société

Le Cheek Point

Allaitement: une pétition en ligne pour arrêter de culpabiliser les femmes

On a lu ça pour vous et on vous le conseille. 
Instagram/pattyxfurby
Instagram/pattyxfurby

Instagram/pattyxfurby


Je n’ai pas allaité mes enfants au sein. Et je trouve inquiétant que ce choix soit socialement de plus en plus difficile à assumer. C’est le signe à la fois d’une remise en cause profonde des droits des femmes et d’une assignation à un idéal maternel oppressant.

Nous qui avons choisi le biberon serions de mauvaises mères, privilégiant notre confort au détriment de celui de nos enfants, refusant d’assumer nos fonctions biologiques. En réalité, nous considérons simplement que notre corps nous appartient. Les progrès permettent à celles qui le souhaitent de ne pas allaiter au sein. Il s’agit d’un choix extrêmement personnel qui regarde chacune. Il faut cesser d’opposer les droits de la femme, et en premier lieu celui de disposer de son corps, aux devoirs de la mère, qui se devrait corps et âme à ses enfants.

Conserver son droit à décider si oui ou non on a envie d’allaiter sans avoir à se heurter à une culpabilisation incessante, c’est le message de cette excellente tribune signée par une dizaine de femmes (Titiou Lecoq, Delphine Manivet et Marlène Schiappa entre autres) et publiée sur le site de Libération. Une pétition est disponible à la fin du texte pour rejoindre les signataires.

À lire le plus vite possible sur le site de Libération


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby

5. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby