cheek_societe_habillage_desktop

société

Portrait

Anina Ciuciu sera peut-être la première sénatrice rom en France

À 27 ans, la militante pour les droits humains et élève avocate Anina Ciuciu a annoncé au Bondy Blog sa candidature officielle pour devenir sénatrice de Seine-Saint-Denis lors de l’élection du 24 septembre 2017. Une première pour une Française rom. 
© Lina Rhrissi
© Lina Rhrissi

© Lina Rhrissi


Anina Ciuciu se présente pour être sénatrice. Elle est jeune, 27 ans, c’est une femme, elle a grandi dans un quartier populaire et cerise posée sur la chantilly du gâteau: elle est rom. Autant dire, avec toute l’ironie du monde, le profil type. Mais un moment passé avec Anina Ciuciu, et on saisit vite que c’est son parcours qui a amené l’élève-avocate engagée à prendre cette décision. Une décision qui marquera l’histoire: c’est la première candidate rom à se présenter pour devenir parlementaire.

logo bondy blog

Je la rencontre pendant une heure dans un café parisien. Anina Ciuciu me raconte son enfance. On comprend, si on en doutait, que les Roms sont comme tous les humains: mendier à un feu rouge n’est pas un trait culturel et ils en souffrent. “C’est très humiliant de mendier, affirme-t-elle. J’ai vu ma mère pleurer presque chaque soir. Ça reste gravé en moi. Elle l’a fait pour mes sœurs et moi. À l’école, elle se cachait des profs et de mes camarades parce qu’elle ne voulait pas nous faire honte, alors qu’on l’avait convoquée pour la féliciter de nos bons résultats…

 

Une institutrice engagée

C’est pourtant en mendiant qu’elle et sa famille font une rencontre capitale. C’était dans les années 90, à Bourg-en-Bresse, à 80 kilomètres au nord-est de Lyon. Jacqueline, une enseignante, est venue nous parler un jour où ma mère mendiait sur un marché. C’est grâce à elle qu’on a pu aller à l’école. Les mairies exigent souvent des domiciliations administratives pour être scolarisé même si c’est illégal. Jacqueline De La Fontaine nous en a procuré une. La scolarisation, un droit normalement accordé à tous les enfants qui touchent le sol de France. C’est à partir de ce moment qu’Anina Ciuciu comprend le parcours du combattant qui l’attend.

anina ciuciu rom élections sénatoriales seine-saint-denis crédit Lina Rhrissi

© Lina Rhrissi

“L’accès aux droits ne devrait pas dépendre d’une rencontre. C’est le rôle des institutions.”

Jacqueline, l’institutrice bienfaitrice avait reconnu que la petite Anina et sa mère étaient des Roms de Roumanie. Non pas parce qu’elles mendiaient mais parce que cette institutrice connaissait bien le pays d’où viennent les deux femmes. “J’était au courant des problèmes des Roms en Roumanie. J’avais fait plusieurs voyages là-bas, dans le cadre d’un jumelage entre villages, du temps où le pays était encore communiste. Le rejet de cette population, ça ne me plaisait pas. J’ai rencontré des Roumains qui partageaient mes points de vue, ils m’ont fait connaitre des Tziganes…raconte Jacqueline.

De fil en aiguille, Anina Ciuciu et sa mère se lient d’amitié avec Jacqueline. Elle prendra également en charge le marathon administratif pour que la famille Ciuciu puisse se loger. “On a eu la chance de rencontrer cette institutrice qui est comme une seconde mère pour moi, raconte la jeune femme. Quand vous allez à la préfecture avec une personne qui parle français, ça change tout. Mais l’accès aux droits ne devrait pas dépendre d’une rencontre. C’est le rôle des institutions.

 

La France telle que ses parents en rêvaient

Grâce à Jacqueline et à leur propre détermination, Anina Ciuciu et les siens ont enfin un logement décent dans un quartier populaire, eux qui auparavant ont vécu dans des bidonvilles, des squats, des foyers, voire dans un camion. Leur situation régularisée, leur vie va changer. La France rêvée par ses parents, ex-comptable et ex-infirmière mis au chômage après l’éclatement du bloc communiste, n’est finalement peut-être pas un mirage. Pendant que le papa multiplie les boulots dans les abattoirs ou aux espaces verts et la mère les ménages, la fillette et ses trois sœurs vont enfin à l’école, celle de Jacqueline.

J’ai toujours pensé qu’on est plus fort quand on est du côté des faibles.

Les filles Ciuciu sont d’excellentes élèves, Anina particulièrement. “J’avais la volonté de montrer de quoi une Rom était capable. C’était d’abord inconscient. Puis, les moqueries de mes camarades m’ont renforcée dans cette idée. Très souriante jusqu’à ce moment de l’interview, son visage devient grave quand ressurgissent ses souvenirs d’enfance. “Quand il y avait des nouveaux, des étrangers, je n’ai jamais voulu être du côté du groupe, de ceux qui se moquaient. J’ai toujours pensé qu’on est plus fort quand on est du côté des faibles. Ce que Jacqueline confirme. “C’était une petite fille qui ne supportait pas les injustices. Elle venait souvent nous voir quand quelque chose n’allait pas dans l’école. Je me disais: un jour elle sera avocate. C’est ce qui s’appelle avoir le nez creux. L’année dernière, Anina Ciuciu a réussi le concours d’entrée au barreau de Paris. “Au départ je voulais être juge, confie-t-elle, mais son rôle est de faire appliquer la loi. Moi, je veux défendre les faibles, les opprimés, quels qu’ils soient.

