société

Le Cheek Point

Allaitement: une pétition en ligne pour arrêter de culpabiliser les femmes

On a lu ça pour vous et on vous le conseille. 
Instagram/pattyxfurby
Instagram/pattyxfurby

Instagram/pattyxfurby


Je n’ai pas allaité mes enfants au sein. Et je trouve inquiétant que ce choix soit socialement de plus en plus difficile à assumer. C’est le signe à la fois d’une remise en cause profonde des droits des femmes et d’une assignation à un idéal maternel oppressant.

Nous qui avons choisi le biberon serions de mauvaises mères, privilégiant notre confort au détriment de celui de nos enfants, refusant d’assumer nos fonctions biologiques. En réalité, nous considérons simplement que notre corps nous appartient. Les progrès permettent à celles qui le souhaitent de ne pas allaiter au sein. Il s’agit d’un choix extrêmement personnel qui regarde chacune. Il faut cesser d’opposer les droits de la femme, et en premier lieu celui de disposer de son corps, aux devoirs de la mère, qui se devrait corps et âme à ses enfants.

Conserver son droit à décider si oui ou non on a envie d’allaiter sans avoir à se heurter à une culpabilisation incessante, c’est le message de cette excellente tribune signée par une dizaine de femmes (Titiou Lecoq, Delphine Manivet et Marlène Schiappa entre autres) et publiée sur le site de Libération. Une pétition est disponible à la fin du texte pour rejoindre les signataires.

À lire le plus vite possible sur le site de Libération


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Instagram/pattyxfurby  - Cheek Magazine
Instagram/pattyxfurby