société

Le Cheek Point

Agressions et harcèlement sexuel: le triste quotidien des cheerleaders américaines

On a lu pour vous ce papier de Slate qui traduit une enquête du New York Times sur les agressions sexuelles et le harcèlement que doivent subir sans rien dire les cheerleaders professionnelles aux États-Unis, et on vous le conseille fortement.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK


“Elle se souvient d’un match à domicile qui opposait aux Cowboys de Dallas les Eagles de Philadelphie. Avec les autres, elle s’agitait en souriant, jusqu’à passer devant un groupe de fans des Eagles. L’un d’entre eux a attiré son attention. Elle se souvient qu’il l’a regardée, avant de lâcher: ‘J’espère que tu te feras violer! Pom-pom girl professionnelle et restée anonyme à cause de son contrat, elle commente simplement: ‘C’est le genre de choses que l’on nous crie. Même venant de nos fans, une fois qu’ils sont saouls, ils crient des choses, et vous vous dites: Vraiment? Cela fait partie du travail. Ça vient avec. Vous êtes censée l’accepter.’

Les pom-pom girls professionnelles sont souvent des danseuses issues de formations dans les milieux de la danse classique ou contemporaine, du jazz, du hip-hop ou des claquettes. En entrant dans le milieu du sport collectif et de son cérémonial, elles apprennent bien vite que leur travail ne se limite pas à des performances athlétiques: ‘Elles sont également tenues d’effectuer ce qui devient souvent le côté infect du travail: interagir avec des fans lors de jeux et d’autres événements promotionnels, où les attouchements et le harcèlement sexuel sont fréquents, raconte le New York Times, qui a interrogé des douzaines d’anciennes et actuelles pom-pom girls, travaillant principalement avec la NFL, la NBA ou la LNH.

Publié mercredi 11 avril sur Slate, l’article Pour les pom-pom girls, le harcèlement sexuel fait partie du job reprend (et traduit) certains passages d’une enquête menée par les journalistes du New York Times Juliet Macur et John Branch. On y apprend que ces danseuses professionnelles sont tenues par leur club de subir en silence toute forme d’agression et de harcèlement, d’invectives de vieillards libidineux ou d’attouchements. Une banalisation des violences sexistes que dénoncent plusieurs cheerleaders, à la retraite ou toujours en poste, en espérant faire évoluer les mentalités pour être enfin considérées avec respect et ne plus être réduites à un rôle de jolies écervelées à la disposition des supporters. 

À lire le plus vite possible sur Slate


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK - Cheek Magazine
Photo du film “Sea, Sex and Fun” © Sony Pictures UK