mode

Interview “Tailleur” / Zoé Leboucher

“L’écueil à éviter, c’est le cliché de la secrétaire sexy”

À seulement 25 ans, Zoé Leboucher a fait du tailleur sa spécialité. En créant Admise, la jeune créatrice répond à une réelle demande, celle du costume bien coupé et accessible à toutes les bourses. Nous l’avons soumise à une interview “Tailleur”. 
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine


Après avoir écumé tous les magasins de Paris à la recherche du tailleur parfait, pour ses oraux d’écoles de commerce, Zoé Leboucher se rend compte que la quête n’est finalement pas si aisée. “C’était une catastrophe ! J’ai fini par choisir un tailleur jupe en désespoir de cause dans lequel je me sentais déguisée”, nous confie-t-elle. Deux ans plus tard, alors en stage dans une banque privée où le tailleur est de rigueur, elle ose à peine aller boire des verres en sortant. L’idée de créer de beaux tailleurs pas hors de prix mûrit dans son esprit. Elle s’inscrit dans un master d’entreprenariat et lance en septembre dernier, aidée d’un ami graphiste, Aristide Texier, Admise. On a cherché à en savoir plus sur cette jeune à l’esprit aussi créatif qu’entrepreneurial. Voici son interview “Tailleur”.

 Comment t’est venue l’idée de créer uniquement des tailleurs?

Je me suis dit qu’il fallait créer une marque de tailleurs pour toutes les premières fois professionnelles des jeunes de 18 à 35 ans. Des oraux à leurs entretiens d’embauche, je voulais les aider dans cette phase où tu passes de l’uniforme “jean-baskets” à une tenue professionnelle. Mais il y a aussi des filles qui ne sont pas obligées de travailler en costume qui viennent me voir. Juste parce qu’elles sont à la recherche d’une belle pièce à un prix abordable.

Peut-on quand même afficher son style en tailleur? 

On propose dix tissus de dix couleurs différentes et chaque haut a un détail qui rappelle le pantalon ou la jupe. La cliente n’est donc pas obligée de prendre la veste de la même couleur que le bas, elle peut choisir un tailleur dépareillé, que ce soit pour la couleur mais aussi pour la forme. Et puis l’avantage du tailleur, c’est que tu peux l’adapter en fonction de ton style. La marque n’est ni rock, ni bohème, c’est à chacune de se l’approprier. 

Toi qui avais l’habitude de travailler en tailleur, quels conseils pourrais-tu donner pour le rendre plus cool?

Dans la journée, si tu travailles avec, tu vas essayer de te la jouer plutôt discrète. Mais en dehors du boulot, tu peux mettre un gros collier, des chaussures à paillettes ou un bandeau et ça fait toute la différence. Mais encore une fois, ça dépend du style de chacun.

Sortir en club en tailleur, c’est faisable? 

Oui, si en sortant du boulot tu vas boire des verres et que tu finis en boîte. Mais personnellement, quand je danse en boîte, j’ai chaud et j’enlève ma veste. À moins qu’il y ait la clim à fond!

Plutôt tailleur-pantalon Yves Saint Laurent ou tailleur-jupe Chanel?

J’aime bien changer de style, donc les deux peuvent me plaire. Le Saint Laurent, c’est peut-être plus facile pour la vie de tous les jours. Avec le Chanel, j’aurais l’impression d’être déguisée, même si au fond je serais heureuse de le porter.

Plutôt Melanie Griffith dans Working Girl ou Diane Keaton dans Annie Hall?

Plutôt Meg Ryan dans Harry rencontre Sally! J’adore sa façon de porter le costume: un pantalon taille haute avec une veste dépareillée, une chemise à pois et un chapeau.

Est-il possible d’être sexy en tailleur?

Oui, sans pour autant tomber dans la vulgarité. L’écueil à éviter, c’est le cliché de la secrétaire sexy, tout ce que je déteste. 

Est-ce qu’à l’avenir dans tes collections, tu intègreras des costumes un peu plus colorés ou imprimés?

