société

Vidéo

Amber Heard s'élève contre les violences faites aux femmes dans une vidéo

Dans une vidéo, Amber Heard témoigne face caméra contre les violences faites aux femmes. 
Amber Heard s'élève contre les violences faites aux femmes dans une vidéo

Vendredi 25 novembre, dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, Amber Heard a appelé les femmes victimes de violences à faire entendre leur voix. 

Dans une vidéo baptisée Speak Out (“Faites entendre votre voix”), l’actrice américaine s’est adressée directement à la caméra pour faire passer son message: “Pourquoi cela m’arrive-t-il à moi? Je suis forte, intelligente, je ne suis pas une victime […] Cela arrive à tellement de femmes. Quand ça arrive chez soi derrière des portes closes, avec quelqu’un qu’on aime, ce n’est pas si simple […]”

 

 

Les larmes aux yeux, Amber Heard, qui a divorcé de Johnny Depp en mai dernier et a accusé l’acteur de violences conjugales, appelle ensuite les femmes à se soutenir, et la société dans son ensemble à prendre ses responsabilités. 

“Si je n’avais pas eu des gens de confiance autour de moi, des femmes pour me soutenir, ma vie serait tellement différente […] J’ai l’opportunité de rappeler aux autres femmes que cela n’a pas à être comme c’est. Qu’elles n’ont pas à rester seules. Vous n’êtes pas seules et nous pouvons changer les choses. La violence envers les femmes ne se limite pas à la violence physique. Cela concerne aussi la façon dont nous en parlons dans les médias, dans notre culture […] Nous devons nous sentir responsables de la façon dont nous parlons de ces choses-là.”

Pour clore cette vidéo, publiée sur le compte YouTube du projet #GirlGaze (un regroupement de photographes stars qui vise à mettre en avant les femmes créatives), Amber Heard conclut: 

“Parlez fort. Elevez votre voix. Votre voix est la chose la plus puissante. Et, ensemble, en tant que femmes qui nous serrons les coudes, nous ne pouvons pas et n’accepterons pas plus longtemps le silence.” 

Olga Rigue


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella - Cheek Magazine

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo - Cheek Magazine

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide - Cheek Magazine

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France - Cheek Magazine

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons - Cheek Magazine