. 
Collection Fenty x Puma SS17 - Cheek Magazine
Collection Fenty x Puma SS17

6. Euveka, le mannequin connecté qui s'adapte aux tailles 36 à 46

Euveka est un buste d’atelier connecté, qui se module en un clic pour s’adapter aux vêtements des tailles 36 à 46. Un objet connecté inventé par Audrey-Laure Bergenthal et fabriqué dans la Drôme, sur lequel le marché américain lorgne déjà.
Collection Fenty x Puma SS17 - Cheek Magazine
Collection Fenty x Puma SS17

7. Mannequins transgenres : un combat politique

On a lu pour vous cet article de Refinery29 sur les mannequins transgenres, et on vous le recommande.
Collection Fenty x Puma SS17 - Cheek Magazine
Collection Fenty x Puma SS17