société

Le Cheek Point

15 femmes parlent de leur contraception en toute intimité

On a lu ça pour vous et on vous le conseille. 
© Damon Dahlen / Huffington Post
© Damon Dahlen / Huffington Post

© Damon Dahlen / Huffington Post


“Au cours des 10 dernières années, j’ai utilisé cinq types de contraception différents: deux sortes de pilules, des préservatifs, la pilule du lendemain et, plus récemment, un stérilet. Vu que j’ai 28 ans, la contraception est une chose à laquelle je vais devoir penser activement pendant les deux prochaines décennies, et je ne suis pas la seule dans ce cas-là. Pourtant, nous parlons rarement en profondeur des “épopées” que traversent les femmes pour trouver la contraception adaptée à leur vie et à leur corps. 

Décider comment contrôler sa reproduction implique beaucoup de facteurs: l’accessibilité aux moyens de contraception en question, les finances, le côté pratique, le cycle menstruel, à quel point votre corps est sensible aux hormones et/ou au latex… la liste est longue. Trouver le bon moyen de contraception implique beaucoup de tests physiques et d’erreurs. 

Il y a aux Etats-Unis 43 millions de femmes actives sexuellement mais qui ne veulent pas tomber enceintes.

Prendre possession de vos choix reproductifs peut rendre incroyablement plus forte. Cela peut être aussi épuisant, puisque certains politiciens travaillent activement à restreindre l’accès à la contraception et pratiquent le slut-shaming sur les femmes qui l’utilisent. Et ça représente un paquet de femmes. 

Selon le Guttmacher Institute, il y a aux Etats-Unis 43 millions de femmes actives sexuellement mais qui ne veulent pas tomber enceintes. Et en ce qui concerne les femmes âgées de 15 à 44 ans qui ont des rapports sexuels, plus de 99% utilisent au moins une méthode de contraception. 62% de femmes en âge de se reproduire utilisent une méthode de contraception.”

La journaliste Emma Gray et le photographe Damon Dahlen sont partis à la rencontre des femmes, dans l’intimité de leur chambre, pour parler de leurs moyens de contraception. Une série aussi intimiste qu’instructive.

À lire  le plus vite possible en version originale sur le Huffington Post


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
© Damon Dahlen / Huffington Post - Cheek Magazine
© Damon Dahlen / Huffington Post

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
© Damon Dahlen / Huffington Post - Cheek Magazine
© Damon Dahlen / Huffington Post

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
© Damon Dahlen / Huffington Post - Cheek Magazine
© Damon Dahlen / Huffington Post

6. Avec “Ta Mère Nature”, Ophélie Damblé nous initie à l'agriculture urbaine

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de Ta Mère Nature, dans lequel Ophélie Damblé nous fait découvrir la Prairie, une friche urbaine implantée à Pantin.
© Damon Dahlen / Huffington Post - Cheek Magazine
© Damon Dahlen / Huffington Post