anina ciuciu rom élections sénatoriales seine-saint-denis crédit Lina Rhrissi

© Lina Rhrissi

Forcément, avec un parcours et une personnalité pareils, rien d’étonnant à voir Anina Ciuciu militer dans plusieurs associations. En parallèle de ses études, elle s’engage comme membre de La voix des Rroms et devient marraine de l’Aset 93 qui vise à combattre tous les obstacles à la scolarisation. Une évidence. Elle est également cofondatrice du Mouvement du 16 mai. “À cette date en 1944, des Tziganes déportés à Auschwitz-Birkenau ont pris leurs outils de travail pour se rebeller contre leurs tortionnaires. Notre mouvement vise à raviver ce souvenir de résistance.

Il ne s’agit pas de faire d’Anina la Rom de service si elle est élue.

C’est son parcours de militante en faveur des droits qui attire l’attention d’Aline Archimbaud, sénatrice du 93. La parlementaire sortante, la seule du département à ne pas briguer un nouveau mandat, a encouragé Anina Ciuciu à se présenter. “C’est pour moi une excellente candidature, clame la sénatrice de 68 ans élue en 2011 sur une liste EELV. Si on veut sortir de la méfiance des politiques, il faut que nous sortions de l’entre-soi. Elle représente une des réalités de la société. Elle est engagée, elle répond à un besoin de renouvellement: elle est jeune, c’est une femme, elle est d’origine populaire. Et c’est une Rom, je précise. Oui ça serait un beau symbole, concède la sénatrice. Voilà des siècles que cette population est persécutée. Et en France, ils souffrent d’un accueil indigne. Pour autant, il ne s’agit pas de faire d’Anina la Rom de service, si elle est élue.

Avec Anina Ciuciu, ça ne risque pas. Elle a démissionné du poste de conseillère honorifique sur les problématiques des Roms auprès du Premier ministre roumain Victor Ponta. Mes possibilités d’actions étaient limitéesexplique-t-elle. Elle déteste également être réduite à sa simple identité rom ou à son passé difficile. “Quand un journal titre Anina, ex-mendiante rom, future juge’ , ça me blesse profondément. C’est très réducteur.

 

Nelson Mandela, son modèle

Rom, roumaine, française, jeune femme de quartier populaire, “et fière de l’être, cette future avocate se présente donc pour être élue à la chambre haute; “une tribune pour défendre tous ceux qui sont dans une situation d’injustice, comme les réfugiés syriens, les mineurs isolés, les victimes de contrôle au faciès, les familles pauvres”.

Rome a accueilli le premier Sénat. Notre Sénat accueillera-t-il sa première Rom? Aline Archimbaud, sénatrice EELV sortante, y croit. Si j’ai entendu autour de moi qu’elle n’avait aucune chance parce qu’elle est rom, j’ai aussi beaucoup entendu le contraire. Je suis sûre qu’elle saura convaincre de la pertinence de sa candidature. Élue ou pas, Anina Ciuciu s’est fixée comme objectif premier de finir ses études. “Quand on fait de la politique son seul métier, on peut être tenté de le faire pour de mauvaises raisons. Je veux que ça ait du sens.

Les discussions pour son investiture ont commencé avec les partis de gauche, EELV en premier lieu. Objectif pour Anina Ciuciu et son équipe: lui permettre d’être investie en position éligible, en première ou deuxième position sur une liste de gauche. 150 personnalités publient sur le Bondy Blog un appel à soutenir sa candidature, s’engageant “à promouvoir sa candidature auprès des grands électeurs et appelant les partis politiques de l’arc écologiste et progressiste à lui faire une place en position éligible sur leur liste.

Pour conclure, je lui demande si elle a un modèle dans la vie, un héros qui l’inspire. “Nelson Mandela, répond-t-elle sans hésiter. Un avocat issu d’un peuple opprimé qui a œuvré pour un monde plus juste. Forcément…

Idir Hocini

Cet article a été initialement publié sur le site du Bondy Blog.

logo bondy blog


3. Sandrine Lecointe aide à reboiser Madagascar grâce à des cosmétiques naturels

La jeune entrepreneure franco-malgache a lancé Madagas’Care, une ligne de cosmétiques aux extraits de plantes de Madagascar qui réinvestit une partie des bénéfices dans la protection de l’environnement dans son île d’origine.
© Lina Rhrissi - Cheek Magazine
© Lina Rhrissi

5. Delphine Horvilleur: “Les religions doivent encore trouver leur pensée féministe critique”

Delphine Horvilleur est l’une des rares femmes rabbins en France et publie aujourd’hui Des mille et une façons d’être juif ou musulman, cosigné avec l’islamologue Rachid Benzine. Ils proposent dans cet ouvrage de renouveler et moderniser l’approche des traditions religieuses. 
© Lina Rhrissi - Cheek Magazine
© Lina Rhrissi

6. Dans deux podcasts saisissants, France Culture interroge la notion de consentement

On a écouté sur France Culture cette série de podcasts intitulée Consentement, qui rassemble les témoignages de femmes sexuellement abusées, mais qui ont du mal à utiliser le mot “viol” pour décrire ce qu’elles ont subi, et on vous la conseille fortement. 
© Lina Rhrissi - Cheek Magazine
© Lina Rhrissi