mode

We Are La Fédé

Les cuissardes, oui ou non?

La Fédé est une entité auto-proclamée haute autorité de la mode et du bon goût qui dispense ses conseils pleins de bonne volonté en toute mauvaise foi. Elle s’invite sur Cheek Magazine pour prêcher la bonne parole vestimentaire.
© Stuart Weitzman / Instagram
© Stuart Weitzman / Instagram

© Stuart Weitzman / Instagram


Depuis plusieurs années, chaque automne, un fléau s’abat sur la ville. Le froid? La nuit? La rhinopharyngite? Naturellement. Mais aussi le retour de l’injonction à porter des cuissardes. La Fédé n’est pas complètement contre la cuissarde en elle-même, mais, au-delà d’une tendance évidente à la vulgarité, sa capacité à mettre en valeur un pourcentage de la population féminine peu ou prou équivalent à 0,18% ne devrait pas autoriser cette surmédiatisation.

Pourquoi non

Difficile de généraliser, la cuissarde, comme vos cuisses, se décline en une infinité de tailles et de formes. Disons qu’on peut d’ores et déjà bannir la cuissarde “originale” qui vous fait ressembler à un robot doté de jambes artificielles, à un pêcheur breton ou à un mousquetaire.

La cuissarde semble devoir se porter essentiellement avec un short mais sans collant, donc dans un espace météorologique propre à la cuissarde.

Au-delà de ces modèles qu’on pourrait qualifier de “hardcore”, les inconvénients de la cuissarde peuvent plus généralement s’organiser ainsi: la cuissarde plate tasse, la cuissarde trop serrée fait apparaître des bourrelets sur des gens qui ont un indice de masse graisseuse proche de 0, la cuissarde fait ressembler Penelope Cruz à un petit tas.

Enfin, la cuissarde semble devoir se porter essentiellement avec un short mais sans collant, donc dans un espace météorologique propre à la cuissarde.

Pourquoi oui

Un bon capital génétique, un savant calcul de proportions hauteur/largeur, une matière souple, une couleur sobre, une tenue simple, un cierge à Notre-Dame et avec un peu de chance tout se passera bien.

Chronique précédente: Le trench, oui ou non?


1. La mode fièrement “grande taille” de la créatrice Ester Manas

Finaliste du concours mode du 33e Festival de Hyères, rencontre avec la créatrice française Ester Manas, qui s’est fait remarquer pour sa collection “Big Again” cherchant à célébrer la beauté de la chair et des formes.
© Stuart Weitzman / Instagram - Cheek Magazine
© Stuart Weitzman / Instagram

5. Martès, la marque de sacs qui laissent aux femmes les mains libres

Alice Bureau et Valentine Cloix ont lancé Martès, une marque de maroquinerie streetwear haut de gamme qui réhabilite une bonne fois pour toutes ce sac emblématique des années 90 qu’est la banane. 
© Stuart Weitzman / Instagram - Cheek Magazine
© Stuart Weitzman / Instagram

6. Euveka, le mannequin connecté qui s'adapte aux tailles 36 à 46

Euveka est un buste d’atelier connecté, qui se module en un clic pour s’adapter aux vêtements des tailles 36 à 46. Un objet connecté inventé par Audrey-Laure Bergenthal et fabriqué dans la Drôme, sur lequel le marché américain lorgne déjà.
© Stuart Weitzman / Instagram - Cheek Magazine
© Stuart Weitzman / Instagram

7. Mannequins transgenres : un combat politique

On a lu pour vous cet article de Refinery29 sur les mannequins transgenres, et on vous le recommande.
© Stuart Weitzman / Instagram - Cheek Magazine
© Stuart Weitzman / Instagram