Pour cette première collection, je voulais rester assez sobre et me concentrer sur les coupes, même si on retrouve deux tissus un peu plus originaux, à savoir le bleu ciel et le bleu vif. Pour les lignes futures, je voudrais m’amuser avec les détails des manches ou des bandes sur le côté. Pourquoi pas en créer de couleurs plus vives ou pailletées.

Quel est le faux pas mode à éviter à tout prix en tailleur?

Ne pas s’habiller en fonction de son corps. Pour le reste, je ne suis pas là pour donner des conseils. Je pourrais dire que je n’aime pas les chaussures pointues mais je peux en trouver certaines jolies. Et puis en tailleur, il n’y a pas de règles. Baskets, derbies, bijoux imposants, tout peut aller! 

À qui aimerais-tu secrètement tailler un costume?

J’aime tout le monde alors je préfère répondre à la question au sens propre: je rêverais d’offrir un tailleur à Laetitia Casta. Je suis persuadée que ça lui irait trop bien!

Propos recueillis par Clémence Sigu

DIAPORAMA

Collection Printemps-Été 2014 - Cheek Magazine
Voir les 4 photos

“L’écueil à éviter, c’est le cliché de la secrétaire sexy”

01 / 4
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine
 - Cheek Magazine

1. Anifa Mvuemba, la créatrice congolaise qui bouscule le monde de la mode

Le 22 mai, un défilé un peu particulier fait beaucoup parler de lui dans la sphère fashion. Alors que la mode est appelée à se renouveler pour résister à la crise sanitaire et économique, la marque congolaise Hanifa a donné rendez-vous à ses fans sur…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

2. MaisonCléo, le label de mode du futur qui a battu des records de ventes durant le confinement

Marie Dewet, une jeune Calaisienne, a créé en 2018 sa marque “MaisonCléo” avec sa mère pour couturière. Pas d’entrepôt, pas de manufacture, juste deux femmes qui dessinent et confectionnent les vêtements à la pièce et qui les vendent via un e-shop. D’abord lancée sur Instagram,…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

3. Avec Lyoum, ce couple franco-tunisien a mis la Méditerranée au cœur de sa marque

“Gainsbourg loved harissa”, “Beauvoir loved Baklawa”, “Oum Kalthoum loved macarons”…  C’est ce genre de messages décalés qu’on peut lire sur les tee-shirts de Lyoum, marque 100% made in Tunisia née en 2011 dans l’ébullition post-révolution, qui avait mis une bonne partie de la jeunesse dans…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

4. Comment le confinement transforme notre rapport à la mode

Érigé comme le vêtement doudou par excellence, le jogging vit pendant le confinement ses heures de gloire. De Bella Hadid à Anna Wintour en passant par Emily Ratajkowski, les stars misent plus que jamais pendant la quarantaine sur l’allure sportswear. D’accord, mais après le confinement?…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

5. Pourquoi le masque va devenir notre accessoire préféré cette année

La différence entre une paire de cuissardes et un masque sanitaire? En plus d’être un accessoire clivant, une paire de cuissardes n’a jamais sauvé la vie de quiconque (qu’on sache…), ce qui explique sans doute qu’aucun gouvernement n’ait heureusement jamais rendu son port obligatoire, contrairement…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

6. Laetitia Ivanez ressuscite sa marque Les Prairies de Paris

Elle est aussi brune que souriante, pétillante comme un bonbon acidulé plutôt qu’une coupe de champagne, et ça fait 25 ans qu’elle a l’air d’avoir 25 ans, alors qu’elle a déjà vécu plus de vies que 25 chats réunis. Vingt-cinq ans, c’est aussi l’âge qu’avait…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine

7. Déborah Neuberg, la créatrice féministe qui habille les hommes

Elle nous reçoit dans son showroom-atelier niché dans une cour discrète du Marais à Paris et nous propose spontanément un café, qu’elle sert dans une petite tasse qu’elle a faite elle-même à l’époque où elle suivait des cours de céramique. Discrétion, naturel, fait-main: ces détails…
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Laetitia Prieur pour Cheek Magazine