société

Le Cheek Point

Agressions et harcèlement sexuel: le triste quotidien des cheerleaders américaines

On a lu pour vous ce papier de Slate qui traduit une enquête du New York Times sur les agressions sexuelles et le harcèlement que doivent subir sans rien dire les cheerleaders professionnelles aux États-Unis, et on vous le conseille fortement.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK


“Elle se souvient d’un match à domicile qui opposait aux Cowboys de Dallas les Eagles de Philadelphie. Avec les autres, elle s’agitait en souriant, jusqu’à passer devant un groupe de fans des Eagles. L’un d’entre eux a attiré son attention. Elle se souvient qu’il l’a regardée, avant de lâcher: ‘J’espère que tu te feras violer! Pom-pom girl professionnelle et restée anonyme à cause de son contrat, elle commente simplement: ‘C’est le genre de choses que l’on nous crie. Même venant de nos fans, une fois qu’ils sont saouls, ils crient des choses, et vous vous dites: Vraiment? Cela fait partie du travail. Ça vient avec. Vous êtes censée l’accepter.’

Les pom-pom girls professionnelles sont souvent des danseuses issues de formations dans les milieux de la danse classique ou contemporaine, du jazz, du hip-hop ou des claquettes. En entrant dans le milieu du sport collectif et de son cérémonial, elles apprennent bien vite que leur travail ne se limite pas à des performances athlétiques: ‘Elles sont également tenues d’effectuer ce qui devient souvent le côté infect du travail: interagir avec des fans lors de jeux et d’autres événements promotionnels, où les attouchements et le harcèlement sexuel sont fréquents, raconte le New York Times, qui a interrogé des douzaines d’anciennes et actuelles pom-pom girls, travaillant principalement avec la NFL, la NBA ou la LNH.

Publié mercredi 11 avril sur Slate, l’article Pour les pom-pom girls, le harcèlement sexuel fait partie du job reprend (et traduit) certains passages d’une enquête menée par les journalistes du New York Times Juliet Macur et John Branch. On y apprend que ces danseuses professionnelles sont tenues par leur club de subir en silence toute forme d’agression et de harcèlement, d’invectives de vieillards libidineux ou d’attouchements. Une banalisation des violences sexistes que dénoncent plusieurs cheerleaders, à la retraite ou toujours en poste, en espérant faire évoluer les mentalités pour être enfin considérées avec respect et ne plus être réduites à un rôle de jolies écervelées à la disposition des supporters. 

À lire le plus vite possible sur Slate


2. Elle continue de recevoir des publicités de grossesse après la mort de son bébé, et pousse un coup de gueule

On a lu pour vous cette lettre ouverte, publiée sur Twitter mardi 11 décembre, dans laquelle la journaliste Gillian Brockell pousse un coup de gueule contre les réseaux sociaux qui continuent à lui envoyer des publicités en lien avec sa grossesse après la perte de son bébé. 
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

3. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

4. Réduire le temps de travail pour l'égalité femmes-hommes? C'est le pari d'une asso belge

En Belgique, l’association féministe Femma va passer à la semaine de quatre jours afin d’offrir à ses employé·e·s plus de temps libre. Objectif? Donner l’occasion aux hommes de se charger davantage des tâches ménagères, un domaine encore et toujours largement pris en charge par les femmes.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

6. Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique

Fondatrice de la marque de vêtements Super Marché, Monia Sbouai pratique l’upcycling. Après avoir parcouru les friperies parisiennes, elle transforme ses trouvailles en trench chic ou en combinaison décontractée. Rencontre. 
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

7. Hannah Gadsby se paye les hommes qui font des “monologues sur la misogynie”

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de ce discours d’Hannah Gadsby dans lequel elle s’attaque à ceux qui différencient les hommes bons des mauvais selon des critères très subjectifs.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK